La police nationale mobilisée pour la prévention du risque sanitaire dans les transports en commun de Grenoble

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

REPORTAGE VIDÉO – En cette période de déconfinement, le risque sanitaire lié au Covid-19 reste présent dans les transports en commun. D’où certaines mesures, dont le port du masque rendu obligatoire depuis ce 11 mai sur l’ensemble du réseau métropolitain. Pour leur respect, la police nationale accompagne les agents de la Tag dans leur mission de prévention contre le coronavirus.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Oui, je savais qu’il fal­lait por­ter un masque pour cir­cu­ler en tram­way. Je me suis dit qu’en res­pec­tant la consigne de dis­tan­cia­tion, je ne ferais prendre de risque à per­sonne ni à moi-même. » Dissuadé de mon­ter à bord, ce jeune étu­diant, à la mine quelque peu décon­fite, regarde la rame du tram A s’é­loi­gner de la sta­tion Chavant… sans lui.

 

En effet, depuis ce lundi 11 mai, jour du début de la période de décon­fi­ne­ment, le risque sani­taire est très sérieu­se­ment pris en compte par la Sémitag, l’au­to­rité de trans­port char­gée de l’exploitation du réseau de bus et de tram­ways métro­po­li­tain.

 

Outre les consignes de dis­tan­cia­tion phy­sique, il est inter­dit aux usa­gers des trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion (Tag) d’u­ti­li­ser le réseau sans por­ter l’in­dis­pen­sable – et long­temps introu­vable – masque de pro­tec­tion contre le virus Covid-19.

 

 

Prévenir les risques sanitaires liés au Covid-19 dans les transports en commun

 

Qui dit inter­dic­tion dit contrôles et risque de ver­ba­li­sa­tion pour les contre­ve­nants. C’est le rôle de patrouilles de fonc­tion­naires de la police natio­nale déployées sur l’en­semble du réseau. L’objectif ? Accompagner les agents de la Tag dans leur mis­sion de pré­ven­tion du risque sani­taire lié au coro­na­vi­rus.

 

En l’occurrence, faire res­pec­ter la régle­men­ta­tion en vigueur obli­geant au port du masque, au res­pect des mar­quages de dis­tan­cia­tion au sol et à l’u­ti­li­sa­tion d’un siège sur deux. « Nous ne sommes pas là en répres­sion mais en assis­tance pour véri­fier que l’ap­pli­ca­tion des consignes n’en­traîne pas de dif­fi­cul­tés par­ti­cu­lières », explique le com­man­dant François Toulouse.

 

La police nationale à la rescousse de la Sémitag pour la prévention du risque sanitaire.© Joël Kermabon - Place Gre'net

La police natio­nale à la res­cousse de la Sémitag pour la pré­ven­tion du risque sani­taire. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pour autant, pas ques­tion de lais­ser les voya­geurs livrés à eux-mêmes. Ces der­niers peuvent obte­nir, à même les quais, toutes les infor­ma­tions qu’ils dési­rent pour cir­cu­ler en règle. À cet effet, outre une cin­quan­taine d’a­gents, la Sémitag a déployé 70 inté­ri­maires sur une ving­taine de sta­tions du réseau.

 

 

« Notre objectif c’est la prévention et non la verbalisation »

 

Ce mardi 12 mai, nous avons pu suivre une patrouille qui opé­rait sur la ligne de tram­way A. Conscients de la néces­sité d’un temps d’a­dap­ta­tion aux nou­velles règles, les poli­ciers se sont mon­trés conci­liants. « Dans un pre­mier temps, notre objec­tif c’est la pré­ven­tion et non la ver­ba­li­sa­tion », assure François Toulouse. Retour en images.

 

 

Joël Kermabon

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2261 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.