Municipales à Vif : le droit de réponse de Karine Maurinaux

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

DROIT DE RÉPONSE - Nos articles « À Vif, la publicité autour d’un chèque vient électriser la campagne à quelques jours du second tour » publié le 25 juin et « Le fauteuil de maire de vif lui échappe pour trois voix, Karine Maurinaux saisit la justice » mis en ligne le 8 juillet ont suscité un droit de réponse de Karine Maurinaux. La candidate aux élections municipales à Vif, arrivée en tête au premier tour avant de s’incliner, de trois voix derrière le maire sortant au soir du 28 juin 2020, n’avait pas répondu à nos sollicitations, directement ou indirectement par l’entremise de sa liste L’Essentiel pour Vif.

 

 

Nous publions son droit de réponse in extenso.

 

« Il est temps de faire usage de mon droit de réponse afin de vous faire ces­ser d’écrire ce que bon vous semble. Vous écri­vez encore ceci le 8 juillet :

 

d’un chèque de près de 10 000 euros de son asso­cia­tion aux éco­liers de la com­mune. L’opération rele­vait-t-elle d’un achat de votes, sus­cep­tible d’une infrac­tion au code élec­to­ral ?    Avant le second tour, les adver­saires de Karine Maurinaux se réser­vaient, en fonc­tion du résul­tat, la pos­si­bi­lité de por­ter l’affaire devant les tri­bu­naux. La mili­tante asso­cia­tive les a semble-t-il devancé… »

 

Tout d’abord, concer­nant le tract du dit « col­lec­tif » dif­fa­ma­toire  et dépas­sant les limites de la polé­mique élec­to­rale, une plainte a été déposé pour dif­fa­ma­tion en gen­dar­me­rie.

 

Ensuite, pour tout ce qui concerne les infor­ma­tions de l’association Contamination Eau Sud Agglo, elles sont publique (sic), sur ce lien vous pour­rez consta­ter que ces dons ont été attri­bué (sic) en tant que pré­si­dente, non en tant que can­di­date et hors période élec­to­rale qui démar­rait offi­ciel­le­ment le 15 juin http://contamination-eau-sud-agglo.fr/

 

En vous don­nant la peine de consul­ter notre site, vous auriez pu lire ceci :le 12 décembre 2019, les membres fon­da­teurs s’étaient réunis pour pro­cé­der à une assem­blée géné­rale de pré­sen­ta­tion du bilan et enga­ge­ment de la dis­so­lu­tion volon­taire de notre asso­cia­tion.

Nous atten­dions un élé­ment impor­tant pour pou­voir clô­tu­rer l’association, la mise en place d’un auto­mate des ana­lyses par la Métro qui a fina­le­ment enfin vu le jour, tar­di­ve­ment.

 

Le 4 juin 2020, les nou­velles règles sani­taires liées au coro­na­vi­rus nous ont per­mis de nous réunir pour pro­cé­der à l’assemblée géné­rale de dis­so­lu­tion de l’association et sa liqui­da­tion.

Durant l’assemblée géné­rale de dis­so­lu­tion du 4 juin, nous avons voté à l’unanimité de rever­ser exclu­si­ve­ment le solde de compte de notre asso­cia­tion aux OCCE et asso­cia­tions (écoles de pom­piers, sou des écoles, foyer socio-édu­ca­tif de Vif et du Gua (com­mune qui ne vote pas à Vif) afin de com­pen­ser la perte subie dû au coro­na­vi­rus, NON AUX ENFANTS COMME VOUS L’ECRIVEZ PARTOUT (sic) !!!!!!

 

Nous avions prévu un don de 1 200 € au sou des écoles du Genevrey, mais son bureau a refusé le don en nous infor­mant qu’ils ont pu réa­li­ser 2 mani­fes­ta­tions sur 3 cette année, que leurs finances ne sont que par­tiel­le­ment affec­tées par la crise sani­taire au contraire d’autres asso­cia­tions. Nous avons donc réparti cette somme aux autres asso­cia­tions et OCCE.

 

Je vous demande de publier un démenti des hor­reurs (re-sic) que vous avez pu écrire pen­dant la cam­pagne élec­to­rale.

 

Pour le reste lais­sons faire la jus­tice pour la plainte per­son­nelle et pour le recours lié au élec­tions muni­ci­pales. »

 

 

Note de la rédac­tion : Mme Maurinaux semble avoir une lec­ture très per­son­nelle de nos articles. Ce qui était pointé au tra­vers de ces deux publi­ca­tions n’est autre que la publi­cité faite autour du chèque de l’as­so­cia­tion qu’elle a pré­si­dée. Et non le don en lui-même. Publicité qui s’est notam­ment tra­duite par un article dans le quo­ti­dien régio­nal en date du 12 juin. A cette date, le 12 juin, Mme Maurinaux était bien can­di­date aux élec­tions muni­ci­pales à Vif.

 

Notre ques­tion­ne­ment, comme celui du col­lec­tif de citoyens que Mme Maurinaux a assi­gné en jus­tice, ren­voie à l’ar­ticle 106 du code élec­to­ral. Que nous re-citons pour l’oc­ca­sion. « Quiconque, par des dons ou libé­ra­li­tés en argent ou en nature, par des pro­messes de libé­ra­li­tés, de faveurs, d’emplois publics ou pri­vés ou d’autres avan­tages par­ti­cu­liers, faits en vue d’in­fluen­cer le vote d’un ou de plu­sieurs élec­teurs aura obtenu ou tenté d’ob­te­nir leur suf­frage, soit direc­te­ment, soit par l’en­tre­mise d’un tiers, qui­conque, par les mêmes moyens, aura déter­miné ou tenté de déter­mi­ner un ou plu­sieurs d’entre eux à s’abs­te­nir, sera puni de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 15 000 euros. Seront punis des mêmes peines ceux qui auront agréé ou sol­li­cité les mêmes dons, libé­ra­li­tés ou pro­messes ».

 

Par ailleurs, nous n’a­vons pas spé­ci­fié que ce don allait aux enfants comme pointé par Mme Maurinaux dans son droit de réponse, mais aux enfants des écoles. Ce qui était effec­ti­ve­ment réduc­teur au regard du public visé.

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
3631 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. @GAM vous avez son adresse je crois 😉

    sep article
  2. Il fau­drait en par­ler au pro­cu­reur de la République car refi­ler de l’argent aux écoles en pleine cam­pagne élec­to­rale est un délit

    sep article