Le PCF 38, Génération.s Grenoble, la CGT et Solidaires Isère dénoncent les mesures de confinement

sep article



 

EN BREF — Dans un communiqué au vitriol, plusieurs mouvements politiques et syndicats grenoblois attaquent frontalement les mesures de confinement adoptées par le gouvernement. Ils décrivent un État de droit bafoué et une police « hors de tout contrôle ». Avant d’appeler à la création d’un « rapport de forces » pour un « avenir plus démocratique ».

 

 

Confinement ? Mesures de dis­tan­cia­tion sociale ? Un col­lec­tif d’as­so­cia­tions et de mou­ve­ments gre­no­blois pré­fère par­ler d’une « atteinte inad­mis­sible aux liber­tés démo­cra­tiques » et de « brèche sup­plé­men­taire dans l’État de droit ». Signé, entre autres, par Génération.s. Grenoble Métropole, le PCF 38, Solidaires Isère, la CGT 38 ou encore la Ligue des droits de l’Homme, le texte est une charge vigou­reuse contre les mesures du gou­ver­ne­ment.

 

Rassemblement de militants syndicaux le 1er mai 2020 à Grenoble malgré les mesures de confinement © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement de mili­tants syn­di­caux le 1er mai 2020 à Grenoble mal­gré les mesures de confi­ne­ment © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les signa­taires ne remettent pas en cause le prin­cipe des mesures sani­taires face à la crise du coro­na­vi­rus. Mais consi­dèrent que « l’application des mesures en “cas de catas­trophe sani­taire” du code de la santé publique aurait été ample­ment suf­fi­sante » pour y faire face. Loin, en somme, de l’é­tat d’ur­gence sani­taire décrété par la loi du 23 mars 2020. Qui va « aux anti­podes de [leurs] aspi­ra­tions d’égalité et de liberté ».

 

 

Une police « hors de tout contrôle » ?

 

Pour les auteurs du texte, le gou­ver­ne­ment a « décidé sciem­ment d’at­ta­quer nos liber­tés ». De quoi, selon eux, sus­ci­ter des inquié­tudes « après des années de vio­lences poli­cières », que ce soit « dans les quar­tiers » ou « contre les mou­ve­ments sociaux ». Et le texte de reve­nir sur les opé­ra­tions mus­clées de la police dans le cadre des mani­fes­ta­tions des Gilets jaunes, « allant jusqu’à des muti­la­tions ».

 

Contrôles des attestations de déplacement dérogatoire à Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

Contrôles des attes­ta­tions de dépla­ce­ment déro­ga­toire à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Une police qui, aujourd’­hui, ferait preuve « de déci­sions arbi­traires et de recours dis­pro­por­tion­nés à la force, avec des mises en garde à vue irré­gu­lières » pour faire res­pec­ter les res­tric­tions de cir­cu­la­tion. « Combien de contrôles de police dis­cri­mi­na­toires, com­bien de pro­pos sexistes ou racistes, com­bien de per­sonnes sans domi­cile ver­ba­li­sées, com­bien de migrants dont la pré­ca­rité déjà redou­table s’est sou­dai­ne­ment aggra­vée encore ? », inter­roge le com­mu­ni­qué.

 

Intervention de la police nationale durant le confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Intervention de la police natio­nale durant le confi­ne­ment. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Des exemples ? Une femme ver­ba­li­sée pour avoir acheté des ser­viettes hygié­niques ou un réfu­gié sanc­tionné pour avoir fait des courses avec ses enfants. « Nous assis­tons désor­mais à une police hors de tout contrôle », estiment les mili­tants. Sans pré­ci­ser si la cri­tique concerne éga­le­ment la police muni­ci­pale de Grenoble, que son maire Éric Piolle appe­lait à ne pas fai­blir. Ceci alors que plu­sieurs signa­taires se sont ral­liés à sa can­di­da­ture.

 

Sollicitée par Place Gre’net, la pré­fec­ture de l’Isère a fait savoir qu’elle ne sou­hai­tait pas répondre aux accu­sa­tions conte­nues dans le texte.

 

 

Appel à la création d’un « rapport de forces »

 

Autre inquié­tude : l’ap­pli­ca­tion de tra­çage envi­sa­gée par le gou­ver­ne­ment. Déjà cri­ti­quée par la Ligue des droits de l’Homme, StopCovid devrait être dis­po­nible dès le 2 juin, selon le secré­taire d’État au numé­rique. « Non seule­ment les risques atten­ta­toires aux liber­tés indi­vi­duelles sont nom­breux […] mais encore il n’est pas avéré que ces mesures puissent être réel­le­ment effi­caces », consi­dèrent les mili­tants.

 

Les signataires demandent l'autorisation des manifestations, dans le respect des règles de distanciations sociales ©Joël Kermabon - Place Gre'net

Les signa­taires demandent l’au­to­ri­sa­tion des mani­fes­ta­tions, dans le res­pect des règles de dis­tan­cia­tions sociales. ©Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le texte appelle donc – au contraire « d’un contrôle social ren­forcé et d’une sus­pi­cion géné­ra­li­sée, hos­tiles à la popu­la­tion » – à « l’extension de la démo­cra­tie pour faci­li­ter et sou­te­nir la mobi­li­sa­tion de tou.te.s dans une indis­pen­sable soli­da­rité ». Ainsi qu’à la créa­tion d’un « rap­port de forces », « condi­tion sine qua none (sic) afin d‘imposer un ave­nir plus démo­cra­tique, fémi­niste, éco­lo­gique et soli­daire ».

 

Parmi les reven­di­ca­tions ? L’arrêt des contrôles poli­ciers « humi­liants, vio­lents, arbi­traires, dis­cri­mi­na­toires » et l’an­nu­la­tion des amendes. Le réta­blis­se­ment du droit de mani­fes­ter, dans les res­pect des règles de dis­tan­cia­tion sociale. Mais aussi la fer­me­ture des centres de réten­tion admi­nis­tra­tives, et la « libé­ra­tion » ainsi que la « régu­la­ri­sa­tion » de l’en­semble des per­sonnes sans papiers.

 

Florent Mathieu

 

 

Les orga­ni­sa­tions signa­taires du texte : Génération·s Grenoble Métropole, Ligue des droits de l’Homme Grenoble Métropole, NPA 38, PCF 38, Réseau de lutte contre le fas­cisme Isère, Solidaires 38, Union com­mu­niste liber­taire Grenoble, UD CGT 38, Union natio­nale lycéenne 38.

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
3772 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.