Près d'une centaine de soutiens aux jeunes majeurs étrangers ont investi le local de campagne d'Éric Piolle. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble : une cen­taine de sou­tiens aux jeunes majeurs étran­gers ont investi le local de cam­pagne d’Éric Piolle

Grenoble : une cen­taine de sou­tiens aux jeunes majeurs étran­gers ont investi le local de cam­pagne d’Éric Piolle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

REPORTAGE VIDÉO - Une centaine de soutiens aux jeunes majeurs étrangers ont manifesté devant le local de campagne d'Éric Piolle, ce samedi 20 juin 2020 vers 17 heures. En cause ? Le refus opposé par la Ville de Grenoble à l'installation d'un campement sur le parvis du musée. L'objectif de l'opération ? Donner plus de visibilité à la lutte de ces jeunes qui réclament encore et toujours « un toit, une école et des papiers ».

 

 

Manifestation en soutiens au jeunes majeurs étrangers devant le local de campagne d'Éric Piolle. © Joël Kermabon - Place Gre'net© Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation en soutien au jeunes majeurs étrangers devant le local de campagne d'Éric Piolle. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Ce samedi 20 juin 2020, partout dans le monde, de nombreux rassemblements ont célébré la Journée mondiale des réfugiés. À Grenoble, une manifestation était organisée en début d’après-midi au départ de la place de Verdun (cf. encadré). L'occasion pour des collectifs et associations de marteler leurs revendications.

 

À savoir, la régularisation des sans papiers, un logement pour tous et la fermeture des Centre de rétention administrative (CRA). De son côté, le Collectif jeunes majeurs, soutenu par l'association Droit au logement de l'Isère (Dal 38) et de nombreux collectifs et associations, avait prévu de manifester en installant un campement sur le parvis du musée de Grenoble.

 

L'objectif ? Donner de la visibilité, avec ce camp installé 24 heures sur 24, à la situation de ces jeunes en lutte depuis près d'un an. Que réclament-ils ? Encore et toujours « un toit, une école et des papiers ». « Des droits bafoués par la préfecture et le Département de l'Isère », fustigent à l'unisson leurs soutiens.

 

 

Une manifestation autorisée par la préfecture mais refusée par la Ville de Grenoble

 

Rien ne s'est toutefois passé comme prévu. Bien que la préfecture de l'Isère ait autorisé une manifestation statique du samedi 20 au samedi 27 juin sur l'esplanade François Mitterrand, elle restait conditionnée à l'accord de la Ville de Grenoble. Laquelle, considérant que les conditions de sécurité, d'hygiène et la réglementation en vigueur – notamment en regard du Covid-19 – n'étaient pas réunies, leur a opposé une fin de non-recevoir. Non sans réaffirmer, par voie de communiqué et sur place, son soutien aux « revendications relatives aux personnes migrantes.».

 

Ce qui n'a pas eu l'heur de satisfaire les manifestants, lesquels ont illico mis le cap sur le local de campagne de la liste d'Éric Piolle, Grenoble en commun. La suite en images.

 

Reportage Joël Kermabon

 

Joël Kermabon

 

 

LES SANS-PAPIERS ET LEURS SOUTIENS ONT MANIFESTÉ PLACE DE VERDUN

 

"Qu'est ce qu'on veut ? Des papiers ! Pour qui ? Pour tous ! Pour quand ? Maintenant !" Tel était le message repris en chœur par les participants, réunis ce samedi 20 juin, à l'occasion de la journée internationale des réfugiés. Rassemblés place de Verdun à Grenoble, collectifs, familles de migrants et jeunes mineurs isolés ont réclamé, une nouvelle fois, la régularisation de tous les sans-papiers et migrants.

 

samedi 20 juin 2020, à l'occasion de la journée internationale des réfugiés, une manifestation pour la régularisation des sans papiers a démarré place Verdun à Grenoble devant la Préfecture de l'Isère © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Samedi 20 juin 2020, journée internationale des réfugiés, une manifestation en soutien des sans-papiers a eu lieu devant la préfecture de l'Isère. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

"Quand on n'a pas de papier, on n'a pas le droit de travailler, ni de se loger. C'est une catastrophe humanitaire pour ces personnes", alerte Jo Briant, militant associatif inusable pour la cause des migrants.

 

"La France doit prendre exemple sur des pays d'Europe, comme le Portugal ou l'Italie qui ont décidé de régulariser temporairement des sans-papiers pour les protéger pendant la crise sanitaire", exhorte-t-il. Avant de préciser : "Mais, nous, on demande une régularisation pérenne !"

 

Bien qu’elle ne compte plus le nombre de manifestations auxquelles elle a participé, Marie-Thérèse Lloret, présidente du collectif de soutien aux réfugiés algériens, se bat toujours pour améliorer le sort des migrants. « Des familles, des migrants sont venus trouver refuge à Grenoble, raconte-t-elle. Ils vivent ici depuis des années, se sont construits une vie. Leurs enfants ont grandi ici, mais ils n’ont pas de papiers et sont terrorisés à l’idée de recevoir une OQTF [obligation de quitter le territoire français, ndlr]. Ils travaillent, oui, mais au black et se font exploiter. C’est insupportable ! Personne n’est illégal sur cette planète", s'insurge-t-elle.

 

"Le confinement a aggravé leurs conditions de vie"

 

"La situation des enfants de réfugiés est scandaleuse", déplore, pour sa part,
l'intersyndicale RESF 38, CGT, CNT, FSU, Sud éducation. "Le confinement a aggravé leurs conditions de vie, tant du point de vue scolaire qu’alimentaire", ont-ils témoigné sur la place Verdun.

 

samedi 20 juin 2020, à l'occasion de la journée internationale des réfugiés, une manifestation pour la régularisation des sans papiers a démarré place Verdun à Grenoble devant la Préfecture de l'Isère © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Manifestation pour la régularisation des sans-papiers à Grenoble le 20 juin 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les militants exigent aussi que l’État et l’Éducation nationale se conforment à la Convention internationale des droits de l'enfant. Ils soulignent que ces enfants ont notamment besoin de stabilité car leur scolarité est fortement mise à mal en temps ordinaire, du fait que les familles sont ballottées d'un hébergement à l'autre.

 

« Nous exigeons un toit digne et stable pour nos élèves et leur famille : ce ne sont pas les logements vides ou les places en internat qui manquent !" affirment les représentants associatifs.

 

Des mises à la rue redoutées le 10 juillet

 

Les militants redoutent, dans l’immédiat, les mises à la rue de familles et d’enfants, avec la fin des hébergements hivernaux prolongés au 10 juillet dans le cadre de la crise sanitaire. Sur le plan scolaire, les militants appellent l’Éducation nationale à renforcer de toute urgence les moyens pour les dispositifs d'accueil des élèves allophones (Upe2a) et pour une inclusion en classe normale dans de bonnes conditions, avec du personnel en conséquence.

 

Les jeunes mineurs isolés ont également fait part de leur désarroi. Depuis 2017, le conseil départemental de l'Isère sous la présidence de Jean-Pierre Barbier (LR) a décidé de stopper net leur accompagnement dès lors qu'ils atteignent 18 ans, même s'ils démarrent une formation en vue d'accéder à un métier.

 

Séverine Cattiaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Présidentielle : entre 1300 et 2000 mani­fes­tants à Grenoble contre l’ex­trême droite et pour la défense des droits et acquis sociaux

REPORTAGE - Entre 1300 et 2000 personnes ont défilé dans le centre-ville de Grenoble, ce samedi 16 avril 2022, contre l'extrême droite et pour la Lire plus

Un collectif d'organisations et de syndicats appelle à une manifestation d'entre-deux-tours à Grenoble le 16 avril
Un col­lec­tif d’or­ga­ni­sa­tions et de syn­di­cats appelle à une mani­fes­ta­tion d’entre-deux-tours à Grenoble le 16 avril

FLASH INFO – Faire entendre "les différentes luttes ayant marqué le quinquennat" à l'occasion de l'entre-deux-tours de la présidentielle? Tel est l'objectif d'un collectif d’organisations Lire plus

Marche pour le futur, boulevard Gambetta à Grenoble, le 9 avril 2022. © Lætitia de Greenpeace
La « marche pour le futur » a ras­sem­blé plus de 900 per­sonnes à Grenoble ce samedi 9 avril 2022

FIL INFO - La "marche pour le futur" de ce samedi 9 avril 2022 a rassemblé 60 000 participants dont 35 000 dans la capitale, Lire plus

La Marche pour le Futur 9 avril
Grenoble : Greenpeace, Alternatiba et Citoyens pour le cli­mat orga­nisent une Marche du futur le samedi 9 avril 2022

FLASH INFO - À la veille du premier tour de l'élection présidentielle, Greenpeace, Alternatiba et Citoyens pour le climat organisent une Marche pour le futur Lire plus

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : 200 à 300 mani­fes­tants pour la jour­née euro­péenne d’ac­tion pour le droit au loge­ment, à cinq jours de la fin de la trêve hivernale

REPORTAGE - À cinq jours de la fin de la trêve hivernale, entre 200 et 300 personnes ont manifesté ce samedi 26 mars 2022 à Lire plus

Marche pour le climat Grenoble
Plus de 400 per­sonnes ont défilé dans les rues de Grenoble pour une jus­tice éco­lo­gique et sociale

EN BREF - En réponse à l’appel mondial à manifester pour une justice écologique et sociale, lancé par le mouvement Fridays For Future, des marches pour Lire plus

Flash Info

|

18/05

17h47

|

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin