Les personnels de l’Éducation nationale appelés à un rassemblement devant le rectorat de Grenoble mercredi 24 juin

sep article



 

FIL INFO — Plusieurs organisations syndicales appellent à un rassemblement des personnels de l’Éducation nationale devant le rectorat de Grenoble mercredi 24 juin à 12 h 30. En cause ? La gestion du déconfinement, et des mesures prises par le ministre Jean-Michel Blanquer perçues comme un « abandon du caractère national de l’enseignement ».

 

 

Alors que les élèves ont repris le che­min des éta­blis­se­ments, et à quelques jours des deux mois de vacances d’été, les syn­di­cats appellent à mani­fes­ter. La Fnec FP-Fo, Sud Éducation, Pas 38, la CNT et la CGT Éduc’action invitent ainsi les per­son­nels à se ras­sem­bler devant les grilles du rec­to­rat de Grenoble mer­credi 24 juin 2020 à comp­ter de 12 h 30. Le tout assorti d’une demande d’au­dience auprès de la rec­trice de Grenoble.

 

Rassemblement devant le Rectorat de Grenoble en janvier 2020 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement devant le rec­to­rat de Grenoble en jan­vier 2020. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

En cause ? La manière dont le minis­tère de l’Éducation natio­nale a géré, et conti­nue de gérer, le décon­fi­ne­ment. « Les per­son­nels ont subi trois réor­ga­ni­sa­tions bru­tales du tra­vail depuis le décon­fi­ne­ment […] sous des pres­sions hié­rar­chiques inac­cep­tables », dénoncent les syn­di­cats. Non sans consi­dé­rer que les ensei­gnants sont, de plus, « traî­nés dans la boue à lon­gueur de jour­née dans les médias ».

 

 

« L’abandon du caractère national de l’enseignement » ?

 

Les orga­ni­sa­tions accusent éga­le­ment le ministre Jean-Michel Blanquer de « mettre à pro­fit la crise sani­taire pour avan­cer dans ses objec­tifs de remise en cause de l’école publique et des sta­tuts des per­son­nels ». Dans le viseur ? Le dis­po­si­tif 2S2C (sport-santé-culture-civisme). Que le minis­tère pré­sente comme des « acti­vi­tés édu­ca­tives sur le temps sco­laire pour com­plé­ter le tra­vail en classe et/ou à la mai­son ».

 

Manifestation des AESH devant le Rectorat de Grenoble en novembre 2019 © Place Gre'net

Manifestation des AESH devant le rec­to­rat de Grenoble en novembre 2019. © Place Gre’net

 

Sans carac­tère obli­ga­toire, les 2S2C sont assu­rées « en prio­rité par des pro­fes­seurs en com­plé­ment de ser­vice ». Et sont déployées dans « les col­lec­ti­vi­tés locales [qui] sou­haitent s’inscrire dans ce dis­po­si­tif ». Colère des syn­di­cats, pour qui cette prise en charge, même sur conven­tion, par les col­lec­ti­vi­tés repré­sente « l’a­ban­don du carac­tère natio­nal de l’enseignement et de l’é­ga­lité sur tous les ter­ri­toires ».

 

Autres griefs : « [Jean-Michel Blanquer] entend aussi faire pas­ser une pro­po­si­tion de loi visant à créer un emploi fonc­tion­nel de direc­teur-direc­trice d’école, qui les trans­for­me­rait de fait en supérieur‑e hié­rar­chique soumis‑e aux IA-Dasen* et aux élu-e‑s locaux, bou­le­ver­sant ainsi le fonc­tion­ne­ment des écoles », estiment encore les syn­di­cats. Avec, par-des­sus, selon eux, des sup­pres­sions des postes et une non-prise en compte des reven­di­ca­tions des AESH.

 

Florent Mathieu

 

 

* Inspecteur d’a­ca­dé­mie-direc­teur aca­dé­mique des ser­vices de l’Éducation natio­nale.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1776 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.