“Réintoxication du monde”: la vélorution a brocardé la politique d’Éric Piolle et le projet Neyrpic

sep article

Notre indépendance c

 

REPORTAGE VIDÉO – Répondant à « l’appel national du 17 juin » contre la réintoxication du monde après la crise sanitaire du Covid-19, activistes et citoyens écologistes de l’agglomération grenobloise ont organisé une vélorution mercredi dernier. Une manifestation familiale assez éloignée du mot d’ordre national appelant aux blocages de sites. Après avoir vivement critiqué la politique du maire de Grenoble Éric Piolle, les manifestants se sont toutefois heurtés aux forces de l’ordre les soupçonnant de vouloir créer une Zad sur les friches de Neyrpic, site d’un futur centre commercial.

 

 

La vélorution contre la réintoxication du monde organisée par le collectif du 17 juin. © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

La vélo­ru­tion contre la réin­toxi­ca­tion du monde orga­ni­sée par le col­lec­tif du 17 juin. © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

Bétonisation des jar­dins de la Buisserate à Saint-Martin-le-Vinoux, exten­sion de l’A48, pro­jet de centre com­mer­cial sur les anciennes Halles Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères… Tous ces pro­jets néfastes pour la pla­nète sont d’une autre époque, ont pour­fendu les mili­tants et acti­vistes de la vélo­ru­tion orga­ni­sée ce mer­credi 17 juin, dans le sillage de l’ap­pel natio­nal lancé contre la « réin­toxi­ca­tion du monde ».

 

 

« La grande machine se remet en marche de plus belle »

 

La crise sani­taire du coro­na­vi­rus a contraint la sys­tème pro­duc­ti­viste à ralen­tir. Cette paren­thèse aurait pu déclen­cher une prise de conscience et amor­cer un chan­ge­ment de bra­quet en vue d’a­moin­drir la catas­trophe cli­ma­tique désor­mais iné­luc­table.

 

La vélorution contre la réintoxication du monde après la crise sanitaire de coronavirus, organisée par le collectif du 17 juin. © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

La vélo­ru­tion contre la réin­toxi­ca­tion du monde, orga­ni­sée par le col­lec­tif du 17 juin. © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

Il n’en est rien, consi­dèrent les mili­tants éco­lo­gistes de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

 

« La grande machine se remet en marche de plus belle, relé­guant comme tou­jours les inéga­li­tés, les vio­lences et les enjeux éco­lo­giques au second plan des prio­ri­tés », ont pour­fendu les mul­tiples orga­ni­sa­teurs de la vélo­ru­tion réunis au sein du col­lec­tif du 17 juin*.

 

 

Une vélorution militante et familiale contre la réintoxication du monde

 

Tandis que l’ap­pel natio­nal exhor­tait à « une pre­mière série d’ac­tions, blo­cages, ras­sem­ble­ments, occu­pa­tions » en local, les acti­vistes de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise ont opté pour une vélo­ru­tion, un mode d’ac­tion paci­fique auquel ont même pu se joindre nombre de familles avec enfants.

 

Vélorution militante et familiale contre la réintoxication du monde organisée par le collectif du 17 juin © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

Vélorution mili­tante et fami­liale contre la réin­toxi­ca­tion du monde, 17 juin 2020. © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

 

Rassemblés sur l’es­pla­nade du quar­tier de Bonne, les cyclistes ont démarré leur par­cours vers 17 heures dans une ambiance fes­tive pour arri­ver, au terme de leur cir­cuit, sur les friches Neyrpic de Saint-Martin-d’Hères sur les coups de 19 heures. Ils ont éga­le­ment fait une halte devant l’Hôtel de Ville de Grenoble, puis au siège de la Métropole de Grenoble. Autant d’oc­ca­sions de reve­nir sur une poli­tique ou un pro­jet délé­tère pour l’en­vi­ron­ne­ment…

 

Retour sur la vélo­ru­tion avec Alexandre, membre du col­lec­tif Anti-Neyrpic :

 

Vėlorution à Grenoble contre le monde d’a­vant

Retour sur la #vélo­ru­tion de #Grenoble à l’ap­pel du col­lec­tif du 17 juin, contre la #réin­toxi­ca­tion du monde.

Publiée par Place Gre’net sur Mercredi 17 juin 2020

 

 

 

La vélorution réclame des ruptures

 

Devant la mai­rie de Grenoble, deux membres du col­lec­tif du 17 juin ont pris la parole pour cri­ti­quer la poli­tique du maire éco­lo­giste Éric Piolle, can­di­dat à sa réélec­tion aux muni­ci­pales. Ils ont notam­ment raillé les mul­tiples inter­ven­tions du maire dans les médias ces der­nières semaines, consis­tant à van­ter les avan­cées de Grenoble en matière de tran­si­tion éco­lo­gique qui ne vont pas bien loin, de leur point de vue.

 

« Quelques pan­neaux de pub en moins et des pistes cyclables en plus, c’est en résumé la poli­tique d’Éric Piolle. Ce sont là des petits gestes poli­tiques, bro­carde ainsi un mili­tant s’a­dres­sant aux cyclistes depuis le par­vis de la mai­rie de Grenoble. Ce dont nous avons pour­tant cruel­le­ment besoin, c’est de rup­tures défi­ni­tives avec les logiques qui ont pro­duit le monde dans lequel on vit », pour­suit-il.

 

Extrait du dis­cours du col­lec­tif du 17 juin contre la poli­tique d’Éric Piolle maire (EELV) sor­tant de la Ville de Grenoble et can­di­dat à sa réélec­tion :

 

 

 

 

Les forces de l’ordre diligentées pour empêcher la création d’une Zad ?

 

Alors que la déam­bu­la­tion s’é­tait jusque-là dérou­lée sans ani­croche, il en a été autre­ment à l’ar­ri­vée des cyclistes sur les friches de Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères. Les cyclistes se sont alors retrou­vés nez-à-nez avec une bonne ving­taine de poli­ciers les atten­dant de pied ferme.

 

La vélorutiona été accueillie par les forces de l'ordre qui embarquent l'un des organisateurs, sur les friches Neyrpic, mercredi 17 juin 2020 © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

La vélo­ru­tion a été accueillie par les forces de l’ordre qui ont embar­qué un orga­ni­sa­teur sur les friches Neyrpic, 17 juin 2020 © Séverine Cattiaux- Placegrenet.fr

Au motif que la mani­fes­ta­tion n’é­tait pas en règle, les forces de l’ordre ont embar­qué le pre­mier orga­ni­sa­teur qui s’est pré­senté à eux.

 

« Ils veulent sur­tout empê­cher qu’on ins­talle ici une Zad comme à Notre Dame des Landes » com­men­tera un peu plus tard l’un des mani­fes­tants.

 

Une hypo­thèse plau­sible étant donné que peu ou prou les mêmes mili­tants accom­pa­gnés des Gilets jaunes avaient tenté de s’ins­tal­ler sur le site quelques mois plus tôt. Les ten­ta­tives des orga­ni­sa­teurs pour négo­cier la libé­ra­tion de leur cama­rade s’é­tant sol­dées par un échec, des cyclistes ont alors essayé de rete­nir le camion de police qui emme­nait leur col­lègue. Ces der­niers ont fini par lâcher prise après avoir été asper­gés par des bombes lacry­mo­gènes.

 

Les forces de l’ordre emme­nant l’un des orga­ni­sa­teurs sous les huées des par­ti­ci­pants de la vélo­ru­tion.

 

Interpellation par la police ce mer­credi 17 juin, d’un orga­ni­sa­teur de la #vélo­ru­tion contre la #réin­toxi­ca­tion du monde à #Grenoble.

Ce mer­credi 17 juin, la #vélo­ru­tion contre la #réin­toxi­ca­tion du monde, à #Grenoble, a été ter­nie par l’in­ter­pel­la­tion mus­clée d’un orga­ni­sa­teur par la #police. Motif ? Les cyclistes n’au­raient pas informé la Préfecture de leur action.

Publiée par Place Gre’net sur Mercredi 17 juin 2020

 

 

 

Encore sous le choc, les orga­ni­sa­teurs ont dénoncé les inti­mi­da­tions et « la vio­lence poli­cière ». « Ceux qui se font péter la gueule, c’est ceux qui essayent de chan­ger le monde », a lancé un mili­tant, écœuré. La soi­rée s’est tout de même conclue comme prévu par un apéro-fes­tif sur le site de Neyrpic, sans plus aucune pré­sence poli­cière. Quant au jeune homme arrêté, il a passé la nuit au poste, et a été relâ­ché le len­de­main midi.

 

Séverine Cattiaux

 

 

* Le col­lec­tif du 17 juin ras­semble Action Neyrpic, Mouvement pour une Écologie popu­laire et sociale Isère, Jardins de la Buisserate, Le Monde d’a­près Grenoble, Alternatives A480, Le 38 centre social tchou­kar, Alternatiba/ANV-COP21 Grenoble, France nature envi­ron­ne­ment Isère, Neyrpic autre­ment, Extinction Rebellion Isère, Peps Isère

 

 

 

commentez lire les commentaires
3079 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Vélorution, bon, pour­quoi pas. Donc quand on marche c’est une Pédorution.

    sep article