Deux nouveaux « Cocons », mobilier urbain innovant, installés à Grenoble

sep article

Notre indépendance c

 

Mobilier urbain : deux "cocons" installés à GrenobleFLASH INFO - Deux nou­veaux « cocons » ont récem­ment fait leur appa­ri­tion dans Grenoble. Ces bancs construits autour des arbres ont voca­tion à amé­na­ger l’es­pace public en le ren­dant plus « accueillant » et « convi­vial », selon la Ville.

 

Le cocon est un banc « géné­reux » qui s’installe autour d’un arbre pour pro­fi­ter de son ombre, tout en le met­tant en valeur. Conçu comme une enve­loppe pro­tec­trice, il génère un espace « plus intime » autour du tronc, dédié aux jeux des enfants.

 

« Travaillées en strates, des assises à mul­tiples hau­teurs façonnent sa forme, per­met­tant des pos­tures déten­dues, des jeux, des par­cours pour les enfants et un usage mul­ti­gé­né­ra­tion­nel à inven­ter par chacun‑e », indique la Ville de Grenoble. Ce concept prend ainsi en compte la place de l’en­fant dans la ville, qu’il met « au cœur des réflexions sur l’a­mé­na­ge­ment de l’es­pace public ».

 

Un nou­veau « cocon » vient donc de prendre place au bout de la pro­me­nade haute du jar­din de ville, autour d’un albi­zia. Fabriqué par l’en­tre­prise AARE, il invite à venir « se repo­ser, dis­cu­ter ou jouer » et à pro­fi­ter de la vue sur la Bastille.

 

Un autre exem­plaire a, quant à lui, été édi­fié sur la pla­cette, au bout de la rue de Bonne, autour d’un jeune mico­cou­lier, dans le cadre du pro­jet Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole, porté par la Métropole, le Syndicat mixte des mobi­li­tés de l’aire gre­no­bloise (SMMAG) et la Ville de Grenoble. Fabriqué par l’entreprise Metal 6 thèmes, ce pro­to­type a été conçu en ser­ru­re­rie et en bois brut pour s’a­dap­ter aux jeunes arbres en crois­sance, les cocons ayant jusque-là été pré­vus pour accom­pa­gner des arbres déjà grands.

 

 

Les cocons, un mobilier urbain innovant lancé en 2015

 

Prototype de cocon installé place Barnave à Grenoble

Prototype de cocon ins­tallé place Barnave à Grenoble

Le pro­jet a vu le jour en 2015 lorsque des étu­diant-es du DPEA « Design pour l’Architecture » ont réflé­chi à ce que pour­rait être du mobi­lier urbain adapté au jeune public.

 

Le pro­jet de l’étudiant Yaroslav Tretyakov a retenu l’at­ten­tion de la Ville pour entrer en phase de pro­to­ty­page. Ce cocon a ainsi été ins­tallé place Barnave, autour du majes­tueux mico­cou­lier, dans le centre pié­ton­nier de la ville.

 

Cette ins­tal­la­tion a ensuite débou­ché sur une fabri­ca­tion pérenne. En 2018, un sta­giaire en DPEA, Othman Alem, s’est attelé à défi­nir les plans d’exécution per­met­tant de lan­cer la fabri­ca­tion d’un pre­mier de série. C’est à par­tir de là que les deux nou­veaux cocons ont pu voir le jour, venant se rajou­ter au pro­to­type ins­tallé en 2015.

 

La Ville indique que d’autres cocons pren­dront pro­chai­ne­ment place dans Grenoble.

 

commentez lire les commentaires
6399 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. On pour­rait aussi enle­ver les trot­toirs car des gens res­tent debout des­sus, les murs car cer­tains sont tagués et même la ville comme ça y a plus per­sonne.
    La cri­tique sys­té­ma­tique c est une mala­die et ça doit sûre­ment se soi­gner !
    Encore 6 ans comme ça va être dur de sur­vivre 🤣

    sep article
  2. Légèrement aigri le Pierrot non ?

    sep article
  3. Il serait en effet dom­mage qu’après la fer­me­ture des ter­rasses, que les consom­ma­teurs ne puissent pro­lon­ger leurs nui­sances sonores pour les voi­si­nages, assis sur ces bancs, sans par­ler des alcoo­li­sés de pas­sage

    sep article
  4. Pour une fois bravo, ce n’est pas laid.
    J’y trouve beau­coup de charme ;
    Arretons les meubles urbains en palette et fai­sons du beau,
    on a un sou­cis avec ca a Gre alors meme qu’il y a du poten­tiel
    la somme de toutes les belles chose enri­chira col­lec­ti­ve­ment,

    sep article
  5. Il serait en effet dom­mage qu’a­près la fer­me­ture des ter­rasses, que les consom­ma­teurs ne puissent pro­lon­ger leurs nui­sances sonores pour les voi­si­nages, assis sur ces bancs, sans par­ler des alcoo­li­sés de pas­sage👎

    sep article
    • …et pour­quoi pas l’en­lè­ve­ment des bancs publics, la pro­hi­bi­tion de l’al­cool, la fer­me­ture des débits de bois­son et le couvre-feu à 18 h pen­dant qu’on y est ? Tant qu’à vous lâcher faut y aller fran­che­ment mon vieux 🙂
      JMB

      sep article