L’activité sismique divisée par deux durant le confinement, selon le CNRS

sep article



 

FIL INFO – Le CNRS a exprimé sa surprise ce vendredi 24 juillet. En effet, 76 sismologues internationaux dont des chercheurs de l’Institut des sciences de la Terre basé à Grenoble ont annoncé que le bruit sismique dans le monde avait diminué de moitié pendant la période de confinement.

 

 

Courbes d'un sismographe activité sismique

Courbes d’un sis­mo­graphe. DR

L’activité sis­mique a‑t-elle dimi­nué du fait du confi­ne­ment ? Ce ven­dredi 24 juillet, le CNRS a publié un com­mu­ni­qué sur la fré­quence des secousses et séismes ces der­niers mois dans le monde. Les résul­tats de la der­nière étude de 76 sis­mo­logues du monde entier, parmi les­quels des cher­cheurs de l’Institut des sciences de la Terre (ISTerre – CNRS – IRD ‑UGA – UGE – USMB), de l’IPGP, d’Université de Paris, de l’Université de Strasbourg et de l’IRD.

 

Et les conclu­sions sont sans appel : « Les mesures de confi­ne­ment pour lut­ter contre la pro­pa­ga­tion du Covid-19 ont entraîné dans le monde entier une réduc­tion de 50 % du bruit sis­mique lié aux acti­vi­tés humaines entre jan­vier et juin 2020 », écrit le CNRS.

 

Si les secousses sis­miques liées à l’activité humaine ne sont pas incon­nues des scien­ti­fiques, les sis­mo­logues expriment leur éton­ne­ment devant cette réduc­tion dras­tique du bruit sis­mique. Ils ont ainsi « pris conscience de l’impact, plus impor­tant qu’escompté jusqu’à pré­sent, des acti­vi­tés humaines sur les sous-sols », explique le centre de recherche.

 

 

Une corrélation entre l’activité humaine et la fréquence des ondes sismiques

 

Pour ce faire, les sis­mo­logues ont ana­lysé les don­nées de plus de 300 sta­tions sis­miques dans le monde. Ils ont ainsi constaté que cette quié­tude sis­mique sui­vait une « vague » de confi­ne­ment. La réduc­tion du bruit sis­mique a com­mencé en Chine avant de se dépla­cer en Italie, puis dans le reste du monde.

 

Les scien­ti­fiques du centre éta­blissent donc une cor­ré­la­tion entre la pro­duc­tion indus­trielle de l’homme, son acti­vité éco­no­mique et tou­ris­tique et la fré­quence de ces ondes sis­miques. Pour eux, le confi­ne­ment et la mise en pause de toutes ces acti­vi­tés a per­mis cette réduc­tion de moi­tié du bruit sis­mique dans le monde.

 

Un petit séisme parti du Vercors ressenti jusqu'à Grenoble

Localisation du séisme de magni­tude 2,7 le 22 mai 2020

 

À titre d’exemple, le der­nier séisme remar­quable en date dans la péri­phé­rie gre­no­bloise a été observé le 22 mai 2020 dans le sec­teur d’Engins. Un séisme de magni­tude 2,7, dix jours après le décon­fi­ne­ment… et à proxi­mité d’une car­rière où sont régu­liè­re­ment réa­li­sés des tirs de mine.

 

Corentin Bemol

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1548 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.