La Métro annonce ses mesures d’aides pour soutenir les hôtels et restaurants

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FOCUS – Le président de la Métro Christophe Ferrari a présenté, ce mardi 16 juin, ses nouvelles mesures d’accompagnement à destination des acteurs de l’hôtellerie et de la restauration. Au menu, l’exonération totale des droits de terrasse pour l’année 2020, une aide de 1 000 euros par commerce et l’élargissement des critères de sélection pour les dispositifs déjà existants.

 

 

Les mesures de la Métro pour les restaurants et les hôtels

Christophe Ferrari, pré­sident de la Métro, Danièle Chavant, pré­si­dente de l’Umih38, Jean-Philippe Blanc, maire de Meylan, Virginie Milesi, gérante, et Guy Julien, vice-pré­sident de la Métro. © Julien Morceli – Place Gre’net

Comment sou­te­nir les pro­fes­sion­nels de l’hô­tel­le­rie et de la res­tau­ra­tion face à la crise ? Tel était le thème de la ren­contre entre Christophe Ferrari, pré­sident de la Métro et les repré­sen­tants de l’Union des métiers et des indus­tries de l’Hôtellerie de l’Isère (Umih38), ce mardi 16 juin. Une pro­fes­sion dans une situa­tion très pré­oc­cu­pante.

 

Dès le 11 mai, la métro­pole avait déjà mis en place un fonds de soli­da­rité métro­po­li­taine à hau­teur de 5 mil­lions d’eu­ros. Cette aide de 1 000 euros à des­ti­na­tion des très petites entre­prises (TPE) devrait être dou­blée au cours du pro­chain conseil métro­po­li­tain qui aura lieu ven­dredi 19 juin. Elle s’a­dresse exclu­si­ve­ment aux cafe­tiers, res­tau­ra­teurs et acteurs de l’hô­tel­le­rie et de l’é­vé­ne­men­tiel.

 

Les cri­tères de sélec­tion pour béné­fi­cier de ce dis­po­si­tif devraient en outre être élar­gis. Ainsi, sur les 307 dos­siers refu­sés jus­qu’à pré­sent, 55 pour­ront fina­le­ment béné­fi­cier de l’aide de 1 000 euros.

 

 

Exonération totale des droits de terrasses et distribution de kits

 

La Métro pro­po­sera éga­le­ment, au cours de ce conseil, une exo­né­ra­tion totale des droits de ter­rasse pour l’an­née 2020. Soit un manque à gagner estimé à 300 000 euros pour la Métro. Une perte jus­ti­fiée pour Christophe Ferrari qui, dans le même élan, défend la pié­ton­ni­sa­tion des quar­tiers le samedi.

 

Le pré­sident de la Métro ne com­prend ainsi pas que « dans une telle situa­tion », il puisse y avoir des réunions publiques pour déci­der de main­te­nir ou non la pié­ton­ni­sa­tion. Une allu­sion à peine voi­lée aux pro­tes­ta­tions des unions de quar­tier des sec­teurs concer­nés à Grenoble. Ces der­nières a en effet poussé la ville à revoir sa copie.

 

Les mesures de la Métro pour les restaurants et les hôtels

Terrasse place Notre-Dame. DR

 

Par ailleurs, 1 000 kits sont en cours de dis­tri­bu­tion auprès des res­tau­rants et des com­merces. Ils contiennent, entre autres, des affiches avec les gestes bar­rières et des mar­quages stra­té­giques.

 

Gaétane Besson Chavant, direc­trice de l’Umih38, en pro­fite pour rap­pe­ler aux clients que bien res­pec­ter les consignes dans les com­merces est essen­tiel pour leur sur­vie. « En cas de contrôle, un bar ou res­tau­rant dont les clients ne res­pec­te­raient pas le port du masque risque une fer­me­ture admi­nis­tra­tive ! », insiste-t-elle.

 

 

L’épineuse question du gel des loyers

 

© Julien Morceli – Place Gre’net

Jean-Philippe Blanc, maire de Meylan qui ter­mine son man­dat, a aussi tenu à rap­pe­ler le gel des loyers de plu­sieurs com­mer­çants dont les murs appar­tiennent à la Ville…

 

Des loyers sus­pen­dus qu’ils devront « peut-être » rem­bour­ser lorsque leur situa­tion finan­cière le leur per­met­tra. Ces quelques mots du maire ont légè­re­ment crispé la dis­cus­sion.

 

Et pour cause, à sa droite était assise Virginie Milesi, gérante du res­tau­rant La Balade des Joyeux mar­mi­tons… accueillant la réunion et dont le bailleur n’est autre que la Ville de Meylan. « On ne pourra pas rem­bour­ser », a‑t-elle glissé à demi-mot.

 

 

À Meylan, le gel des loyers se fera au cas par cas

Les mesures de la Métro pour les restaurants et les hôtels

Jean-Philippe Blanc, maire de Meylan. © Julien Morceli – Place Gre’net

 

Relancé par nos soins sur la ques­tion des loyers, le maire de Meylan a expli­qué ne pas vou­loir géné­ra­li­ser les mesures de gel. Jean-Philippe Blanc a en effet expli­qué avoir reçu des demandes de sus­pen­sions de loyers de la part de com­merces pour les­quels ce n’é­tait pas jus­ti­fié.

 

« Lorsqu’il y a une fer­me­ture admi­nis­tra­tive ou une très forte baisse, c’est jus­ti­fié, mais cela se fait au cas par cas », a pour­suivi le maire, qui veut évi­ter tout abus. Il a par ailleurs pro­mis d’é­tu­dier pré­ci­sé­ment la situa­tion de Virginie Milesi, qui doit pro­chai­ne­ment lui envoyer des pré­ci­sions.

 

 

Des res­tau­ra­teurs « en pleurs »

 

Toutes ces annonces, bien que « très appré­ciées » par l’Umih, ne réus­si­ront pas pour autant à remon­ter le moral des acteurs du sec­teur de l’hô­tel­le­rie et de la res­tau­ra­tion. « On en a vu cer­tains en pleurs. C’est très dur ce qui leur arrive car ils sont dans l’at­tente per­ma­nente, sans aucun moyen de faire quoi que ce soit, » explique Gaétane Besson Chavant.

 

On pour­rait pen­ser que la faible pro­pa­ga­tion du virus en Isère favo­rise la reprise des res­tau­rants. Pourtant, la plu­part d’entre eux ont connu jus­qu’à pré­sent des taux de fré­quen­ta­tion cri­tiques.

 

Des aides métropolitaines pour les hôtels et restaurants Les mesures pour les restaurants et les hôtels

Des pié­tons dans Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

 

Dans un son­dage adressé à leurs 600 adhé­rents, l’Umih a ainsi dénom­bré 50 % de res­tau­ra­teurs enre­gis­trant une baisse de chiffre d’af­faires de plus de 40 % en mai par rap­port à l’année der­nière à la même époque. Pire, à la ques­tion “Êtes-vous inquiet pour l’a­ve­nir ?” 85 % ont confirmé l’être et cer­tains se sont même dit alar­més.

 

Les mesures de la Métro pour les restaurants et les hôtelsEnfin, concer­nant les dis­co­thèques, ces der­nières sont les grandes oubliées des annonces pré­si­den­tielles. « Ils se disent com­plè­te­ment aban­don­nés », déplore Gaétane Besson Chavant.

 

L’Umih a ainsi pro­posé un pro­to­cole spé­ci­fique pour la réou­ver­ture des dis­co­thèques. Un pro­to­cole « accepté par le gou­ver­ne­ment », nous indique sa direc­trice. Pour le moment, aucune réou­ver­ture n’a cepen­dant été envi­sa­gée.

 

Julien Morceli

 

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
2319 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. MDR, ceux qui ont étran­glé le centre ville avec CVCM posent en photo comme des sau­veurs. Sauf que C’EST PAS LE COVID qui a amené les res­tau­ra­teurs à dire début novembre que « il y a trop de fer­me­tures », que « la clien­tèle du Grésivaudan ne vient plus à Grenoble », que « il y a une déser­tion du centre-ville, tout le monde s’en va ».
    C’EST EUX ET LE MAIRE SORTANT.

    sep article