L’élection du maire de Grenoble, le 3 juillet, se fera au musée : une décision critiquée par Alain Carignon

sep article

Notre indépendance c

 

L'élection du maire de Grenoble et de ses adjoints aura lieu au musée. Alain Carignon dénonce des « fastes d'un autre âge » au service de la com'.

L’élection du maire est trans­fé­rée au musée de Grenoble. DR

FLASH INFO - Le 3 juillet 2020 mar­quera l’ins­tal­la­tion du nou­veau conseil muni­ci­pal de Grenoble avec l’é­lec­tion du maire et de ses adjoints*.

 

Mais, en déci­dant d’or­ga­ni­ser ce pre­mier ren­dez-vous au Musée de Grenoble – et non à la Métropole comme il était cou­tume avant le confi­ne­ment depuis l’in­cen­die des locaux de l’Hôtel de ville – la Ville a fait sor­tir Alain Carignon de ses gonds. Car pour y assis­ter – les séances du conseil muni­ci­pal sont publiques –, il fau­dra réser­ver, seules quatre-vingt places étant dis­po­nibles.

 

« Je crains que cette déci­sion ait déjà à voir avec la com” du can­di­dat poten­tiel à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle », pointe l’élu dans un com­mu­ni­qué. Ce der­nier, qui siè­gera au conseil muni­ci­pal comme pré­sident du plus gros groupe d’op­po­si­tion*, dénonce des « fastes d’un autre âge ». « Il s’a­git de pro­je­ter à la télé­vi­sion une autre image que les maires Verts élus le même jour dans des salles muni­ci­pales. Les Grenoblois com­mencent à finan­cer sur leurs impôts la bataille d’i­mage du can­di­dat », estime celui dont le musée fut une des réa­li­sa­tions phares – moyen­nant 31 mil­lions d’eu­ros.

 

La rai­son offi­cielle de ce re-démé­na­ge­ment est, semble-t-il, plus pro­saïque. « La salle du conseil de la Métropole est trop petite, répondent les ser­vices de la Ville. Elle ne per­met pas la dis­tan­cia­tion phy­sique ».

 

 

* La liste d’Alain Carignon (23,4 % des voix, 8,2 % des ins­crits) emporte 7 des 59 sièges, celle d’Émilie Chalas (12,4 % des voix, 4,3 % des ins­crits) comme celle d’Olivier Noblecourt, (10,9 % des voix, 3,8 % des ins­crits), trois sièges cha­cun. La liste d’Éric Piolle (53,1 % des voix, 18,6 % des ins­crits) s’ad­joint 46 sièges.

 

commentez lire les commentaires
3984 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Elu à 53% contre 23% seule­ment pour celui en 2ème place, Piolle reste tou­jours plus légi­time que ses oppo­sants poli­tiques.

    sep article
    • 53% ? En vrai c’est 19%, c’est à dire moins d’un élec­teur sur cinq et seule­ment un gre­no­blois sur dix.
      Quant aux oppo­sants, ils n’ont pas à jus­ti­fier leur légi­ti­mité de maire puis­qu’ils ne le sont pas.

      sep article
  2. Une double farce. Piolle reçoit un élu pour 350 élec­teurs quand ses oppo­sants en reçoivent un pour 1000 à 1300 élec­teurs. Sommes nous en démo­cra­tie ?

    sep article
  3. Une farce : Piolle obtient 80% des sièges avec le vote de 10% de la popu­la­tion. Sommes nous en démo­cra­tie ?

    sep article
    • Pendant 6 ans vous allez rame­ner cette antienne com­bien de fois par jour ? Piolle est mal élu, il n’y a plus de démo­cra­tie …
      Il a eu plus de 18 % des voix, vous confon­dez avec O. Noblecourt qui, lui a été cré­dité de guère plus de 10 %
      Demandez donc l’an­nu­la­tion des élec­tions dans toute la France et pour les pro­chaines élec­tions, exi­gez du covid19 de dis­pa­raitre de la scène pour ne pas empê­cher les élec­teurs de venir voter.

      sep article
  4. 6 ans à ce rythme là, atta­quer le maire sur tout et n’im­porte quoi, il ne va pas tenir, le Carignon, per­sonne vul­né­rable de 71 ans. Il faut qu’il se calme et pour lui et pour les gre­no­blois qu’il dérange sérieux.

    sep article