Sécurité : Olivier Noblecourt dénonce « six années de déni et d’incurie municipale »

sep article



 

FIL INFO — La liste Grenoble nouvel air et son candidat Olivier Noblecourt dénoncent « six années de déni et d’incurie municipale » sur les questions de sécurité. Et prennent prétexte d’un début de semaine marquée par différents faits divers, dont l’agression de policiers dans le quartier Mistral, pour dérouler de nouveau le pan sécurité de leur programme.

 

 

Un zeste de sécu­rité dans le débat des muni­ci­pales à quelques jours du second tour à Grenoble ? Dans un com­mu­ni­qué en date du mardi 23 juin, le can­di­dat Olivier Noblecourt et sa liste Grenoble Nouvel air déplorent ainsi un début de semaine « mar­qué par des agres­sions et des faits divers, dont un impli­quant une agres­sion contre des poli­ciers qui aurait pu avoir des consé­quences dra­ma­tiques ».

 

Olivier Noblecourt, tête de liste Grenoble Nouvel air © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Noblecourt, tête de liste Grenoble Nouvel air. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le can­di­dat fait notam­ment réfé­rence à des jets de pavés essuyés par un véhi­cule des forces de l’ordre en plein quar­tier Mistral, dans l’a­près-midi du lundi 22 juin. Selon Le Dauphiné libéré, trois jeunes gens ont lancé un pre­mier pavé sur le pare-brise du véhi­cule, avant de le blo­quer à l’aide d’un conte­neur à ordures et d’en jeter un deuxième. Les trois sus­pects ont pu prendre la fuite. Et le fait divers s’est conclu sans que per­sonne ne soit blessé.

 

 

« Six années de déni et d’incurie municipale »

 

« Notre ville ne peut conti­nuer ainsi, sur le fil d’incidents récur­rents qui peuvent sou­vent dégé­né­rer en affron­te­ments, dans une ten­sion per­ma­nente entre une par­tie de la popu­la­tion et la police dont nous sou­te­nons l’action ô com­bien dif­fi­cile », écrit Olivier Noblecourt. Qui se défend de toute « hys­té­ri­sa­tion sécu­ri­taire ». Mais n’en dénonce pas moins « six années de déni et d’incurie muni­ci­pale sur les ques­tions de sécu­rité ».

 

Olivier Noblecourt dénonce « six années de déni » de la municipalité grenobloise sur les questions de sécurité © Florent Mathieu - Place Gre'net

Olivier Noblecourt dénonce « six années de déni » de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise sur les ques­tions de sécu­rité. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Pour Grenoble Nouvel Air, la vie quo­ti­dienne des Grenoblois est une prio­rité : nous refu­sons les dis­cours d’excuses qui fabriquent l’impuissance publique et nous ne lais­se­rons aucun quar­tier aban­donné », pro­met la liste.

 

Et de rap­pe­ler le pan sécu­rité de son pro­gramme : « Renforcement des moyens de pré­sence humaine aux côtés de la police natio­nale avec la créa­tion de 80 postes », « créa­tion de deux com­mis­sa­riats de proxi­mité por­tés avec la police natio­nale et d’un centre de super­vi­sion urbain pour paci­fier l’espace public »… et arme­ment des poli­ciers muni­ci­paux « afin qu’ils puissent – enfin – être pré­sents dans l’ensemble de nos quar­tiers ».

 

Florent Mathieu

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2291 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ben oui. L’explosion de la délin­quance, c’est pas une valeur de gauche. Pas plus que celle des embou­teillages et la dégra­da­tion de l’air.
    https://blogs.mediapart.fr/grenoble-coeur/blog/010620/decrochage-grenoble-lanterne-rouge-contre-la-pollution
    Couper les grands arbres pour plan­ter des petits à la place, c’est pas de gauche. Vendre la Bastille aux pro­mo­teurs, c’est pas de gauche. Parler de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive pour cacher que toutes les déci­sions sont impo­sées, c’est pas de gauche. La ville sale, c’est pas de gauche.
    Alors c’est quoi ce « Grenoble le poli­ti­card en com­mun » à part une OPA sur la gauche au ser­vice d’une coa­li­tion d’in­té­rêts et de l’am­bi­tion poli­tique déme­su­rée d’une per­sonne ?

    sep article
    • mais arre­tez avec ces blogs… on dirait des publi­re­por­tages. Je n’ai rien contre vous, votre pro­pos ou posi­tion… mais cette mode d’ap­puyer son argu­ment sur le cré­dit appor­te­rai le nom « media­part”… faites un sky­blog, ca au moins ca sera rigolo.
      Bon, j’aime pas la mai­rie en place, mais per­sonne à le niveau pour les rem­pla­cer.… et ceci me désole

      sep article
  2. Inadmissible et mépri­sable ! Il y a encore peu il  »sup­pliait » (publi­que­ment) E. Piolle de l’in­té­grer dans son équipe et suite au rejet de sa demande voilà que par dépit il reprend le thème des cri­tiques et déni­gre­ments contre ce même E. Piolle ? Pauvre petit poli­ti­card qui ne sait plus à quelle branche se rac­cro­cher pour obte­nir un poste coûte que coûte .…

    sep article
    • Navré, mais s’il entre de la manœuvre poli­tique de la part d’Olivier Noblecourt, son attaque est bien fon­dée : en matière de sécu­rité, on a bien assisté à du « déni » et à de « l’in­cu­rie » de la part de l’é­quipe Piolle durant ces 6 années et les 6 à venir n’au­gurent rien de bon.

      sep article