RN 38 : une journée d’été pour motiver les troupes après des résultats en demi-teinte aux municipales

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FOCUS – Le Rassemblement national de l’Isère (RN 38) organisait sa journée d’été dimanche 19 juillet à Seyssins, en présence de militants et de sympathisants du mouvement. Pour l’occasion, Steeve Briois, vice-président du RN et maire d’Hénin-Beaumont, avait fait le déplacement en soutien à Alexis Jolly, responsable départemental et candidat malheureux aux dernières municipales à Echirolles.

 

Note de la rédac­tion : Suite à un mal­heu­reux concours de cir­cons­tances, une pre­mière ver­sion de cet article non fina­lisé (texte et maquette) avait été publiée par erreur. Nous vous prions d’ac­cep­ter toutes nos excuses pour cet impair.

 

 

Environ 150 sym­pa­thi­sants du Rassemblement natio­nal avaient ren­dez-vous ce dimanche 19 juillet au châ­teau de la Baume à Seyssins. Le mou­ve­ment orga­ni­sait en effet son uni­ver­sité d’été avec un haut res­pon­sable du parti. En l’oc­cur­rence, Steeve Briois, vice-pré­sident et maire d’Hénin-Beaumont.

 

Journée d'été du RN38 à Seyssins © Laure Gicquel

Journée d’été du RN38 à Seyssins avec Alexis Jolly et Steeve Briois. © Laure Gicquel

 

Un cadre cham­pêtre pas inconnu des mili­tants, puisque le châ­teau avait déjà accueilli, le 5 sep­tembre der­nier, Jordan Bardella. Le jeune vice-pré­sident du Rassemblement National et député euro­péen avait alors célé­bré la ren­trée poli­tique de la fédé­ra­tion de l’Isère.

 

 

Objectif 2022, selon Steeve Briois

 

Pour Steeve Briois, l’af­faire est enten­due : l’ex-parti fron­tiste doit gar­der le cap sur les élec­tions pré­si­den­tielles de 2022. Un objec­tif clé, après l’é­pi­sode des muni­ci­pales où le Rassemblement natio­nal a échoué dans sa ten­ta­tive de conquête d’une ville de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Notamment à Echirolles, où Alexis Jolly n’est arrivé qu’en troi­sième posi­tion, avec 22,73 % des suf­frages expri­més, der­rière Renzo Sulli, maire com­mu­niste sor­tant (36,9 %) et Alban Rosa (24,56 %).

 

Désireux de moti­ver les adhé­rents, le maire d’Henin-Beaumont, n’a pas man­qué d’in­sis­ter sur les vic­toires récentes du parti lors des der­nières muni­ci­pales. A com­men­cer par la mai­rie de Perpignan – seul prise du parti tou­te­fois – sans comp­ter « tous les maires déjà en place [qui] ont été réélus ».

 

Lui-même, à Hénin-Beaumont, a d’ailleurs rem­pilé dès le pre­mier tour sans dif­fi­cul­tés, avec 74% des voix. Et le vice-pré­sident du RN de se féli­ci­ter de cer­tains son­dages qui por­te­raient les inten­tions de vote pour Marine le Pen aux pré­si­den­tielles à « 28% ».

 

 

Changer l’image du RN

 

Alexis Jolly lors de l'élection métropolitaine

Alexis Jolly lors de l’é­lec­tion métro­po­li­taine © Laure Gicquel

Si l’al­lo­cu­tion de Steeve Briois ne se démar­quait pas des argu­men­taires clas­siques du parti, Alexis Jolly s’est pour sa part attelé à rendre son dis­cours plus concret. Le tout dans un style volon­tai­re­ment décon­tracté – che­mi­sette et ber­muda – tran­chant avec le cos­tume trois pièces noir strict qu’il arbore tou­jours lors des conseils et autres évé­ne­ments poli­tiques.

 

Ambition du res­pon­sable dépar­te­men­tal nommé il y a un an : chan­ger l’i­mage du Rassemblement natio­nal. « On veut mon­trer le visage du RN tel qu’il est : des gens nor­maux, qui sont modernes, dyna­miques, pas du tout la cari­ca­ture qu’on peut faire de nous. »

 

Et de dési­gner l’as­sem­blée d’un geste large. « Comme vous voyez, il y a plein de jeunes, qui ne sont pas habillés en treillis ou quoi que ce soit. C’est l’i­mage que l’on sou­haite don­ner à l’en­semble des Français, mais éga­le­ment, par­ti­cu­liè­re­ment, à la Métropole. Et c’est le tra­vail que je sou­haite pour­suivre dans les pro­chaines années. »

 

 

Place aux jeunes… et aux piliers du parti

 

Alexis Jolly et Alexandre Moulin-Comte

Alexis Jolly et Alexandre Moulin-Comte. © Laure Gicquel

Alexis Jolly entend y par­ve­nir en s’ap­puyant sur une équipe hété­ro­clite, que ce soit au niveau de l’âge ou de l’ex­pé­rience poli­tique.

 

Charge à Alexandre Moulin-Comte et Chloé Bailly, au-delà d’Alexis Jolly, de repré­sen­ter la branche plus jeune du RN.

 

Autre appui indis­pen­sable, les piliers du mou­ve­ment au niveau régio­nal. Parmi eux, Bruno Desies, conseiller régio­nal Rhône-Alpes, et Muriel Burgaz. Sans oublier Jean-Louis Virette, Alexandre Collin, Nathalie Germain et Brigitte Cirrouge.

 

 

Dynamiser les forces vives en prévision des prochaines échéances

 

Malgré l’ac­cent mis sur les pré­si­den­tielles par Steeve Briois, d’autres objec­tifs locaux de plus courts termes se sont fait jour. A com­men­cer par celui de « dyna­mi­ser la fédé­ra­tion ». Alexis Jolly n’a ainsi pas caché son inten­tion de faire du RN38, excu­sez du peu, « l’une des fédé­ra­tions les plus dyna­miques de France ».

 

Steeve Briois à Seyssins © Laure Gicquel

Steeve Briois à Seyssins. © Laure Gicquel

L’idée ? « Attirer du monde, des nou­veaux visages. Des per­sonnes qui n’é­taient pas for­cé­ment sen­sibles avant à ce que l’on [fai­sait] dans la fédé­ra­tion de l’Isère. »

 

Mais si les jeunes sont une cible affi­chée pour « [renou­ve­ler] un peu les gens qui militent », tout l’en­jeu pour le RN consiste à trou­ver et atti­rer « les futurs cadres – et élus – de la fédé­ra­tion. »

 

 

Prochain objec­tif pour le parti : trou­ver des can­di­dats cré­dibles pour par­ti­ci­per aux élec­tions dépar­te­men­tales et régio­nales. « Nous avons déjà deux tiers de can­tons pour­vus », affirme, confiant, le res­pon­sable dépar­te­men­tal. Qui ne cache pas son ambi­tion d’ici mars, d’a­voir « des can­di­dats par­tout […] en capi­ta­li­sant sur la base ». Entendez, sur les adhé­rents.

 

D’où l’im­por­tance, pour le RN, de cette jour­née d’été visant à créer du lien entre adhé­rents, mili­tants et sym­pa­thi­sants. Le tout à coups de paëlla géante, tirage au sort de lots, blind test musi­caux, et acces­soires bleu-blanc-rouge… « C’est aussi pour les moti­ver, leur redon­ner de l’es­poir,  se jus­ti­fie Alexis Jolly. Leur dire qu’il n’y a pas d’é­chec en poli­tique, que tout se fera encore demain, dans les pro­chaines batailles. »

 

Laure Gicquel

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
3881 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Il y avait tel­le­ment de monde que les dis­tances sociales ont cer­tai­ne­ment pu être obser­vées sans pro­blèmes :-))

    sep article
  2. Marine Le Pen est tres cha­ris­ma­tique , mais ne com­prend rien en éco­no­mie. Je crains qu’elle serait pire pour l’économie que les socia­listes

    sep article
    • Voilà, mon ami, vous avez tout com­pris. MLP ne connaît rien à rien.
      Mais vrai­ment rien à rien et rien de rien.
      Quant à son cha­risme, c’est celui de Benoît Hamon avec deux piles Wonder après ten­ta­tive de sui­cide sous valium.

      sep article
      • Cher Monsieur le gau­chiste, vous pou­vez cra­cher votre haine sur MLP, ça me sur­prends pas du tout. Je la trouve vrai­ment cha­ris­ma­tique et si je devais choi­sir entre elle et les pas­tèques, le choix serait facile.

        sep article