Municipales à Grenoble : l’interview d’Eric Piolle que vous ne lirez pas… faute de réponse de sa part

sep article

Notre indépendance c

 

Grand favori du second tour des élections municipales à Grenoble, l’actuel maire Eric Piolle craindrait-il des questions gênantes ? Sollicité par Place Gre’net comme pour tous ses concurrents en lice – Alain Carignon, Emilie Chalas et Olivier Noblecourt – le candidat EELV est le seul à ne pas avoir donné suite. Nous avions prévu de l’interroger au cours d’une rencontre afin de rédiger un article publié quelques jours avant le second tour. Si tous ses concurrents ont rapidement répondu à cette demande des plus classique, force est de constater qu’il n’en a rien été pour le maire de Grenoble…

 

 

Éric Piolle est candidat à sa réélection à la mairie de Grenoble avec sa liste Grenoble en Commun. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Éric Piolle, can­di­dat à sa réélec­tion à la mai­rie de Grenoble avec sa liste Grenoble en Commun. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

Jusqu’au bout, nous avons attendu, espé­rant que la situa­tion évo­lue­rait favo­ra­ble­ment à la der­nière minute. Mais alors que se ter­mine la fin de la cam­pagne des muni­ci­pales, il convient de se rendre à l’é­vi­dence : Il n’y aura pas d’ar­ticle issu d’une inter­view d’Eric Piolle sur Place Gre’net.

 

Ce der­nier, par le biais de son équipe de cam­pagne, a en effet fait savoir à la rédac­tion qu’il n’au­rait pas de temps à consa­crer à un entre­tien.

 

Une déci­sion, dif­fi­cile à inter­pré­ter, qu’il nous a ainsi paru impor­tant de por­ter à la connais­sance de nos lec­teurs. Car ce boy­cott qui ne dit pas son nom inter­roge…

 

 

« Vous pouvez me faire parvenir vos questions par mail… »

 

Petit rap­pel des faits. Dès le 15 juin, nous avons pris contact par mail avec son équipe de cam­pagne afin de « caler une ren­contre avec Eric Piolle pour une inter­view pour Place Gre’net ». Faute de réponse, nous avons relancé dès le len­de­main tou­jours par mail. Pour obte­nir cette réponse de son équipe de cam­pagne : « Malheureusement Eric Piolle n’est pas dis­po­nible cette semaine, mais vous pou­vez me faire par­ve­nir vos ques­tions par mail, je m’as­su­re­rai qu’il y réponde au plus vite ! »

 

Or, s’il est par­fois pos­sible de recueillir une courte réac­tion par mail en cas d’in­dis­po­ni­bi­lité d’un inter­lo­cu­teur, tel n’est bien sûr pas le cas pour une inter­view digne de ce nom. Outre le manque total de spon­ta­néité ‑tout étant rédigé par défi­ni­tion, éven­tuel­le­ment par des conseillers en communication‑, les entre­tiens par mail ne per­mettent abso­lu­ment pas aux jour­na­listes de rebon­dir sur les réponses de leurs inter­lo­cu­teurs ou de les relan­cer en cas de langue de bois ou de non réponse.

 

Bref, a for­tiori pour une inter­view de cette impor­tance, cette façon de pro­cé­der est tota­le­ment incom­pa­tible avec un tra­vail de qua­lité. Sans comp­ter la dimen­sion déon­to­lo­gique et la rup­ture d’é­ga­lité au niveau du trai­te­ment jour­na­lis­tique, les autres can­di­dats n’ayant, eux, pas pris connais­sance des ques­tions en amont.

 

 

« Je vous tiens au courant quand on aura de la visibilité sur son agenda… »

 

Nous avons donc relancé le jour-même ‑le 16 juin- pour connaître les dis­po­ni­bi­li­tés du can­di­dat-maire. Réponse : « Pour l’ins­tant c’est un peu com­pli­qué niveau agenda, je ne peux mal­heu­reu­se­ment pas vous garan­tir qu’il aura le temps la semaine pro­chaine. Je vous tiens au cou­rant quand on aura de la visi­bi­lité sur son agenda. Pouvez-vous me don­ner le sujet en amont ? Et vous pou­vez tou­jours m’en­voyer vos ques­tions par mail si jamais le timing est trop serré, il vous y répon­dra sans faute. »

 

Dès le len­de­main matin à 8 h 30, nous envoyons un nou­veau mail de relance, on ne peut plus clair :
« […] Je réitère de nou­veau ma requête. Je me per­mets d’in­sis­ter, je sou­haite vrai­ment ren­con­trer Eric Piolle pour une inter­view d’ici le 22 juin. Un envoi de ques­tions par mail n’est hélas pas du tout envi­sa­geable, ques­tion d’é­quité, puisque nous ren­con­trons les trois autres can­di­dats de visu et qu’ils ne dis­po­se­ront pas des ques­tions avant l’in­ter­view. […] »

 

Un mail suivi d’une ultime relance de notre part le jeudi 18 juin :
« […] Afin de nous orga­ni­ser, nous atten­dons votre réponse à notre demande de ren­contre-inter­view, d’ici ce ven­dredi midi svp. Merci de votre com­pré­hen­sion ! »

 

 

Interviews TikTok, vidéo sur les tacos , mais pas d’interview à Place Gre’net…

 

Peine per­due, nous n’au­rons plus aucune nou­velles. Entre temps, Eric Piolle aura trouvé le temps d’ac­cor­der plu­sieurs inter­views – dont bon nombre à la presse natio­nale –, d’ef­fec­tuer plu­sieurs dépla­ce­ments de sou­tien à des can­di­dats EELV dans toute la France, de réa­li­ser toute une série de vidéos TikTok, ou bien encore de faire une vidéo ‑que d’au­cuns auront jugé pri­mor­diale pour sa cam­pagne- sur la recette des tacos végé­ta­riens à Grenoble…  Chacun appré­ciera.

 

Voici donc ci-des­sous, dans une logique de trans­pa­rence, la liste non exhaus­tive des ques­tions que nous aurions pu poser à Eric Piolle. Et pour les­quelles vous n’au­rez aucune réponse de sa part. En tout cas avant la tenue du second tour, ce 28 juin.

 

La rédac­tion

 

 

NOS QUESTIONS SANS RÉPONSES À ERIC PIOLLE

 

Urbanisme

 

Quelle poli­tique d’urbanisation enten­dez-vous mener si vous êtes élu ? Parmi les cinq signa­taires du Pacte pour la tran­si­tion pro­posé par le col­lec­tif Métro, seul Alain Carignon a obtenu une bonne note sur le point « stop­per l’artificialisation des sols et les grands pro­jets inutiles »

Comment, en tant qu’é­co­lo­giste, jus­ti­fiez-vous votre sou­tien à la den­si­fi­ca­tion de la Bastille, à celle du quar­tier Presqu’île, zone inon­dable, au prin­cipe de démo­li­tion-recons­truc­tion de l’Anru, que vous avez par­fois dénoncé en réunion avec les habi­tants ?

 

Quelle poli­tique de pré­ven­tion enten­dez-vous avoir contre les îlots urbains de cha­leur quand on sait que Grenoble connaî­tra des cani­cules de plus en plus fortes à l’ho­ri­zon 2040 ?

 

Comment gérez-vous la contra­dic­tion en tant qu’é­co­lo­giste entre la tran­si­tion éco­lo­gique que vous prô­nez et une poli­tique sociale attrac­tive pous­sant à la construc­tion de tou­jours plus de loge­ments pour faire face à la crois­sance démo­gra­phique (vous sou­hai­tez en par­ti­cu­lier par­ve­nir à 30 % de loge­ment sociaux d’ici 2030) ? Des oppo­sants dénoncent le fait que vous ayez, durant votre man­dat, pri­vi­lé­gié le social à l’é­co­lo­gie. La fameuse méta­phore de la pas­tèque, verte à l’ex­té­rieur mais rouge à l’in­té­rieur. Que vous ins­pire cette attaque ?

 

 

Attractivité de Grenoble

 

D’après une étude publiée par les Notaires de France en août 2018, la Ville de Grenoble a affi­ché la plus forte baisse de valeurs des biens immo­bi­liers entre 2017 et 2018.

Comment expli­quez-vous cette baisse ? Ne vous inquiète-t-elle pas ?

 

Concernant les loyers, la ville de Grenoble se classe en 9e posi­tion des com­munes de plus de 148 000 habi­tants les moins chères, selon l’enquête 2019 de l’association Clameur (Connaître les loyers et ana­ly­ser les mar­chés sur les espaces urbains et ruraux). Comptez-vous y remé­dier si vous êtes réélu ou, au contraire, ces loyers conte­nus vous satis­font-ils ?

 

Quid du trip­tyque uni­ver­sité-recherche-indus­trie carac­té­ri­sant l’é­co­sys­tème gre­no­blois, qui était par­ti­cu­liè­re­ment porté aux nues par Michel Destot et dont il n’est plus ques­tion ?

Existe-t-il encore ? Considérez-vous que cela ne relève pas des com­pé­tences de la Ville ?

 

 

Équipements muni­ci­paux

 

La ques­tion de l’entretien des pis­cines muni­ci­pales à Grenoble s’était invi­tée dans la cam­pagne avant le confi­ne­ment avec la fer­me­ture de la pis­cine Vaucanson, deve­nue dan­ge­reuse. Quant à la pis­cine Iris, elle est tou­jours fer­mée… Qu’est devenu le « plan pis­cines » qui figu­rait parmi les 120 enga­ge­ments de votre  liste Une ville pour tous en 2014 ?

 

Quid de la ges­tion des équi­pe­ments muni­ci­paux alors que l’argent manque ?

 

Beaucoup reprochent à la muni­ci­pa­lité d’avoir dépensé de grosses sommes pour la Fête des tuiles, “grosse ker­messe” qui se tient une fois par an, au détri­ment de l’entretien des équi­pe­ments muni­ci­paux. Que leur répon­dez-vous ?

 

Concernant Alpexpo, qui connaît d’im­por­tantes dif­fi­cul­tés finan­cières, quels sont vos pro­jets ?

 

 

Culture

 

Quid de l’évolution du bud­get de la culture sur le pro­chain man­dat ?

 

L’adjointe à la culture a été très cri­ti­quée par le milieu cultu­rel, qui lui a repro­ché son manques de com­pé­tences en la matière. Si vous êtes réélu, comp­tez-vous la recon­duire dans ses fonc­tions ?

 

Comment enten­dez-vous attri­buer les sub­ven­tions et sur quels cri­tères ?

 

Vous avez annoncé vou­loir “res­ti­tuer les patri­moines acquis pen­dant la période colo­niale » ? De quelles col­lec­tions pré­cises est-il ques­tion ? Quelle quan­tité cela repré­sente-t-il au Musée de Grenoble ?

 

 

Éducation : écoles mater­nelles et pri­maires

 

Bon nombre d’écoles gre­no­bloises sont confron­tées à un défi­cit per­ma­nent d’Atsem ou à un tur­no­ver impor­tant. Il y a eu de nom­breuses grèves liées à leurs condi­tions de tra­vail, au manque de recon­nais­sance, à leurs faibles rému­né­ra­tions… Des mesures ont-elles été prises en vue de don­ner satis­fac­tion à ces per­son­nels et de garan­tir la fin de ces mou­ve­ments de grèves ?

Comment enten­dez-vous régler les griefs qui sont par­fois faits par rap­port à la pré­ca­rité et au manque de consi­dé­ra­tion des per­son­nels ?

 

Syndicats et repré­sen­tants du per­son­nel ont repro­ché à la ville son manque d’anticipation et d’assistance auprès des per­son­nels des écoles, lors des périodes de fortes cha­leurs ou grands froids pour­tant pré­vi­sibles et récur­rentes. Que comp­tez-vous vous faire à l’avenir en cas de grand froid ou de cani­cule ?

 

 

Gestion des res­sources humaines

 

En 2014, avant votre élec­tion, les syn­di­cats de la Ville fai­saient part du mal-être de fonc­tion­naires par rap­port à leur condi­tions de tra­vail et à la hié­rar­chie. Aujourd’hui, force est de consta­ter que des insa­tis­fac­tions per­durent, avec notam­ment des mou­ve­ments sociaux révé­la­teurs (comme le ser­vice Élections juste avant le pre­mier tour). Comment expli­quez-vous ce mal-être, six ans après ? Quelles mesures concrètes enten­dez-vous prendre pour les employés muni­ci­paux ?

 

 

Solidarité 

 

Durant ce man­dat, la Ville a lar­ge­ment com­mu­ni­qué, y com­pris au niveau social pour pro­mou­voir sa poli­tique d’accueil, notam­ment vis-à-vis des migrants. Si d’aucuns le déplorent, d’autres, notam­ment cer­taines asso­cia­tions, jugent que Grenoble n’en fait pas assez.

 

Si vous êtes réélu, quelle poli­tique comp­tez-vous appli­quer en la matière ? Une poli­tique d’accueil ou res­tric­tive ? Quelle poli­tique migra­toire à Grenoble ? Qui comp­tez-vous accueillir ? Avec quels bud­gets ? Quid des aides aux asso­cia­tions ? Sur quels cri­tères, sachant que les centres d’hébergement sont déjà satu­rés ?

 

 

Gestion du com­mu­nau­ta­risme / isla­misme

 

L’affaire du bur­qini dans les pis­cines de Grenoble a eu un très fort écho il y a quelque mois, aussi bien local que natio­nal. Comment enten­dez-vous vous posi­tion­ner sur le plan de la laï­cité ?

 

Êtes-vous pour ou contre un chan­ge­ment des règles dans les pis­cines muni­ci­pales et l’autorisation du bur­quini dans les pis­cines muni­ci­pales si votre liste rem­porte les élec­tions ?

Êtes-vous pour assou­plir les règles de laï­cité dans les éta­blis­se­ments publics ?

 

 

Propreté en ville

 

La pro­preté de la ville revient très sou­vent dans les conver­sa­tions et est en tête des pré­oc­cu­pa­tions des Grenoblois (d’après plu­sieurs son­dages). Avec par­fois le sen­ti­ment que Ville et Métro se ren­voie la balle (notam­ment pour ce qui concerne les dépôts d’encombrants.)

Trouvez-vous, pour votre part, la ville propre ? Sinon, que pro­po­sez-vous pour amé­lio­rer la situa­tion ? Votre équipe avait annoncé en 2015 des ver­ba­li­sa­tions en cas de dépôts sau­vages, de non-res­pect des règles sur les mar­chés ali­men­taires et de déjec­tions canine. Cinq ans après, quel bilan pou­vez-vous en tirer ?

 

Comptez-vous allouer plus de moyens humains au ser­vice pro­preté qui a été allégé au début de votre man­dat ?

 

 

Sécurité 

 

Comment enten­dez-vous répondre au défi de la sécu­rité à Grenoble et de la délin­quance ?

 

Comment appré­hen­dez-vous votre rôle de maire qui est consi­déré par la loi comme un offi­cier de police judi­ciaire ? Et celui de la police muni­ci­pale ?

 

 

Écologie

 

Vous comp­tez à terme ins­tau­rer le 100 % bio et local. Cette mesure était déjà dans votre pré­cé­dent pro­gramme, non ? Pourquoi ne pas l’avoir appli­qué ?

Quel était le pour­cen­tage de bio à votre arri­vée à la Ville ? Et quel est-il aujourd’hui ?  En fin de man­dat en 2014, l’équipe Destot reven­di­quait déjà 50% de bio et local aux menus des enfants ? Pourquoi n’a­vez-vous pu faire mieux ?

 

 

Expérimentation 5G 

 

Le thème de la 5G n’a qua­si­ment pas été abordé dans cette cam­pagne. Pourtant, ce sont bien au final les futurs maires qui don­ne­ront les auto­ri­sa­tions, au cours du pro­chain man­dat, pour l’im­plan­ta­tion des antennes ? Alors que d’au­cuns dénoncent les risques sani­taires et une gabe­gie d’éner­gie, quelle est votre posi­tion sur ce sujet ?

 

 

Mobilités 

 

Entendez-vous appuyer auprès du Smmag la gra­tuité des trans­ports en com­mun ? Si oui à quel niveau ?

 

 

Métropole 

 

Maire de Grenoble demain, sou­hai­tez-vous deve­nir pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole après-demain ?

 

Sur le pro­jet de centre com­mer­cial Neyrpic à Saint-Martin‑d’Hères, vous vous êtes pro­noncé contre, mais pour l’extension de Grand’Place à Grenoble.

Que vote­riez-vous en conseil métro­po­li­tain ?

 

 

Ambitions natio­nales

 

D’aucuns vous prêtent des ambi­tions natio­nales, notam­ment en rap­port avec votre tour­née de sou­tien des villes sus­cep­tibles de virer éco­los. Pouvez-vous clai­re­ment nous indi­quer si vous envi­sa­gez de vous pré­sen­ter aux pro­chaines élec­tions pré­si­den­tielles ?

 

A quel titre, êtes-vous allé sou­te­nir les can­di­dats EELV à Marseille, Arles ou Strasbourg ? Au titre de maire de Grenoble (donc sur le bud­get de la Ville), au titre d’EELV ( voyage financé par le parti) ou à titre per­son­nel ? En résumé, qui a financé ces dépla­ce­ments ?

 

 

commentez lire les commentaires
6413 visites | 22 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 22
  1. à force de lire Gre.mag ou les faux articles du DL, beau­coup de Grenoblois ne sup­portent plus que la presse puisse libre­ment ques­tion­ner, infor­mer, dire les faits.

    sep article
  2. Article inter­es­sant
    Dommage que Monsieur Piolle ne joue pas le jeu.
    Ça envoie une image déplo­rable / com­forte cer­taines rumeurs sur lui.
    Il est assez grand pour se défendre, regar­dez un conseil muni­ci­pal ! Il est assez bon pour refor­mu­ler une ques­tion ou sou­li­gner un par­tit pris.
    Silence étrange… En gros ne disons pas de conne­ries ne bou­geons plus la vic­toire est la.
    Ne rien dire… Se taire
    Malin pour gagner
    Par contre l image… Bwof un poli­tique à l ancienne de plus et de un

    sep article
  3. Les grou­pies d Éric mettent la gomme. Leur petit maître à pen­ser est intou­chable. Il n a à répondre de rien. Pourtant des approxi­ma­tions, bévues et incu­ries il y en a eu en 6 ans, et de bien magis­trales. Mais c est brave new world ou 1984 pour les mili­tants du Bien.

    sep article
  4. Un bon jour­na­liste obtient des inter­views.

    Le pro­cédé consis­tant à publier les ques­tions que vous n’a­vez pas pu poser tient plus du tré­pi­gne­ment capri­cieux que de l’at­ti­tude digne d’un cher­cheur de véri­tés.

    sep article
  5. Pour rejoindre ce qu’é­crit Gabriel Prim, par exemple sur les can­tines bio, seul élé­ment de la rubrique « éco­lo­gie », comme si l’é­co­lo­gie ne cor­res­pon­dait à rien d’autre … : or en mars 2014, le bio repré­sen­tait 24 % des repas. Les 50 % c’est déjà 9 mois après l’é­lec­tion de la nou­velle muni­ci­pa­lité
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2015/01/des-repas-100-bio-dans-les-cantines-de-grenoble.html

    On peut même vous rap­pe­ler votre article
    https://www.placegrenet.fr/2019/08/19/cantine-repas-vegetariens-grenoble/252089
    et les textes en grisé.

    Tout est à l’a­ve­nant … vous don­nez des chiffres de 2018 sans connaitre les ten­dances depuis 2 ans etc
    C’est effec­ti­ve­ment un ques­tion­naire à charge puisque vous ne sou­le­vez que ce qui vous parait des pro­blèmes, comme si rien n’a été réa­lisé depuis 6 ans. Piolle est certes le maire, mais il a une équipe d’é­lus qui ont tra­vaillé dans leur domaine, comme le CCAS, l’in­ter­na­tio­nal, les écoles etc
    Et vous auriez aimé que Piolle vous réponde ?

    sep article
    • PT

      27/06/2020
      21:39

      Vous par­tez donc du prin­cipe qu’un inter­viewé ne serait pas en capa­cité de répondre et de rec­ti­fier s’il juge inexact des chiffres ou des for­mu­la­tions dans une ques­tion ? Vraiment, cette façon de voir les choses ne cesse de nous éton­ner…

      Concernant le bio, voici un extrait de l’ar­ticle que vous citez, qui vous démon­trera que les inter­ro­ga­tions concer­nant les chiffres du bio dans les can­tines sont par­fai­te­ment légi­times, quoi que vous en pen­siez :

       » […] la col­lec­ti­vité affirme être par­ve­nue, en quatre ans, à mul­ti­plier par trois ses den­rées bio et locales aux menus des crèches et des écoles, qui dépas­se­raient ainsi les 50 %. Elle dit même viser 100 %.
      Des chiffres qui lais­se­raient sup­po­ser qu’en 2014 le bio et le local comp­taient pour à peine plus de 15 % dans les assiettes… Ce que conteste for­mel­le­ment l’ex-conseiller muni­ci­pal Jacques Thiar, en charge de la res­tau­ra­tion sco­laire lors du man­dat du maire PS Michel Destot. Dans un article du Dauphiné libéré, l’ancien élu fait part de sa « per­plexité » face aux décla­ra­tions de Salima Djidel.
      Celui-ci affirme ainsi que la part du bio dans les can­tines de Grenoble était déjà « de l’ordre de 30 % à la fin du pré­cé­dent man­dat ». Quant aux efforts pour s’approvisionner en local et bio, l’équipe Destot s’y employait éga­le­ment, sou­ligne-t-il : « lors du pré­cé­dent man­dat, j’ai sys­té­ma­ti­que­ment tenu à faire le lien entre le bio et cir­cuit court », rap­pelle ainsi Jacques Thiar. »

      sep article
      • Vous pen­sez cer­tai­ne­ment déga­ger beau­coup d’empathie si vous croyez qu’une per­sonne inter­viewée va pas­ser tout l’en­tre­tien à réta­blir des faits que vous pré­sen­tez tron­qués ou faux. Il n’y a que des attaques. Vous ne sem­blez pas avoir lu le pro­gramme de « Grenoble en com­mun », aucune ques­tion des­sus.

        sep article
  6. Place gre’­net, jour­nal fac­tuel et géné­ra­le­ment sans com­plai­sance, n’a pas la bonne cou­leur pour Eric Piolle contrai­re­ment à ses fans du Dauphiné Libéré qui en pro­fitent au pas­sage pour enfu­mer les lec­teurs !

    sep article
  7. Vous avez vu vos ques­tions aussi ? Ce n’est plus du jour­na­lisme mais des accu­sa­tions claires que vous pro­fé­rez. Plus de la moi­tié sont en plus tota­le­ment idiotes et preuves de votre oppo­si­tion totale et par­tial à Piolle. Quelle honte, il a bien fait de ne pas vous répondre.

    sep article
    • PT

      27/06/2020
      11:30

      Merci pour ce sou­tien incon­di­tion­nel à l’ex­pres­sion démo­cra­tique !

      sep article
  8. Bonjour
    Excusez moi,mais il y a bien long­temps que la presse n’est plus libre…
    Aujourd’hui chaque par­tie a sa presse.
    Regarder les espaces publi­ci­taires ( pub du conseil géné­ral ou de la ville de Grenoble la plus grande par­tie du temps) la cri­tique s’ar­rête vite et les news sont par­fois défraî­chies.…

    sep article
    • PT

      27/06/2020
      11:27

      Merci de nous indi­quer quel parti pos­sède Place Gre’net, votre avis éclairé inté­res­sera, à n’en pas dou­ter, au plus haut point les lec­teurs…

      sep article
  9. Courage, fuyons, on ris­que­rait de m’in­ter­ro­ger sur les 120 pro­messes que j’a­vais faites et mon désas­treux bilan.

    sep article
  10. Cet article est une honte

    sep article
    • PT

      27/06/2020
      11:32

      Mais encore ? Votre accu­sa­tion est un peu courte pour se faire une idée des rai­sons qui motivent cette asser­tion.

      sep article
  11. Eric Piolle concentre sur­tout les cri­tiques de toute part car il a bous­culé la gauche et la droite tra­di­tion­nelle et ceci dès les résul­tats du pre­mier tour lors de sa pre­mière élec­tion.

    Difficile d admettre qu un nou­veau venu se retrouve maire.
    Quelques oppo­sants étant très actifs sur ce site et jamais contre­dits sur ce site même quand les liens sont par­ti­cu­liè­re­ment dou­teux, on peut com­prendre sa posi­tion.
    Visiblement mal­gré les oppo­si­tions viru­lentes de toute part, les gre­no­blois qui vitent ne le consi­dèrent peut-être pas comme étant aussi nul que cela.

    sep article
  12. Des ques­tions Killer aux­quelles la pas­tèque Piolle n’a pas de réponses . La pro­pa­gande des pas­tèques joue sur l’émotionnel des gens sen­sibles, imma­tures et inca­pables du rai­son­ne­ment logique. Essayer de les confron­ter à la réa­lité des choses (pro­messes, enga­ge­ments, livrables, rela­tion cause-effect .…) – c’est du temps perdu.

    sep article
  13. il faut dire que Place Gre’net esquinte tel­le­ment Piolle dès que pos­sible, dans tous ses articles, sans objec­ti­vité, que je ne vois pas pour­quoi il aurait répondu posi­ti­ve­ment à cette demande d’en­tre­tien… appa­rem­ment, il n’est pas maso.

    sep article
    • PT

      27/06/2020
      0:27

      Il ne vous aura pas échappé qu’Eric Piolle étant donné grand favori du second tour, il concentre très logi­que­ment la quasi tota­lité des attaques de la part de ses adver­saires poli­tiques.
      Libre à vous de pen­ser ce que vous vou­lez, il semble inutile d’ar­gu­men­ter, tant vous sem­blez sûr(e) de votre fait. Cela étant dit, quand bien même vous auriez rai­son, les lec­teurs auront com­pris que, pour ce qui vous concerne, la liberté de la presse, ou celle d’in­for­mer tout court, n’est pas une prio­rité (euphé­misme).

      sep article
      • vive la liberté de la presse et vive la liberté d’ac­cep­ter ou de refu­ser un entre­tien.

        sep article
        • Les élus ont des comptes à rendre, et ils ont le devoir de répondre aux ques­tions des jour­na­listes, dès lors que celles-ci sont argu­men­tés, ce qui est clai­re­ment le cas dans cet exemple. Il est incom­pré­hen­sible que le maire pré­fère don­ner des recettes de tacos ! Ou plu­tôt, ça en dit long sur sa concep­tion de la com­mu­ni­ca­tion poli­tique…

          sep article