Crise sanitaire : le Département de l’Isère débloque 30 millions d’euros pour les associations

sep article



 

EN BREF – Le Département de l’Isère annonce débloquer 30 millions d’euros pour venir en aide aux associations touchées par la crise sanitaire. Des « premières mesures », explique le président Jean-Pierre Barbier, qui table sur des « années à venir compliquées ». Et ne manque pas de vanter la santé budgétaire du Département et sa capacité d’investissement.

 

 

Trente mil­lions d’eu­ros. Telle est la somme annon­cée par le Département de l’Isère pour aider les asso­cia­tions tou­chées par la crise. Pour com­men­cer, du moins. « Ce sont les pre­mières mesures », aver­tit ainsi Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal. Pour qui « l’im­pact sur les acteurs asso­cia­tifs est loin d’être fini. Et on est loin d’a­voir fini de comp­ta­bi­li­ser les pertes. » En par­ti­cu­lier quand la crainte d’une reprise de la crise sani­taire reste d’ac­tua­lité.

 

Aide aux associations de l'Isère. Frédérique Puissat, sénatrice de l'Isère et conseillère départementale, a rejoint Jean-Pierre Barbier pour la présentation des aides aux associations © Florent Mathieu - Place Gre'net

Frédérique Puissat, séna­trice de l’Isère et conseillère dépar­te­men­tale, a rejoint Jean-Pierre Barbier pour la pré­sen­ta­tion des aides aux asso­cia­tions. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Cette somme sera ver­sée de dif­fé­rentes manières selon les struc­tures. Par exemple, à tra­vers un main­tien des sub­ven­tions aux asso­cia­tions d’aide aux per­sonnes, même quand l’ac­ti­vité pres­crite a été revue à la baisse durant le confi­ne­ment. Ou des sub­ven­tions d’in­ves­tis­se­ment trans­for­mées en aide au fonc­tion­ne­ment. Ou encore des sommes ver­sées au cas par cas, notam­ment au Secours popu­laire ou à la Croix-Rouge.

 

 

15 000 rendez-vous associatifs annulés ou reportés durant le confinement

 

Comment s’est décidé l’oc­troi de ces aides ? Fin mai, le Département invi­tait les asso­cia­tions à répondre à un ques­tion­naire sur l’im­pact de la crise et leurs dif­fi­cul­tés. Au final, ce sont 1 500 réponses qui sont par­ve­nues aux ser­vices dépar­te­men­taux. Avec des résul­tats una­nimes (et peu sur­pre­nants) : 98 % des répon­dants ont vu leur acti­vité bais­ser pen­dant le confi­ne­ment. Et 84 % ont dû annu­ler des évé­ne­ments.

 

Des milliers de rendez-vous sportifs annulés durant le confinement. DR

Des mil­liers de ren­dez-vous spor­tifs annu­lés durant le confi­ne­ment. DR

Les chiffres sont, dans ce domaine, élo­quents : dans le seul milieu spor­tif, 10 000 ren­dez-vous ont été annu­lés durant le confi­ne­ment, tan­dis que 250 ont été repor­tés. Au niveau de la culture, les asso­cia­tions isé­roises ont dû annu­ler 2 800 évé­ne­ments, tan­dis qu’un mil­lier ont été repor­tés à plus tard. Avec, à chaque fois, un poids sur les recettes non négli­geable.

 

1 500 réponses semblent tou­te­fois bien peu au regard des 26 000 asso­cia­tions pré­sentes en Isère, selon les chiffres de Jean-Pierre Barbier lui-même.

 

Pourquoi si peu ? Le Département s’est basé sur les struc­tures enre­gis­trées auprès de la pré­fec­ture, en défi­ni­tive peu repré­sen­ta­tives. Au final, entre 3 000 et 4 000 ques­tion­naires ont été adres­sés aux asso­cia­tions, et d’autres relayés par les mai­ries. De quoi per­mettre à la col­lec­ti­vité de consi­dé­rer le nombre de réponses satis­fai­sant.

 

 

Des « années compliquées » en perspective

 

À la veille de la séance publique du ven­dredi 26 juin, le pré­sident n’a pas man­qué de saluer la bonne santé finan­cière du Conseil dépar­te­men­tal… ni de van­ter sa ges­tion bud­gé­taire. En met­tant en avant un dif­fé­ren­tiel posi­tif entre recettes et dépenses de plus de 220 mil­lions d’eu­ros, Jean-Pierre Barbier a sou­li­gné la capa­cité de la col­lec­ti­vité à répondre aux besoins des asso­cia­tions. « Ça nous donne une capa­cité d’in­ves­tis­se­ment énorme », s’est-il réjoui.

 

Hôtel du Département © Florent Mathieu - Place Gre'net

Hôtel du Département. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une capa­cité qui est la bien­ve­nue ? « Heureusement qu’on a quelques réserves, parce que je pense que les années à venir seront com­pli­quées », a reconnu le pré­sident. En s’in­quié­tant d’une crise éco­no­mique qui va peser sur les entre­prises et l’im­mo­bi­lier, et risque donc de faire dimi­nuer les recettes fis­cales. Tandis qu’au même moment les ver­se­ments de pres­ta­tions sociales pour­raient bien repar­tir à la hausse.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1933 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. À la veille de la séance publique du ven­dredi 24 juin.
    Mais c’est pas pos­sible , le ven­dredi 26 juin oui mais fran­che­ment le ven­dredi 24 c’est n’im­porte quoi .

    sep article
    • FM

      26/06/2020
      16:55

      C’était une faute de frappe, cor­ri­gée. Merci.

      sep article