Appel Forêt -
Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble

Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble

Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS — Une vidéo mettant en scène des dealers du quartier Mistral équipés d’armes de guerre relance le débat sur la sécurité et le trafic de stupéfiants à Grenoble. Si les opposants Émilie Chalas et Alain Carignon pourfendent la politique de la municipalité, l’adjointe à la Tranquillité publique Maud Tavel condamne les images et appelle à la « coordination ».

 

 

Envie d’a­che­ter votre haschich ou votre cocaïne entouré(e) de gros bras armés et cagou­lés ? C’est la (curieuse) pro­po­si­tion des dea­lers du quar­tier Mistral à Grenoble, via une mise en scène qui fait le tour des réseaux sociaux en cette fin de mois d’août. Visages mas­qués avec, pour cer­tains, des t‑shirts aux cou­leurs du quar­tier, les reven­deurs montent la garde armes de guerre à la main, tan­dis qu’un client vient au gui­chet cher­cher sa marchandise.

 

 

Une autre vidéo où les dea­lers exposent leurs mar­chan­dises face caméra a tout autant fait sen­sa­tion sur Internet. Et sou­levé une cer­taine incom­pré­hen­sion du côté de la jus­tice. Cité par le Dauphiné libéré, le pro­cu­reur de la République de Grenoble s’in­ter­roge ainsi « sur l’in­té­rêt de la dif­fu­sion de ces vidéos ». Pas très effi­caces au niveau publi­ci­taire, ni dis­sua­sives pour les forces de l’ordre.

 

Éric Vaillant semble pen­cher au final pour un mes­sage envoyé à des orga­ni­sa­tions rivales. Sur fond de règle­ments de comptes à répé­ti­tion dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Des meurtres ou ten­ta­tives de meurtre par armes à feu, accom­pa­gnés par­fois de véri­tables guet-apens, qui laissent pen­ser que le tra­fic de stu­pé­fiants du ter­ri­toire gre­no­blois fait l’ob­jet d’im­por­tantes luttes de pou­voir clandestines.

 

 

Indignation de l’opposition municipale

 

Sans sur­prise, les vidéos sus­citent l’in­di­gna­tion de la part de l’op­po­si­tion muni­ci­pale gre­no­bloise. À com­men­cer par celle d’Émilie Chalas. Dans un com­mu­ni­qué, la conseillère muni­ci­pale (et dépu­tée LREM) fait part de sa « vive émo­tion » face aux images. « Elles disent qu’à Grenoble il y a des réseaux de tra­fic de stu­pé­fiants ins­tal­lés. […] Elles disent que l’on sait où ça se passe. Elles disent que ces réseaux ne sont pas inquié­tés », ana­lyse-t-elle.

 

Émilie Chalas exprime une « vive émotion » face aux vidéos © Corentin Bemol - Place Gre'net

Émilie Chalas exprime une « vive émo­tion » face aux vidéos © Corentin Bemol – Place Gre’net

 

Et d’at­ta­quer sans ambages le maire de Grenoble, très actif ce mois d’août dans les ras­sem­ble­ments poli­tiques esti­vaux. « Le maire de Grenoble effec­tue un tour de France des uni­ver­si­tés d’été et pré­fère s’intéresser à la cam­pagne pré­si­den­tielle », iro­nise la conseillère muni­ci­pale d’opposition. Pour qui Éric Piolle devrait s’ex­pri­mer sur « les vio­lences à Grenoble », avant de com­mu­ni­quer « sur toute sorte de sujet natio­nal et même inter­na­tio­nal ».

 

Alain Carignon ne dit pas autre chose. « Pendant qu’Éric Piolle fait sa pro­mo­tion per­son­nelle de caméra en caméra, Grenoble est en proie à une délin­quance endé­mique et à une ghet­toï­sa­tion accé­lé­rée et les Grenoblois aban­don­nés à leur triste sort », écrit le meilleur ennemi du maire de Grenoble. Tout en moquant « la réac­tion léni­fiante de la muni­ci­pa­lité qui condamne “les images” […] mais refuse tou­jours de s’attaquer à la source de cette délin­quance ».

 

 

Une « mise en scène pas acceptable » pour la Ville de Grenoble

 

« Réaction léni­fiante » ? La Ville de Grenoble n’a émis aucune posi­tion offi­cielle sur les fameuses vidéos. Notre demande concer­nant une pos­sible réac­tion est par ailleurs res­tée lettre morte. En revanche, l’ad­jointe à la Tranquillité publique a pris la parole dans Le Dauphiné libéré. « Cette mise en scène n’est pas accep­table et nous nous réjouis­sons que la jus­tice et la police s’en soient sai­sies très rapi­de­ment », a déclaré Maud Tavel à nos confrères.

 

Maud Tavel, adjointe à la Tranquillité publique de la Ville de Grenoble © Corentin Bemol - Place Gre'net

Maud Tavel, adjointe à la Tranquillité publique de la Ville de Grenoble © Corentin Bemol – Place Gre’net

Au-delà de l’é­ta­lage des armes et des pro­duits stu­pé­fiants, l’ad­jointe semble avant tout inquiète pour l’i­mage du quar­tier. Et émet « une pen­sée […] à tous ces acteurs qui se mobi­lisent pour essayer de trans­for­mer Mistral au quo­ti­dien. […] Or, ces vidéos viennent mettre à mal tous ces enga­ge­ments », dénonce encore l’é­lue. Quant aux cri­tiques adres­sées à la muni­ci­pa­lité et au maire de Grenoble sur les ques­tions de sécu­rité, Maud Tavel estime que « l’heure n’est pas à la divi­sion ». Et en appelle à la « coor­di­na­tion ».

 

Alain Carignon comme Émilie Chalas réclament, pour leur part, des poli­tiques plus offen­sives. Armement de la police muni­ci­pale et vidéo­sur­veillance sont au menu des deux com­mu­ni­qués. Avec en prime, côté Carignon, une atten­tion por­tée aux loge­ments sociaux : « Pourquoi le maire […], pré­sident d’Actis, n’intervient jamais quand les délin­quants qui menacent sont nom­mé­ment dési­gnés comme habi­tant dans des appar­te­ments qu’il leur a attri­bué ? »

 

 

Une approche différente de la municipalité grenobloise

 

« S’il y a bien un sujet qui a inter­pellé les Grenoblois durant la cam­pagne des élec­tions muni­ci­pales, c’est celui de la sécu­rité », consi­dère Émilie Chalas. Pour qui les récents évé­ne­ments confirment cette ten­dance. L’analyse est-elle la même du côté de la majo­rité ? Face aux ques­tions de sécu­rité, le maire de Grenoble a fré­quem­ment rap­pelé l’État à ses pré­ro­ga­tives. Et demandé une hausse des effec­tifs poli­ciers dans la capi­tale des Alpes.

 

Pour Éric Piolle, légaliser le cannabis (ici du haschich, résine de cannabis) permettrait de lutter contre les trafics. DR

Pour Éric Piolle, léga­li­ser le can­na­bis (ici du haschich, résine de can­na­bis) per­met­trait de lut­ter contre les tra­fics et les dea­lers. DR

 

Reste une approche sen­si­ble­ment dif­fé­rente. Quand deux per­sonnes sont tuées dans une fusillade devant une école du quar­tier Teisseire en 2016, Éric Piolle en appelle… à un débat sur la léga­li­sa­tion du can­na­bis. Une solu­tion, juge-t-il, pour lut­ter contre les tra­fics. En octobre 2019, Suzanne Dathe, conseillère métro­po­li­taine et muni­ci­pale, expli­quait pour sa part se sou­cier des condi­tions de tra­vail des dea­lers, « qua­si­ment des esclaves ».

 

Aujourd’hui encore, des membres de la majo­rité muni­ci­pale sont « fati­gués » de voir une Grenoble décrite comme un coupe-gorge. Lorsque Stéphane Gemmani réitère sa demande d’États géné­raux de la sécu­rité, l’ad­joint aux Finances de Grenoble Hakim Sabri s’a­gace sur Facebook : « Venir par­ler d’in­sé­cu­rité ou dire que n’im­porte quel Grenoblois peut-être abattu par balles au coin d’une rue, c’est créer de la polé­mique et salir et ter­nir l’i­mage de notre ville ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble inaugure une nouvelle jardinière « inclusive » dans le jardin partagé du parc des Champs-Élysées

FLASH INFO — Un projet "inclusif et innovant". C'est ainsi que la Ville de Grenoble présente la nouvelle jardinière accessible aux personnes à mobilité réduite Lire plus

Opérations burkini: la Ville de Grenoble dénonce des "provocations déplorable"... et l'Alliance citoyenne la "répression policière"
Opérations burqini : la Ville de Grenoble dénonce des « provocations déplorables »… et l’Alliance citoyenne la « répression policière »

EN BREF - La question du burqini portée par l'Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise continue d'agiter les bassins grenoblois. Alors que la Ville de Grenoble Lire plus

Le chantier organisé quartier Teisseire par la Ville de Grenoble et Concordia réunissait une quinzaine de jeunes venus de toute l’Europe. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : 15 jeunes Européens volontaires ont participé à l’embellissement du quartier Teisseire

FOCUS - Quinze jeunes européens ont participé durant deux semaines à l'embellissement du quartier Teisseire. Un chantier ouvert organisé par la Ville de Grenoble et Lire plus

Du vaccinodrome au CCAS, la vaccination reste un enjeu majeur pour l'État comme la Ville de Grenoble
La Ville de Grenoble et la préfecture de l’Isère mobilisées pour une couverture vaccinale optimale

FOCUS - Le maire de Grenoble, le préfet de l'Isère et le directeur départemental de l'agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes visitaient jeudi 29 juillet Lire plus

Le Secours catholique et la Ville de Grenoble partenaires pour vacciner les plus précaires
Le Secours catholique et la Ville de Grenoble partenaires pour vacciner les plus précaires

FOCUS - En partenariat avec le Secours catholique, le centre de vaccination de la Ville de Grenoble se déplaçait dans la cour du diocèse pour Lire plus

Atelier jardinage au jardin éco-pédagogique de la commune de Vif © Cultivons nos toits
Une troisième ferme urbaine va voir le jour sur un terrain situé entre les Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a décidé de mettre un terrain à disposition de l'association Collectif autonomie alimentaire de Grenoble et ses environs, Lire plus

Flash Info

|

03/08

18h30

|

|

03/08

11h56

|

|

03/08

10h37

|

|

03/08

9h41

|

|

02/08

11h42

|

|

02/08

10h23

|

|

31/07

20h28

|

|

30/07

12h07

|

|

29/07

19h56

|

|

28/07

16h27

|

Les plus lus

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin