Réouverture des écoles à Grenoble : Émilie Chalas accuse la municipalité de laisser faire le “déterminisme social”

sep article



 

EN BREF - Émilie Chalas, candidate aux municipales, critique les conditions de réouverture des écoles à Grenoble. Dénonçant « l’impréparation » de la Ville en la matière, elle tire la sonnette d’alarme. Et accuse la majorité municipale de renforcer le « déterminisme social » allant à l’encontre d’une véritable école inclusive.

 

 

Rentrée des élèves à l'école Menon, abords piétonisés, mardi 19 mai © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Rentrée des élèves à l’é­cole Menon, abords pié­ton­ni­sés, mardi 19 mai 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La dépu­tée et can­di­date aux muni­ci­pales Émilie Chalas revient à la charge sur les condi­tions de réou­ver­ture des écoles, depuis le 14 mai der­nier à Grenoble. Se fen­dant d’un com­mu­ni­qué, elle pointe « les dys­fonc­tion­ne­ments et les impré­pa­ra­tions » de la Ville dans de nom­breux éta­blis­se­ments.

 

En font notam­ment par­tie les écoles Bajatière, Bizanet, Marie-Reynoard ou encore Menon. « [Ces] éta­blis­se­ments ne peuvent accueillir les élèves dans de bonnes condi­tions, les parents tirent légi­ti­me­ment la son­nette d’alarme », attaque Émilie Chalas.

 

 

« Pourquoi un tel manque d’anticipation sur le sujet ? »

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4448 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. il faut dire qu’à LREM on en connait un rayon sur lais­ser faire le déter­mi­nisme social, ce sont des spé­cia­listes, bref elle prend son cas pour une géné­ra­lité

    sep article
  2. sep article
  3. Elle a rai­son, mais à part les pas­tèques, une forte par­tie de res­pon­sa­bi­lité repose avec les ensei­gnants et les syn­di­cats. Une fois la fin de confi­ne­ment annon­cée, ils déclarent qu’ils ont “besoin du temps “ MAINTENANT pour dis­cu­ter, réflé­chir, s’organiser , pla­ni­fier etc etc … bor­del ! Vous aviez DEUX mois pour le faire, bande de glan­deurs !

    sep article