Alliance à Échirolles entre Alban Rosa et Thierry Monel : un « non-sens » pour le colistier Ahmed Lahcine… et le PS

sep article



 

EN BREF – C’est une des villes clés de ce second tour des municipales en Isère. Échirolles déchaîne les passions… et les tensions depuis maintenant plusieurs mois. Nouvel épisode avec la fusion entre les listes d’Alban Rosa (LFI) et Thierry Monel (Génération‑s). Une alliance au goût amer pour Ahmed Lahcine, ancien colistier de Thierry Monel. Mais aussi pour le parti socialiste qui n’a pas manqué de réagir.

 

 

La liste de Thierry Monel s'apprête à rallier celle d'Alban Rosa © Thomas Courtade - Place Gre'net

La liste de Thierry Monel ral­lie celle d’Alban Rosa. © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

La cam­pagne des muni­ci­pales bat son plein à Échirolles. Et pour cause : le pre­mier tour n’a pas per­mis d’é­ta­blir une hié­rar­chie claire, mal­gré le score impor­tant de Renzo Sulli (30 % des voix). Le maire sor­tant doit notam­ment faire face à la concur­rence de son adjoint à l’é­co­no­mie, Alban Rosa. Or, le can­di­dat sou­tenu par LFI et EELV vient d’en­re­gis­trer le sou­tien de Thierry Monel, ancien pre­mier adjoint de Renzo Sulli qui, avec ses 8 % obte­nus au pre­mier tour, n’a pas pu accé­der au second. Une alliance dénon­cée par Ahmed Lahcine, colis­tier de Thierry Monel. Pour qui les « meilleurs enne­mis d’hier sont deve­nus les meilleurs amis aujourd’­hui ».

 

 

Un « non-sens » pour Ahmed Lahcine

 

Ahmed Lahcine aux côtés de Thierry Monel au début de la campagne des municipales à Echirolles. © Thomas Courtade - Place Gre'net

Ahmed Lahcine aux côtés de Thierry Monel au début de la cam­pagne des muni­ci­pales à Echirolles. © Thomas Courtade – Place Gre’net

La fusion des listes « Échirolles A’Venir » et « Échirolles notre ville, notre vie », res­pec­ti­ve­ment por­tées par Alban Rosa et Thierry Monel, a été actée ce 2 juin par les ins­tances dépar­te­men­tales de LFI, EELV et Génération‑s. « Fort de 26 % des voix au pre­mier tour, ce ras­sem­ble­ment consti­tue une
véri­table alter­na­tive pour diri­ger Échirolles sur la base d’une gou­ver­nance renou­ve­lée », se réjouissent ainsi les trois par­tis poli­tiques dans un com­mu­ni­qué.

 

Une déci­sion au départ « sou­te­nue » par Ahmed Lahcine, qui sou­hai­tait tou­te­fois connaître « le nom des per­sonnes dans l’exé­cu­tif, les conseillers muni­ci­paux et l’or­ga­ni­gramme des délé­ga­tions ». Or l’an­cien sou­tien de Thierry Monel n’y a pas eu accès. Et, à la vue de la nou­velle liste dépo­sée ce mardi 2 juin en pré­fec­ture, Ahmed Lahcine n’hé­site pas à par­ler de « non-sens ». Pour lui, « le chan­ge­ment pro­posé pour Échirolles est une façade, un men­songe ».

 

 

De la « vieille politique »

 

« Je suis libre, per­sonne ne me tient, ni l’argent ni les postes ». Un mes­sage sans équi­voque pour celui qui s’é­tait engagé dans la cam­pagne pour rompre avec la « vieille poli­tique ». Et déplore que cer­tains, dont l’an­cien pre­mier adjoint de la ville, sou­haitent « sau­ver leur peau ». Avec, on le com­prend, un éven­tuel poste à la clé en cas de vic­toire. Une manœuvre insup­por­table aux yeux d’Ahmed Lahcine, pire que « celles de Renzo Sulli » conclut-il.

 

Thomas Courtade

 

 

LE PARTI SOCIALISTE ÉCHIROLLES CRIE À LA TRAHISON

 

Le parti socia­liste a éga­le­ment réagi dans un com­mu­ni­qué* inti­tulé « Rosa-Monel : Le ticket de toutes les tra­hi­sons ! »

 

La liste "Echirolles en commun" au complet portée par le maire sortant, Renzo Sulli © Echirolles en commun

La liste « Echirolles en com­mun » por­tée par le maire sor­tant, Renzo Sulli, ras­sem­blant dif­fé­rents par­tis de gauche : PCF, PS, PRG, les Écologistes et les Insoumis. © Echirolles en com­mun

« L’annonce d’une fusion des listes A. Rosa et T. Monel n’a aucun sens, comme le disent nombre de leurs anciens colis­tiers, juge ainsi le PS. Et ils ont rai­son ! Il est néces­saire de se sou­ve­nir que c’est pour contrer les ambi­tions de l’an­cien pre­mier adjoint, Thierry Monel, qu’Alban Rosa a décidé de tra­hir Renzo Sulli, en ne votant plus les rap­ports majeurs pour notre ville, mais sans tou­te­fois démis­sion­ner de son man­dat d’ad­joint au maire Renzo Sulli ! », sou­tient-il.

 

« Après avoir mené une cam­pagne de déni­gre­ment sur la car­rière pro­fes­sion­nelle et poli­tique de M. Monel, voilà que désor­mais, les deux enne­mis s’al­lient sur fond d’ac­cords de par­tis poli­tiques et sur­tout sur le dos de la repré­sen­ta­tion citoyenne qu’ils pré­ten­daient incar­ner sur cha­cune de leurs liste du 1er tour », pour­suivent les socia­listes.

 

Le parti socia­liste par­ti­ci­pant au ras­sem­ble­ment de la gauche échi­rol­loise sur la liste d’i­ni­tia­tive citoyenne Échirolles en com­mun, rap­pelle en outre à Alban Rosa et Thierry Monel « qu’il est de tra­di­tion répu­bli­caine de sou­te­nir au 2e tour la liste de la gauche arri­vée en tête du pre­mier tour, notam­ment lorsque le Rassemblement natio­nal arrive en seconde posi­tion sur la ville à l’is­sue du pre­mier ». Avant d’ac­ter « cette der­nière tra­hi­son ».

 

 

* Article mis à jour le 4 juin à 17 h 40.

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
6674 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.