“Étapes, le Tour de France en Isère” : Glénat fait revivre figures et légendes

sep article



 

EN BREF – « Étapes – le Tour de France en Isère » vient de paraître aux éditions Glénat. Sous la direction d’Yves Perret, l’ouvrage dresse une histoire chronologique du Tour de France dans le département. Mais aussi ses grands moments, ses figures et ses légendes.

 

 

« L’Isère fait par­tie de la légende et du patri­moine du Tour de France depuis ses ori­gines », rap­pelle en pré­am­bule Christian Prudhomme, direc­teur du Tour de France, en pre­mière page de l’ouvrage.

 

Etapes le tour de France en Isère Glénat

« Étapes – Le Tour de France en Isère » aux édi­tions Glénat © Glénat

Notamment « Grenoble, ville étape à 40 reprises depuis 1905 ». Pas éton­nant dès lors que le dépar­te­ment de l’Isère soit mis à l’hon­neur en sep­tembre pour l’é­di­tion 2020 du Tour.

 

Cet ouvrage, qui ne manque pas de charme, livre ainsi une his­toire, ou plu­tôt des his­toires. Celles du Tour de France dans les mon­tagnes du Vercors, en Chartreuse et dans les 21 virages de l’Alpe‑d’huez.

 

Au fil du livre, on y trouve des anec­dotes, des pho­to­gra­phies d’époque, des temps forts qui ont mar­qué l’histoire du Tour et des por­traits de cou­reurs. Bref, un ouvrage riche qui met l’accent sur les évé­ne­ments du Tour, les étapes, l’histoire mais éga­le­ment sur les femmes et les hommes qui l’ont fait.

 

 

Temps forts et anecdotes du Tour

 

Le tour de France en Isère - Eddy Merckx

Eddy Merckx rem­por­tant la 12e étape du Tour à Grenoble en 1970. © Glénat

L’ouvrage com­mence par la nais­sance du maillot jaune… à Grenoble. En effet, en 1919, tous les cou­reurs por­taient un maillot gris. Ce n’est que lors de la onzième étape du Tour que le pre­mier de la course, Eugène Christophe, a reçu un maillot jaune à Grenoble, près du lycée Champollion. Le but : démar­quer le meilleur d’entre tous à chaque étape. Le maillot jaune était né.

 

Parmi les grands moments du Tour de France en Isère, rap­pe­lons la per­for­mance d’Eddy Merckx lors de la dou­zième étape entre Thonon-les-bains et Grenoble en 1970. Le Belge s’était imposé en soli­taire sur la piste du stade vélo­drome et avait patienté trois minutes avant de voir arri­ver Zoetelmek et Poulidor. Une pho­to­gra­phie le mon­trant bras levés à son arrivé au stade Charles-Berty devient alors une image ico­nique.

 

 

François Mitterrand, quasi incognito à Montaud

 

Autre petite anec­dote du Tour, celle d’une ren­contre inat­ten­due. Le 10 juillet 1985, au som­met de la côte de Montaud, les cou­reurs croisent par sur­prise un cer­tain François Mitterrand, presque ano­nyme au milieu de la foule. Le pré­sident de la République était venu prendre des pho­tos des cyclistes, avant que ceux-ci ne s’aventurent sur l’exigeante ascen­sion de Saint-Nizier.

 

Si le livre regorge de pho­tos et de moments forts de l’histoire du Tour en Isère, il s’in­té­resse éga­le­ment à l’as­pect éco­no­mique de la com­pé­ti­tion et notam­ment aux impor­tantes retom­bées que celle-ci a eu sur le dépar­te­ment. Enfin, l’ouvrage consacre une par­tie aux isé­rois qui ont par­ti­cipé au Tour. De l’Italo-grenoblois Pierre Brambilla à Thierry Bourguignon, en pas­sant par Bernard Thèvenet, « l’homme qui a ter­rassé Merckx » en 1975.

 

Corentin Bemol

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1663 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.