« Saint-Laurent d’hier à aujourd’hui » : un voyage à travers le temps proposé par le musée archéologique de Grenoble

sep article



 

FOCUS – Le musée archéologique de Grenoble propose jusqu’au 20 septembre 2020 une exposition sur l’évolution du quartier Saint-Laurent. Intitulée « Saint-Laurent, d’hier à aujourd’hui », cette rétrospective d’images avant-après met en avant les mutations sociales et architecturales de ce faubourg fondé au XIIIe siècle, emblématique de Grenoble.

 

 

Lætitia Vendittelli présente l'exposition sur Saint-Laurent à Patrick Curtaud. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lætitia Vendittelli pré­sen­tant l’ex­po­si­tion sur le quar­tier Saint-Laurent à Patrick Curtaud. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Cette expo­si­tion c’est un clin d’œil sur l’his­toire du quar­tier Saint-Laurent. Une façon de voir son évo­lu­tion, ses trans­for­ma­tions au fil du temps », explique Lætitia Vendittelli.

 

Chargée de l’ac­tion cultu­relle au musée archéo­lo­gique Saint-Laurent, cette der­nière ne tarit pas de mots pour décrire l’ex­po­si­tion inti­tu­lée « Saint-Laurent, d’hier à aujourd’­hui ».

 

En l’oc­cur­rence, une rétros­pec­tive pro­po­sée du 16 juillet au 20 sep­tembre 2020 dans le jar­din de l’ancienne église parois­siale. Le prin­cipe de ce « voyage sin­gu­lier à tra­vers le temps » ? Une suite de pan­neaux exploi­tant le jeu “avant-après” de cli­chés datant de la fin du XIXe siècle et du XXIe siècle. De quoi com­pa­rer les bâtis anciens et modernes de ce fau­bourg emblé­ma­tique de Grenoble fondé au XIIIe siècle.

 

« Je ne suis pas d’ac­cord quand on dit qu’à Grenoble il n’y a rien à voir. Cette expo­si­tion invite les Grenoblois à regar­der leur ville avec de nou­veaux yeux », résume Lætitia Vendittelli.

 

 

De la naissance du faubourg à l’arrivée de familles italiennes

 

« On s’est ins­tal­lés ici depuis le IVe siècle et le site a vécu des évo­lu­tions constantes », rap­pelle Lætitia Vendittelli. De fait, de la nais­sance du fau­bourg à l’ar­ri­vée de familles ori­gi­naires d’Italie, le quar­tier a connu bien des trans­for­ma­tions. Et si cer­tains endroits du quar­tier semblent figés dans le temps, d’autres ont vu leur confi­gu­ra­tion archi­tec­tu­rale bou­le­ver­sée au fil du temps et des muta­tions.

 

 

Aussi, était-il inté­res­sant de « cher­cher la cor­res­pon­dance d’endroits anciens à par­tir de pho­tos avec le bâti d’aujourd’hui », consi­dère Patrick Curtaud, le vice-pré­sident du Département chargé de la culture. « Cette expo­si­tion per­met­tra aux Isérois et aux habi­tants du quar­tier de s’approprier [son] pay­sage archi­tec­tu­ral et [son] his­toire », se prend-il à espé­rer. « Les gens n’ont pas tou­jours conscience de ce qu’ils ont autour d’eux. Il est impor­tant de les aider à mieux connaître l’en­droit où ils habitent », ajoute le vice-pré­sident.

 

Des photos anciennes et contemporaines du quartier Saint-Laurent pour jouer sur l'avant et l'après. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des pho­tos anciennes et contem­po­raines du quar­tier Saint-Laurent pour jouer sur l’a­vant et l’a­près. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Lætitia Vendittelli, est tout aussi enthou­siaste pour invi­ter les plus jeunes à décou­vrir l’ex­po­si­tion. « J’ai dit aux enfants du quar­tier, “vous allez voir, vous allez décou­vrir des coins qui ne res­semblent plus à ce qu’ils étaient autre­fois” », relate-t-elle.

 

Un exemple ? Celui de la place de la Cymaise, tota­le­ment bou­le­ver­sée en 1974, où trône la fameuse fon­taine du Lion du sculp­teur gre­no­blois Pierre-Victor Sappey,

 

 

Les réseaux sociaux mis à contribution pour découvrir le quartier Saint-Laurent

 

Mais ce n’est pas tout. L’exposition se pro­longe et se par­tage éga­le­ment sur les réseaux sociaux, notam­ment sur Facebook et Instagram. « Chaque semaine, je poste une photo ancienne du quar­tier. À charge pour les inter­nautes de pho­to­gra­phier ce à quoi res­semble ce lieu aujourd’­hui et de le par­ta­ger », explique Lætitia Vendittelli.

 

Des anciennes photos du quartier Saint-Laurent postées sur Facebook et Instagram. © Musée Dauphinois

D’anciennes pho­tos du quar­tier Saint-Laurent pos­tées sur Facebook et Instagram. © Musée Dauphinois

En com­plé­ment, le musée archéo­lo­gique Saint-Laurent a créé un livret-jeu pour les familles et tout par­ti­cu­liè­re­ment le jeune public. L’objectif ? Les invi­ter à décou­vrir le quar­tier au cours d’une balade depuis le musée jus­qu’aux deux extré­mi­tés de la rue Saint-Laurent.

 

Alors, à vos appa­reils photo ou vos smart­phones pour pos­ter vos images sur les réseaux sociaux.

 

Quant à l’ex­po­si­tion, le musée est ouvert tous les jours de la semaine, sauf le mardi, de 10 heures à 18 heures. Et n’ou­bliez pas ! Le port du masque est obli­ga­toire dans l’en­ceinte de l’ancienne église parois­siale.

 

Joël Kermabon

 

 

LES MUSÉES DÉPARTEMENTAUX ONT BIEN SUPPORTÉ LA CRISE SANITAIRE

 

Comment les musées dépar­te­men­taux, dont fait par­tie le musée archéo­lo­gique, ont-ils tra­versé cette période de crise sani­taire du coro­na­vi­rus ? « En Isère, nous avons rapi­de­ment mis en place l’ou­ver­ture de nos col­lec­tions en numé­rique, ce qui nous a per­mis d’en­re­gis­trer un grand nombre de connexions », rap­pelle Patrick Curtaud.

 

Lætitia Vendittelli présente l'exposition sur Saint-Laurent à Patrick Curtaud. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lætitia Vendittelli et Patrick Curtaud. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une manière pour ces visi­teurs vir­tuels de se rendre compte de la richesse des dif­fé­rentes col­lec­tions dépar­te­men­tales.

 

Ensuite, lors du décon­fi­ne­ment,  pour­suit le vice-pré­sident, « tout ce qu’ils ont pu voir sur leurs écrans, ils ont sou­haité le voir en pré­sen­tiel et comme tou­jours pour nos musées, gra­tui­te­ment ». Patrick Curtaud se féli­cite ainsi d’une « fré­quen­ta­tion impor­tante », cer­tains musée ayant même, sou­ligne-t-il, « explosé les comp­teurs ».

 

Quid du tou­risme qui, s’il com­mence à se réveiller un peu, reste fra­gile du fait de la crise sani­taire ? Patrick Curtaud ne déses­père pas de voir la repré­sen­ta­tion tou­ris­tique étran­gère à nou­veau affluer dans les musées dépar­te­men­taux.

 

 

 

commentez lire les commentaires
2789 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.