Christophe Ferrari et Yann Mongaburu. © Anissa Duport-Levanti - Placegrenet.fr

Métropole de Grenoble : “Et si la solution à la crise de gouvernance était de partager la présidence ?”

Métropole de Grenoble : “Et si la solution à la crise de gouvernance était de partager la présidence ?”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

TRIBUNE LIBRE – La réélection mouvementée de Christophe Ferrari à la présidence de la métropole grenobloise le 17 juillet 2020 a laissé un goût amer aux “rouges-verts”, qui l’ont accusé d’avoir pactisé avec la droite. Mais pour Pierre Merle, ce tohu-bohu provoqué par la réélection du président sortant n’est pas tant dû à un marchandage politique qu’à une guerre d’ego entre deux frères ennemis qui désiraient chacun « accéder au trône ». Face à cette crise institutionnelle, la solution pourrait peut-être venir d’une innovation politique forte dans la gouvernance de la Métro.

 

 

Habitant de la Métropole, Pierre Merle est diplômé de l’Institut d’é­tudes poli­tiques (IEP) de Grenoble. Il a eu l’oc­ca­sion de s’in­té­res­ser à la gou­ver­nance de Grenoble-Alpes Métropole à tra­vers son mémoire de fin d’é­tudes, L’ourson et le jeu de quilles.

 

 

Le 17 juillet der­nier a donné lieu à l’une des passes d’armes poli­tiques les plus âpres que Grenoble-Alpes Métropole n’avait jamais connues de son his­toire. Alors que l’élection de son pré­sident se fai­sait jadis en réa­lité dans des réunions feu­trées, pour la pre­mière fois le pre­mier conseil com­mu­nau­taire du man­dat a joué le rôle qui était le sien : un lieu de débat riche et public, sans dénoue­ment déjà acté.

 

 

Une élection « ni absurde, ni honteuse »

 

Contrairement à ce que de nom­breux obser­va­teurs ont pu dire, ce qui s’est déroulé durant les dix heures du conseil métro­po­li­tain n’était ni absurde, ni hon­teux pour la démo­cra­tie. Il s’est agi de négo­cia­tions telles que tous les régimes à scru­tins pro­por­tion­nels peuvent en connaître : en Suisse, en Autriche, au Bénélux, en Espagne, en Allemagne, dans toute la Scandinavie, que ce soit au niveau natio­nal comme au niveau local, les exé­cu­tifs dési­gnés sont le fruit de com­pro­mis de ‘’troi­sième tour’’ entre élus, et cela ne choque personne.

 

Le gou­ver­ne­ment fédé­ral autri­chien est le fruit d’une alliance entre un parti de droite conser­va­trice et un parti éco­lo­giste, ce qui n’avait pas été anti­cipé pen­dant la cam­pagne élec­to­rale, et là-bas, les citoyens ne se sont pas sen­tis trahis.

 

L'élection de Christophe Ferrari s'est faite dans la douleur… © Laure Gicquel - Placegrenet.fr

L’élection de Christophe Ferrari s’est faite dans la dou­leur… © Laure Gicquel – Placegrenet​.fr

En France, nous ne sommes pas habi­tués à de telles incer­ti­tudes. Le modèle de la prime majo­ri­taire, que ce soit au niveau muni­ci­pal comme au niveau régio­nal, n’exige aucune négo­cia­tion après le second tour. « Le gagnant rafle tout » (la liste en tête gagne d’office une large majo­rité des sièges au conseil), même avec une majo­rité rela­tive, et l’opposition n’a plus qu’à regar­der les trains pas­ser pen­dant tout le reste du mandat.

 

Au contraire, l’intercommunalité est une chance pour le débat démo­cra­tique. En ras­sem­blant de fait des élus qui can­di­da­taient sur des com­munes et donc des listes dif­fé­rentes, la créa­tion d’un exé­cu­tif inter­com­mu­nal induit un indis­pen­sable effort de dia­logue, sans le confort d’un scru­tin majo­ri­taire qui garan­tit l’hégémonie.

 

 

La guerre des « leadeur » et l’attitude « machiste » des deux camps

 

Le débat (du moins public) qui a opposé Christophe Ferrari et Yann Mongaburu ne por­tait pas tant sur la nature des poli­tiques publiques à mettre en œuvre durant les six pro­chaines années à la Métro. Il repo­sait plu­tôt sur la ques­tion du lea­der­ship mis en évi­dence par l’élection de son président.

 

Christophe Ferrari président de la Métropole de Grenoble ©Laure Gicquel

Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole de Grenoble ©Laure Gicquel

Yann Mongaburu se pré­sen­tait comme ‘’l’animateur’’ d’une majo­rité où la ques­tion de la pro­ve­nance muni­ci­pale de cha­cun ne devrait plus être un sujet, puisque c’est le virage de la tran­si­tion envi­ron­ne­men­tale  et sociale qui devrait occu­per les esprits. Christophe Ferrari a axé sa can­di­da­ture sur le res­pect des dif­fé­rentes com­po­santes de la majo­rité et  des com­munes de la Métropole, condi­tion sine qua non pour mobi­li­ser toutes les forces du territoire.

 

Les deux approches peuvent s’entendre. Surtout, elles ne remettent en cause ni l’existence ni le péri­mètre d’une majo­rité au Conseil métro­po­li­tain. Le pro­pos ici n’est jus­te­ment pas d’appeler à une gou­ver­nance de consen­sus. Il est sain que dans une ins­tance comme la Métropole, une majo­rité unie sur des pro­jets et valeurs claires voit le jour et porte des poli­tiques publiques qui ne seraient pas que le plus petit déno­mi­na­teur com­mun entre tous les élus du conseil métropolitain.

 

Néanmoins, les deux camps, ras­sem­blant cha­cun deux groupes poli­tiques de la Métro, ont fait preuve, en ten­tant coûte que coûte à gagner la pré­si­dence, d’une atti­tude qu’on pour­rait qua­li­fier poli­ti­que­ment de ‘’machiste’’.  Il s’est agi pour eux de gagner cette place comme on gagne­rait un trône. Cette logique de ‘’domi­nant’’ ne cor­res­pond ni à l’esprit ni aux res­sorts du tra­vail intercommunal.

 

Cette lutte est vaine, dans la mesure où la majo­rité du conseil métro­po­li­tain est claire, repose sur quatre groupes qui ont tra­vaillé ensemble pen­dant six ans, et avaient visi­ble­ment jusqu’à main­te­nant la pleine envie de conti­nuer à le faire. Force est de consta­ter qu’aujourd’hui Christophe Ferrari n’est pas majo­ri­taire dans sa majo­rité, et que Yann Mongaburu ne dis­pose pas d’un majo­rité à la Métropole pour l’élire pré­sident. La situa­tion semble dans une impasse.

 

 

innover pour sortir par le haut, l’idée d’une gouvernance partagée

 

Il est curieux que per­sonne n’ait jusqu’à main­te­nant ima­giné que la pré­si­dence de la Métropole pou­vait être par­ta­gée. En Suisse, la pré­si­dence de nom­breux exé­cu­tifs poli­tiques est tour­nante. Ainsi le maire de Genève comme le pré­sident du Conseil fédé­ral changent chaque année. Ce rôle est ainsi trans­mis entre les dif­fé­rentes com­po­santes de la majo­rité, de façon à ce qu’aucun ne paraisse hégémonique.

 

Le Forum, siège de la Métro. © Grenoble Alpes Métropole

On pour­rait très bien ima­gi­ner que durant les quelques soixante-dix mois que durera le pro­chain man­dat, les quatre groupes de la majo­rité se répar­tissent équi­ta­ble­ment la pré­si­dence dans le temps, soit envi­ron dix-huit mois par pré­si­dence, tout en conser­vant le même bureau (les vice-pré­si­dents de la Métro).

 

Cette option est pos­sible juri­di­que­ment tant qu’elle n’est pas for­ma­li­sée dans les sta­tuts de la Métropole, et quelques inter­com­mu­na­li­tés en France ont déjà adopté ce sys­tème. Christophe Ferrari comme Yann Mongaburu pour­raient cha­cun exer­cer la pré­si­dence sin­gu­lière qu’ils sou­haitent, sur un temps suf­fi­sam­ment consé­quent pour impul­ser des orien­ta­tions particulières.

 

Ce choix pour­rait sur­tout per­mettre à une ou deux femmes de deve­nir pré­si­dentes de la Métro, dans une époque où le lea­der­ship poli­tique au fémi­nin demeure un angle-mort de la démo­cra­tie locale. Il acte­rait ce qu’est dans les faits le tra­vail poli­tique en inter­com­mu­na­lité : la col­lé­gia­lité. Non le pou­voir d’un chef, l’aura d’un baron, mais l’action d’une assem­blée où des élus d’horizons dif­fé­rents se sont mis d’accord sur un pro­gramme d’action. Grenoble-Alpes Métropole : pre­mière Métropole de France à gou­ver­nance par­ta­gée, dans un cadre poli­tique affirmé. Cela, en atten­dant une hypo­thé­tique élec­tion du Conseil métro­po­li­tain au suf­frage uni­ver­sel direct, laquelle, ne nous leur­rons pas, ne ren­drait pas sa gou­ver­nance poli­tique plus simple, bien au contraire, mais plus lisible pour les habi­tants de son territoire.

 

Avec une pré­si­dence tour­nante, l’agglomération gre­no­bloise renoue­rait ainsi avec sa tra­di­tion d’innovation poli­tique… et trou­ve­rait une sor­tie digne de son blo­cage ins­ti­tu­tion­nel, en évi­tant d’inutiles bles­sures qui ne reposent sur aucun cli­vage idéo­lo­gique réel­le­ment fondé.

 

Pierre Merle

 

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur. 

 

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La justice ordonne la suspension de l’arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

Conseil métropolitain : le groupe Une métropole d’avance demande au gouvernement de déclarer « l’état d’urgence climatique »

FOCUS - Le groupe Une métropole d'avance (Uma) a formulé un vœu demandant au gouvernement de déclarer l'état d'urgence climatique lors du conseil métropolitain de Lire plus

Place(s) aux enfants: nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble
Place(s) aux enfants : nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition
Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition

FOCUS - Sept ans après leur disparition, les colonnes Morris JCDecaux refont leur apparition dans le paysage urbain grenoblois. De quoi susciter l'ironie du groupe Lire plus

Jugement du Tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier: une validation, ou un camouflet?
Jugement du tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier : une validation ou un camouflet ?

FOCUS - Saisi par un commerçant, le tribunal administratif de Grenoble a rendu son jugement sur la question de la piétonnisation de la rue Cuvier. Lire plus

Flash Info

|

28/10

15h18

|

|

27/10

23h45

|

|

27/10

9h58

|

|

26/10

15h52

|

|

26/10

10h13

|

|

26/10

9h00

|

|

25/10

19h42

|

|

25/10

11h46

|

|

24/10

9h44

|

|

23/10

15h18

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin