Manifestation à Grenoble en soutien à deux enseignants handicapés du lycée Marie-Curie d’Échirolles

sep article



 

EN BREF – Quelques dizaines d’enseignants ont manifesté ce jeudi 2 juillet devant le rectorat de Grenoble en soutien à deux de leurs confrères tétraplégiques du lycée Marie-Curie d’Échirolles. En jeu : le refus de l’administration d’aménager leurs horaires, ce qui les oblige à choisir entre un emploi du temps intenable et un demi-salaire.

 

Des enseignants mobilisés pour leurs collègues handicapés.

Des dizaines de mani­fes­tants ont pro­testé pour le droit à leurs col­lègues han­di­ca­pés de béné­fi­cier d’un salaire com­plet avec un amé­na­ge­ment de leur temps de tra­vail. DR

 

Nouvelle mani­fes­ta­tion devant le rec­to­rat de l’académie de Grenoble, ce jeudi 2 juillet. Les pro­tes­ta­taires ? Plusieurs dizaines de mani­fes­tants, majo­ri­tai­re­ment issus de l’équipe édu­ca­tive du lycée Marie-Curie d’Échirolles, venus appor­ter leur sou­tien à deux col­lègues tétra­plé­giques. Ces der­niers réclament en effet un amé­na­ge­ment de leur temps plein que leur refuse caté­go­ri­que­ment le rec­to­rat. Avec, comme alter­na­tive, un temps par­tiel… avec salaire par­tiel.

 

Des élèves rentrent dans le lycée Marie Curie, situé dans le centre ville d'Echirolles. © Thomas Courtade - Place Gre'net

Lycée Marie-Curie, situé dans le centre-ville d’Échirolles. © Thomas Courtade – Place Gre’net

Olivier Morel, l’un des deux pro­fes­seurs concer­nés, ne com­prend pas cette posi­tion. « Pendant des années, j’ai béné­fi­cié d’un amé­na­ge­ment d’ho­raires et puis, subi­te­ment, ça a été refusé au motif que notre han­di­cap est chro­nique et défi­ni­tif. » Et pour cause, du point de vue de l’administration, l’allègement de ser­vice est une mesure excep­tion­nelle et sur­tout pro­vi­soire, après une inter­rup­tion tem­po­raire de tra­vail (ITT) ou lorsqu’un ensei­gnant est malade.

 

 

« Pour eux la seule solution, c’est que je fasse un temps partiel »

 

S’il conti­nue à ensei­gner l’anglais à Marie-Curie, son han­di­cap néces­site un amé­na­ge­ment de son emploi du temps, la pré­sence d’un assis­tant et de ne pas chan­ger de salles entre les cours. Cet amé­na­ge­ment n’est en aucun cas, selon ses col­lègues, « un dis­po­si­tif de confort ». La posi­tion du rec­to­rat a pour l’instant été inflexible : « Si je veux faire moins d’heures, pour eux la seule solu­tion, c’est que je fasse un temps par­tiel… », regrette le pro­fes­seur.

 

Des enseignants mobilisés pour leurs collègues handicapés

Ils réclament l’ap­pli­ca­tion de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la par­ti­ci­pa­tion et la citoyen­neté des per­sonnes han­di­ca­pées. DR

Une situa­tion inac­cep­table selon les membres du per­son­nel ensei­gnant, pour qui leurs col­lègues ne devraient pas avoir à renon­cer à un salaire com­plet à cause de leur han­di­cap.

 

« Tous les mois de juin depuis des années, on fait la demande au rec­to­rat. En décembre, on nous a dit que, cette fois, le pro­blème allait être réglé. Et fina­le­ment rien ne change. C’est la goutte d’eau qui fait débor­der le vase ! »’, s’a­gace Brice Gilardi, col­lègue des deux ensei­gnants han­di­ca­pés et élu Snes-FSU au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du lycée.

 

 

« Des motifs questionnables sur le plan juridique »

 

Pour le syn­di­ca­liste, les motifs invo­qués par l’administration « sont ques­tion­nables sur le plan juri­dique. Elle se met en défaut avec la loi du 11 février 2005 [pour l’égalité des droits et des chances, la par­ti­ci­pa­tion et la citoyen­neté des per­sonnes han­di­ca­pées, ndlr] en déniant le prin­cipe de com­pen­sa­tion qui y est ins­crit. »

 

Dans les faits, ce prin­cipe doit per­mettre à la per­sonne han­di­ca­pée de vivre le plus nor­ma­le­ment pos­sible sans subir les consé­quences de son han­di­cap. Les mani­fes­tants ont ainsi réclamé l’aménagement du temps de tra­vail de leurs col­lègues han­di­ca­pés à hau­teur de douze heures heb­do­ma­daires avec un salaire com­plet. Une péti­tion a par ailleurs été lan­cée, ras­sem­blant jusqu’à pré­sent une cen­taine de signa­tures.

 

Contacté plu­sieurs fois lors de la rédac­tion de cet article, le rec­to­rat de Grenoble n’a pas répondu à nos sol­li­ci­ta­tions.

 

Thomas Imbert

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3381 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je n’ai pas vu le lien vers la péti­tion, je l’au­rais volon­tiers signée.
    Le rec­to­rat est dans l’illé­ga­lité la plus com­plète en refu­sant l’aménagement de poste à ces 2 ensei­gnants. Dans le privé, il y aurait déjà eu des sanc­tions … la rec­trice croit y échap­per parce que la fonc­tion publique serait au-des­sus des lois ? Elle appren­dra, je l’es­père, qu’il n’en est rien.

    sep article