État d’urgence sanitaire : plusieurs organisations de l’Isère craignent « la mise en quarantaine de la démocratie »

sep article



 

FOCUS – Ce vendredi 29 mai 2020, lendemain des annonces concernant le déconfinement, plusieurs organisations ont fait part de leurs craintes. Elles redoutent en effet que l’état d’urgence sanitaire puisse déboucher sur une « mise en quarantaine de la démocratie ». Inquiets, les militants dénoncent « un régime d’exception liberticide et antisocial » allant à l’encontre des libertés individuelles.

 

 

Des militants redoutent la suite de l'état d'urgence sanitaire. Plusieurs représentants d'organisations ont fait part de leurs craintes sur l'état d'urgence sanitaire. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Plusieurs repré­sen­tants d’or­ga­ni­sa­tions ont fait part de leurs craintes concer­nant l’é­tat d’ur­gence sani­taire. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous n’é­tions pas contre le confi­ne­ment mais nous sou­hai­tions qu’il ne soit pas en même temps un bâillon et que la liberté de réflé­chir et de cri­ti­quer puisse res­ter pleine et entière. »

 

Denis Fabre de la Ligue des droits de l’Homme Grenoble-Métropole (LDH) était le pre­mier à s’ex­pri­mer ce ven­dredi 29 mai 2020 en fin de mati­née lors d’un point presse orga­nisé sym­bo­li­que­ment devant la pré­fec­ture de l’Isère.

 

Le mili­tant était accom­pa­gné d’une dizaine de mili­tants issus de plu­sieurs orga­ni­sa­tions1Voir note de bas de page, toutes signa­taires de l’ap­pel « Non, la démo­cra­tie ne sera pas en qua­ran­taine ! » exi­geant le réta­blis­se­ment des liber­tés fon­da­men­tales. Une réunion fort oppor­tune au len­de­main des annonces du gou­ver­ne­ment concer­nant la phase deux du décon­fi­ne­ment.

 

Principalement en cause ? Les dis­po­si­tions de l’é­tat d’ur­gence sani­taire ins­tau­rant, selon les mili­tants, « la mise en place d’un régime d’ex­cep­tion » à leurs yeux « liber­ti­cide, anti­so­cial et inop­por­tun ». Ce dont les défen­seurs des liber­tés pré­sents se sont expli­qués à plu­sieurs voix

 

 

« Une restriction des libertés fondamentales sans précédent dans le pays »

 

« L’application de dis­po­si­tions qui exis­taient déjà2Notamment l’ar­ticle 5 de la loi du 3 avril 1955 rela­tive à l’é­tat d’ur­gence per­met­tait de ren­for­cer les mesures de pré­cau­tion », explique Denis Fabre. « À tra­vers ses ordon­nances, l’exé­cu­tif dis­pose main­te­nant de pou­voirs exor­bi­tants dans de très nom­breux domaines, y com­pris après la fin de l’é­tat d’ur­gence sani­taire », s’in­quiète le mili­tant. Qui enfonce un peu plus pro­fon­dé­ment le clou. « Nous assis­tons là à une res­tric­tion des liber­tés fon­da­men­tales sans pré­cé­dent dans notre pays », juge le repré­sen­tant de la LDH.

 

L'état d'urgence sanitaire, source d'inquiétude. Contrôle de police lors d'une manifestation interdite lors du 1er mai 2020. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Contrôle de police lors d’une mani­fes­ta­tion inter­dite lors du 1er mai 2020. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dans sa ligne de mire ? Toutes les dis­po­si­tions qui ont res­treint la liberté de cir­cu­ler et d’en­tre­prendre, de mani­fes­ter et de se réunir, mais aussi le droit à la vie pri­vée et à l’é­du­ca­tion. Autre grief for­mulé par Denis Fabre : celui d’une « acti­vité poli­cière incon­trô­lée, le plus sou­vent en dehors des règles de l’é­tat de droit ». Et celui de prendre pour exemple le 1er mai 2020.

 

« Avant-hier, le Parlement a adopté l’ap­pli­ca­tion StopCovid, pour­tant lar­ge­ment contes­tée, et demain ce sera la loi Avia contre les conte­nus hai­neux sur inter­net », cite notam­ment Denis Fabre pour illus­trer ses pro­pos. Pour ce der­nier, l’af­faire est enten­due : « tout porte à croire que le jour d’a­près res­sem­blera au jour d’a­vant ». Et celui-ci de rap­pe­ler : « Les liber­tés fon­da­men­tales ne sont pas un sup­plé­ment d’âme, elles sont indis­pen­sables à la démo­cra­tie ».

 

 

L’abrogation de toutes les « ordonnances liberticides » de l’état d’urgence sanitaire

 

Même registre mais avec un degré vin­di­ca­tif de plus pour Pascal Costarella, de la Fédération de l’Isère de la libre pen­sée. Selon ce der­nier, nous serions « aujourd’hui en Macronie plus proche de la dic­ta­ture que de la démo­cra­tie ». Parvenu au terme de sa décla­ra­tion, le mili­tant pose les exi­gences de sa fédé­ra­tion : « Qu’il soit mis fin à l’état d’urgence dit sani­taire et à toute forme d’interdiction arbi­traire subie par la popu­la­tion ».

 

État d'urgence sanitaire : plusieurs organisations de l'Isère craignent "la mise en quarantaine de la démocratie". File d'attente devant un magasin à Grenoble lors du confinement. C Muriel Beaudoing - Placegrenet.fr

File d’at­tente devant un maga­sin à Grenoble lors du confi­ne­ment. ©  Muriel Beaudoing – Placegrenet.fr

Mais pas seule­ment. La Libre pen­sée réclame aussi « l’arrêt immé­diat des pour­suites et l’a­bro­ga­tion des ordon­nances liber­ti­cides ».

 

« L’argument sani­taire a servi à bien des choses mais il sert aujourd’­hui à muse­ler la démo­cra­tie », consi­dère, quant à lui, Benjamin Moisset du syn­di­cat Solidaires.

 

« Nous ne pou­vons que subir les consé­quences éco­no­miques de cette crise, sans pour autant pou­voir reven­di­quer. Nous récla­mons de pou­voir mani­fes­ter, ce qui est notre droit le plus fon­da­men­tal. »

 

 

« Une assemblée constituante à même de répondre aux urgences de la situation »

 

Intervenant à son tour, Bona Mariano d’Ensemble ! Isère est resté sur la même ligne que ses pré­dé­ces­seurs, y rajou­tant ses pré­oc­cu­pa­tions. « La ges­tion de la pan­dé­mie ne peut pas se gérer de manière mili­taire et auto­ri­taire. Il faut lui asso­cier la popu­la­tion », a‑t-il ren­chéri. Avant d’é­vo­quer la situa­tion des sans-papiers, selon lui en grand dan­ger faute d’hé­ber­ge­ment. « Ils sont condam­nés soit à la pro­mis­cuité soit à la rue, ou bien entas­sés dans les centres de réten­tion. Il y a, là, un vrai souci d’é­ga­lité de droits », a ainsi dénoncé Bona Mariano.

 

L'entrée du centre d'hébergement hivernal d'urgence de sans-abri Marie-Reynoard de la rue Leconte de l'Isle. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’entrée du centre d’hé­ber­ge­ment hiver­nal d’ur­gence de sans-abri Marie-Reynoard. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Dernier à s’ex­pri­mer, Yves Gerin-Mombrun du Parti ouvrier indé­pen­dant et démo­cra­tique (Poid 38), a quant à lui expli­qué qu’il sou­hai­tait en finir avec les ins­ti­tu­tions anti­dé­mo­cra­tiques de la Ve République.

 

« Il nous faut  avan­cer vers une assem­blée consti­tuante à même de répondre aux urgences de la situa­tion », a‑t-il pré­co­nisé au cours de son inter­ven­tion.

 

De cette manière, consi­dère le mili­tant, « nous pour­rons réta­blir nos liber­tés indi­vi­duelles et col­lec­tives et en conqué­rir de nou­velles. Le tout dans l’intérêt le plus élé­men­taire de la popu­la­tion de ce pays. »

 

Joël Kermabon

 

 

1 Premières orga­ni­sa­tions signa­taires : Collectif anti-répres­sion 38 (Car 38), CNT 38, Confédération natio­nale du tra­vail 38, Ensemble ! Isère, FSU, Génération·s Grenoble Métropole. Mais aussi Libre pen­sée 38, LDH Grenoble-Métropole, NPA 38, PCF 38, le Poid 38, le Saf Grenoble, le Syndicat des avo­cats de Grenoble, Solidaires 38, UCL Grenoble. Sans oublier la CGT 38, la CFDT de l’Isère, le Réseau de lutte contre le fas­cisme Isère et enfin l’UNL 38.

 

2 Notamment l’ar­ticle 5 de la loi du 3 avril 1955 rela­tive à l’é­tat d’ur­gence.

 

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
2753 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.