Grenoble rend hommage à Gisèle Halimi, avocate, militante, et ancienne députée de l'Isère

Grenoble rend hom­mage à Gisèle Halimi, avo­cate, mili­tante, et ancienne dépu­tée de l’Isère

Grenoble rend hom­mage à Gisèle Halimi, avo­cate, mili­tante, et ancienne dépu­tée de l’Isère

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF — Décédée mardi 28 juillet à l’âge de 93 ans, l’a­vo­cate et mili­tante fémi­niste Gisèle Halimi a bien connu l’Isère. Pour en avoir été dépu­tée entre 1981 et 1984. Mais aussi pour avoir défendu à Grenoble en 1973 le doc­teur Annie Ferrey-Martin. L’annonce de sa dis­pa­ri­tion a notam­ment sus­cité les hom­mages d’Éric Piolle, de Christophe Ferrari, d’Émilie Chalas… et d’Alain Carignon.

La « tris­tesse » et la « vive émo­tion » : c’est par ces mots que des figures poli­tiques de Grenoble saluent le décès de Gisèle Halimi. L’avocate et mili­tante fémi­niste franco-tuni­sienne s’est éteinte le 28 juillet 2020, au len­de­main de son 93ème anni­ver­saire. Des hom­mages d’au­tant plus logiques que Gisèle Halimi a compté poli­ti­que­ment en Isère, pour avoir été dépu­tée de sa qua­trième cir­cons­crip­tion entre 1981 et 1984.

En 1973, Gisèle Halimi est l'avocate d'Annie Ferrey-Martin, médecin grenoblois accusée de pratiquer des avortements clandestins © INA

En 1973, Gisèle Halimi est l’a­vo­cate d’Annie Ferrey-Martin, méde­cin gre­no­blois accu­sée de pra­ti­quer des avor­te­ments clan­des­tins © INA

En 1973, Gisèle Halimi était déjà à Grenoble, en tant qu’a­vo­cate. Après le reten­tis­sant pro­cès Bobigny, elle venait défendre le doc­teur Annie Ferrey-Martin, incul­pée pour avoir pra­ti­qué des avor­te­ments clan­des­tins. « L’affaire de Grenoble, c’est l’af­faire de Choisir », décla­rait-elle alors à la télé­vi­sion. Choisir, du nom de l’as­so­cia­tion en faveur de la dépé­na­li­sa­tion de l’a­vor­te­ment, qu’elle avait cofon­dée en 1971. Deux ans plus tard, Annie Ferrey-Martin était relaxée.

Les hom­mages d’Éric Piolle, de Christophe Ferrari et d’Émilie Chalas

« Gisèle Halimi incarne cette éner­gie fon­da­trice de la République : dans la rue, dans les pré­toires, jus­qu’au par­le­ment, par­tout, la liberté n’est pas un cadeau qu’on nous offre. La liberté est une conquête que l’on gagne », déclare Éric Piolle, maire de Grenoble, dans un com­mu­ni­qué. Et de rendre hom­mage à la mili­tante au nom de la Ville. Tout en pré­sen­tant ses condo­léances à ses proches et à sa famille.

Lors de la marche des femmes du 8 mars 2019, militantes et militants féministes rebaptisent l'arrêt de tramway La Tronche du nom d'Annie Ferrey-Martin © Florent Mathieu - Place Gre'net

Lors de la marche des femmes du 8 mars 2019, mili­tantes et mili­tants fémi­nistes rebap­tisent l’ar­rêt de tram­way La Tronche du nom d’Annie Ferrey-Martin © Florent Mathieu – Place Gre’net

Même tona­lité pour le pré­sident de la Métropole de Grenoble. « Je tiens à saluer la mémoire d’une infa­ti­gable mili­tante de la cause des femmes, qui a consa­cré sa vie à défendre leurs droits et plus par­ti­cu­liè­re­ment la dépé­na­li­sa­tion de l’avortement », écrit Christophe Ferrari. Avant de rap­pe­ler les termes de la plai­doi­rie de Bobigny. Dans laquelle l’a­vo­cate dénon­çait une « sur­ex­ploi­ta­tion » des femmes « vieille de plu­sieurs siècles ».

La dépu­tée de l’Isère Émilie Chalas n’est pas en reste. « Je salue une figure pro­gres­siste, ardente défen­seur des droits et de la liberté des femmes », écrit-elle. Avant de rap­pe­ler, oppor­tu­né­ment, qu’Emmanuel Macron « a décidé de faire de l’égalité femmes-hommes une grande cause de son quin­quen­nat ». Et de pro­mettre « de por­ter, sans flé­chir, la voix des femmes sur les bancs de l’Assemblée natio­nale et dans les ter­ri­toires ».

Quand Alain Carignon prend la pose aux côtés de Gisèle Halimi

Alain Carignon (au centre) en Algérie aux côtés de Gisèle Halimi et Luc Ferry © Alain Carignon

Alain Carignon (au centre) en Algérie aux côtés de Gisèle Halimi et Luc Ferry © Alain Carignon

Hommage plus inat­tendu, et qui risque de faire grin­cer des dents, celui d’Alain Carignon. Membre du RPR dans les années 80, l’an­cien maire et député gre­no­blois a eu l’oc­ca­sion de s’op­po­ser à Gisèle Halimi. Qui fut pour sa part élue sous ban­nière du Parti socialiste.

« Mais sa rage de vaincre, sa force en défense de causes alors déses­pé­rées ne pou­vaient qu’entrainer l’admiration », écrit aujourd’­hui le conseiller muni­ci­pal d’opposition de Grenoble.

Toujours prompt à mettre en avant ses archives, Alain Carignon pro­duit une pho­to­gra­phie où il se tient aux côtés de Gisèle Halimi. « Dans les années 80, elle a accepté de m’accompagner en Algérie avec Luc Ferry afin d’analyser ensemble la mon­tée de l’islamisme radi­cal », illustre-t-il. Vantant un regard « si aigu et lucide » que le lea­der du FIS* « refusa de la ren­con­trer de peur de sa colère ».

Florent Mathieu

* Front isla­mique du salut

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Ville de Grenoble adopte des noms de femmes pour plusieurs lieux symboliques... sans éviter le débat
La Ville de Grenoble a adopté des noms de femmes pour plu­sieurs lieux sym­bo­liques… sans évi­ter le débat

FOCUS - Si le conseil municipal de Grenoble est d'accord pour accorder plus de place aux femmes sur les plaques de la ville, le débat Lire plus

Super Cyprine Couverture
BD : l’au­trice gre­no­bloise Tess Kinski sur le point de publier Super Cyprine, la jus­ti­cière qui punit les harceleurs

  EN BREF – Une super-héroïne pour combattre le harcèlement de rue. Voila l'idée originale au cœur de la bande dessinée Super Cyprine de l'autrice Lire plus

Rassemblement féministe contre le remaniement
“Remaniement sexiste, riposte fémi­niste” : plus de 200 per­sonnes ras­sem­blées devant le palais de jus­tice de Grenoble

  EN BREF - Le collectif féministe « Nous Toustes 38 » a organisé un rassemblement devant le palais de justice de Grenoble, ce vendredi 10 Lire plus

Dans ses illustrations satiriques, Pauline Rochette s'attaques aux injonctions sexistes de la société patriarcale. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
À Grenoble, Pauline Rochette débou­lonne le patriar­cat avec Patriarchie Magazine

  FOCUS – Avec son humour grinçant et particulièrement cinglant, Pauline Rochette, chargée de communication numérique indépendante basée à Grenoble, s’attaque au patriarcat… Elle vient Lire plus

UNE Catherine Brun, tête de liste LO en lice pour les municipales 2020 à Grenoble, le 4 mas © Séverine Cattiaux- Place Gre'net
Catherine Brun, une femme révol­tée contre les injus­tices et le capitalisme

  PORTRAIT INTERACTIF - À 62 ans, Catherine Brun, tête de la liste Lutte ouvrière, se présente pour la troisième fois aux élections municipales à Lire plus

Des colistières de La commune est à nous ! rebaptisent la rue Thiers, "André Léo", le pseudo de la communarde Victoire Léodile Béra © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
L’égalité hommes-femmes : un com­bat de la liste La Commune est à nous !

EN BREF - Cette journée internationale des femmes est l'occasion de s'intéresser aux mesures en faveur de l'égalité hommes-femmes proposées par les listes candidates aux Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin