Le Fabularium, bureau mobile pour s’adresser au territoire, a fait escale sur la Bastille

sep article



 

FLASH INFO - Hélène Michel, ensei­gnante-cher­cheuse à l’École de mana­ge­ment de Grenoble, a ins­tallé son “Fabularium” en haut de la Bastille, ce mardi 23 juin. Un bureau mobile conte­nant une machine à écrire afin de « s’a­dres­ser au ter­ri­toire ».

 

Hélène Michel a installé son Fabularium en haut de la Bastille © Léo Aguesse – Place Gre’net

Hélène Michel a ins­tallé son Fabularium en haut de la Bastille ce 23 juin 2020. © Léo Aguesse – Place Gre’net

Du 20 au 27 juin, Hélène Michel se rend ainsi chaque matin à vélo dans un lieu dif­fé­rent, en pré­ci­sant sur son compte Twitter où le Fabularium sera ins­tallé. De la sorte, elle per­met aux pas­sants d’é­crire « une lettre d’amour, de regret ou de rup­ture… au ter­ri­toire ».

 

Son objec­tif : « com­prendre la façon dont le public s’approprie ces expé­riences tou­ris­tiques ».

 

En effet, l’en­sei­gnante mène des recherches sur une nou­velle ten­dance d’ex­pé­riences tou­ris­tiques ou l’on reste proche de chez soi : le « stay­ca­tion ». Quel inté­rêt pour le grand public ? « Réinventer ses vacances, ré-apprendre à voya­ger sans par­tir loin, voire rêver son ter­ri­toire ». Le tout en ajou­tant « du mer­veilleux au moment vécu ».

 

 

Le Fabularium pour redécouvrir le voyage… en restant près de chez soi

 

« Comment réen­chan­ter ces ter­ri­toires ? Un objet spec­ta­cu­laire ou incon­gru placé face à un pano­rama est – il une piste ? », s’in­ter­roge la cher­cheuse. S’asseoir face au pay­sage devant une machine à écrire per­met­trait en tout cas selon elle « d’in­fluen­cer notre per­cep­tion du lieu » voire « d’in­te­ra­gir avec lui ».

 

Texte écrit au Fabularium par une grenobloise le 23 juin 2020 © Léo Aguesse – Place Gre’net

Le Fabularium a été créé l’an der­nier avec le sou­tien de la chaire Territoires en tran­si­tion de Gem. Pour l’imaginer, Hélène Michel s’est ins­pi­rée « des col­por­teurs d’autrefois qui empor­taient mar­chan­dises et his­toires d’une val­lée à l’autre dans les Alpes .

 

Le design du bureau, réa­lisé par un arti­san du ter­ri­toire, repré­sente une « machine à voya­ger » ren­dant l’objet « spec­ta­cu­laire et intri­guant ».

 

L’ensemble des don­nées col­lec­tées per­met­tront de « don­ner des recom­man­da­tions aux acteurs du ter­ri­toire (tou­risme, mobi­lité, etc.) dans leurs stra­té­gies d’aménagement et de valo­ri­sa­tion ».

 

LA

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1448 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.