Attention, le moustique tigre est de retour sur l’agglomération grenobloise !

sep article



 

FIL INFO – Le moustique tigre sévit à nouveau dans l’agglomération. Originaire d’Asie du Sud-Est et de l’Océan Indien, cet insecte a investi la région Auvergne Rhône-Alpes depuis 2012. Actif chaque année de mai à novembre, il peut alors transmettre des maladies graves : dengue, chikungunya, zyka. 

 

 

Moustique Tigre.

Un mous­tique tigre en action. DR

Il est de nou­veau là… Le mous­tique tigre va, cette année encore, faire pla­ner l’in­quié­tude sur la région rhô­nal­pine, en par­ti­cu­lier le dépar­te­ment de l’Isère. Alors que le Covid-19 sévit encore dans quelques foyers de l’Hexagone1D’après les connais­sances actuelles, le nou­veau coro­na­vi­rus ne peut pas être trans­mis par les piqûres de mous­tiques, estime l’OMS., l’in­secte tant redouté est déjà arrivé.

 

Or les pro­blèmes sani­taires qu’ils posent sont loin d’être anec­do­tiques. En 2019, l’Agence régio­nale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes a ainsi relevé 178 conta­mi­na­tions, soit trois fois plus qu’en 2018. Une pro­gres­sion assez sérieuse pour que l’institution rap­pelle que la lutte contre cet insecte est l’affaire de tous.

 

Devant sa pro­li­fé­ra­tion, le mous­tique tigre avait même fait l’objet, en 2019, d’une pro­po­si­tion de loi pré­sen­tée par Olivier Véran, alors député de l’Isère. Un texte faci­li­tant les inter­ven­tions publiques de démous­ti­ca­tion sur les domaines pri­vés.

 

 

La chasse est ouverte 

 

De toute petite taille, le mous­tique tigre est faci­le­ment repé­rable grâce à ses rayures noires et blanches. Sa piqûre est très dou­lou­reuse, mais il n’attaque que le jour et en exté­rieur. Très féconde, la femelle peut pondre jusqu’à 200 œufs. Elle adore les gites arti­fi­ciels où stagne de l’eau, même en très petite quan­tité : cou­pelles de pots de fleurs, jeux d’enfants, pneus usa­gés, récu­pé­ra­teurs d’eau de pluie, gout­tières… Et c’est là que tout com­mence.

 

Larves des moustiques tigres

Larves des mous­tiques tigres. DR

Très casa­nier, le mous­tique tigre reste alors toute sa vie dans les 150 mètres autour de son lieu de nais­sance. Si vous en repé­rez un ou si vous êtes piqué(e), sa base est toute proche. Il convient alors de vider tous les points d’eau stag­nants aux alen­tours et d’en faire le signa­le­ment sur le por­tail offi­ciel du minis­tère de la Santé. En agis­sant ainsi, vous par­ti­ci­pe­rez au com­bat contre la pro­li­fé­ra­tion de cet insecte pré­da­teur.

 

Depuis plu­sieurs années, la majo­rité des com­munes de l’agglomération ont pris des mesures pour limi­ter les risques sani­taires liés à sa pro­pa­ga­tion : pièges pon­doirs, nichoirs pour ses pré­da­teurs (oiseaux, chauve-sou­ris), épan­dage de lar­vi­cide…

 

 

L’ARS assure, de son côté, la sur­veillance épi­dé­mio­lo­gique et la sen­si­bi­li­sa­tion des pro­fes­sion­nels de santé. Elle a aussi confié à l’entente inter­dé­par­te­men­tale Rhône-Alpes pour la démous­ti­ca­tion (Eirad) l’installation et le suivi de pièges dans chaque dépar­te­ment.

 

Thierry Thomas

 

 

1 D’après les connais­sances actuelles, le nou­veau coro­na­vi­rus ne peut pas être trans­mis par les piqûres de mous­tiques, estime l’OMS.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
4411 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Invasion de mous­tiques prin­ci­pa­le­ment des tigres quar­tier ile verte à gre­noble
    Je n’ai pas trouvé les anciens mous­tiques ont-ils dis­paru ?

    sep article