Réchauffement climatique : la part des activités humaines « très sous-estimée » selon des chercheurs grenoblois

sep article



 

FOCUS – Grâce aux glaces du Groenland, des chercheurs de l’Institut des géosciences de l’environnement ont contribué à déterminer avec précision la part des activités humaines dans les émissions de méthane dans l’atmosphère. Un peu passés inaperçus à cause de la crise sanitaire, leurs résultats révèlent des émissions d’origine anthropiques largement sous-estimées jusqu’ici. Des travaux majeurs publiés dans la revue Nature en février 2020.

 

 

« L’impact des acti­vi­tés humaines sur le cli­mat par ses émis­sions de méthane vers l’atmosphère est plus impor­tant que ce que nous pen­sions », révèle une équipe inter­na­tio­nale1menée par B. Hmiel et V. Petrenko de l’Université de Rochester aux États-Unis. dont font par­tie des cher­cheurs gre­no­blois de l’Institut des géos­ciences de l’environnement (IGE).

 

Le méthane (CH4) est un puis­sant gaz à effet de serre. Il est, après le dioxyde de car­bone (CO2), le deuxième plus grand contri­bu­teur au réchauf­fe­ment en cours de la pla­nète. Ses émis­sions vers l’atmosphère ont aug­menté d’environ 150 % durant les trois der­niers siècles.

 

Climat : la part des activités humaines très sous-estimée. Terrasses de riz à Mù Cang Chải au Vietnam. DR

Le méthane atmo­sphé­rique de source bio­lo­gique peut être d’o­ri­gine anthro­pique : rizières, décharges ou éle­vage. Ici, ter­rasses de riz à Mù Cang Chải au Vietnam. DR

Alors que les scien­ti­fiques savent ainsi quan­ti­fier la quan­tité totale de méthane émise dans l’atmosphère, la par­ti­tion fine entre ori­gine natu­relle et anthro­pique (liée aux acti­vi­tés humaines) res­tait jusqu’ici mécon­nue.

 

C’est donc la pre­mière fois qu’une équipe par­vient à déter­mi­ner avec pré­ci­sion la part des déga­ge­ments de CH4 liée aux acti­vi­tés humaines et à suivre son évo­lu­tion sur les 300 der­nières années.

 

Des tra­vaux que la pres­ti­gieuse revue Nature a publiés en février der­nier mais un peu pas­sés sous silence à cause de la crise sani­taire.

 

 

Les mesures du méthane nécessitent la collecte du gaz piégé dans une tonne de glace

 

Pour trou­ver trace des atmo­sphères anciennes, les scien­ti­fiques ont ana­lysé les bulles d’air pié­gées dans la glace qu’ils ont forée au Groenland. Creusant pro­fon­dé­ment le sol, ils ont ainsi actionné la machine à remon­ter le temps  jusqu’à atteindre le début du XVIIIe siècle.

 

Forage d’une carotte de glace au Groenland. © X. Fain

Forage d’une carotte de glace au Groenland. © X. Fain

 

Pour dis­tin­guer les sources de méthane bio­lo­gique et fos­sile dans les échan­tillons de glace col­lec­tés, les cher­cheurs se sont inté­res­sés à sa signa­ture en car­bone 14 (14C). Cet iso­tope radio­ac­tif est en effet pré­sent dans le méthane bio­lo­gique lié aux plantes et à la faune. En revanche, parce qu’il se dés­in­tègre sur des temps longs, il a tota­le­ment dis­paru dans le méthane d’o­ri­gine fos­sile, séques­tré depuis des mil­lions d’années dans d’anciens dépôts d’hydrocarbures.

 

Climat : la part des activités humaines très sous-estimée. La quantité de carbone 14 du méthane est très faible. Une mesure demande de collecter le gaz piégé dans une tonne de glace. © X. Fain

La quan­tité de car­bone 14 du méthane étant très faible, une mesure demande de col­lec­ter le gaz piégé dans une tonne de glace. © X. Fain

Pour mesu­rer la quan­tité de 14C, iso­tope radio­ac­tif rare, les cher­cheurs ont dû pré­le­ver pas moins d’une tonne de glace sous forme de carottes de large dia­mètre.

 

Ensuite, ils ont dû dis­tin­guer la quan­tité de méthane libé­rée natu­rel­le­ment de celle issue des acti­vi­tés humaines. Une tâche ardue car le méthane émis natu­rel­le­ment peut être soit d’origine bio­lo­gique tel celui éma­nant des zones humides, soit d’origine anthro­pique, issu des décharges, des rizières ou du bétail.

 

Idem pour le méthane fos­sile, qui peut être émis par des sources géo­lo­giques natu­relles ou par l’extraction et l’utilisation humaine de com­bus­tibles fos­siles comme le pétrole, le gaz et le char­bon.

 

 

Les émissions fossiles anthropiques jusque-là très sous-évaluées

 

Quoi qu’il en soit, les scien­ti­fiques sont par­ve­nus à faire le dis­tingo. Les résul­tats ? Avant 1870, la quasi-tota­lité du méthane atmo­sphé­rique était de nature bio­lo­gique, l’homme n’exploitant pas encore les éner­gies fos­siles. Les bulles d’air de cette époque ont éga­le­ment per­mis de quan­ti­fier la frac­tion émise par les sources géo­lo­giques natu­relles. Elle est faible et s’a­vère envi­ron dix fois infé­rieures aux esti­ma­tions pré­cé­dentes.

 

Forages pour trouver du pétrole. DR

Le méthane atmo­sphé­rique de source fos­sile est prin­ci­pa­le­ment d’o­ri­gine anthro­pique, liée à l’ex­ploi­ta­tion des com­bus­tibles tels que pétrole, gaz et char­bon. Ici, plate-formes pétro­lières en Écosse, dans une baie de la mer du Nord. DR

Après 1870, la com­po­sante fos­sile s’est rapi­de­ment accrue sans qu’aucun phé­no­mène natu­rel iden­ti­fié ne puisse l’expliquer. En revanche, cette date coïn­cide avec le début de la révo­lu­tion indus­trielle et la forte aug­men­ta­tion de l’utilisation des com­bus­tibles fos­siles par les acti­vi­tés humaines. L’étude démontre que les émis­sions fos­siles anthro­piques de méthane sont en fait 25 % à 40 % plus éle­vées que ce que pen­sait la com­mu­nauté scien­ti­fique jusqu’à aujourd’hui.

 

La part de res­pon­sa­bi­lité des hommes dans le réchauf­fe­ment cli­ma­tique s’a­vère ainsi plus impor­tante, à cause des émis­sions de méthane liées à leurs acti­vi­tés. Notre capa­cité à agir pour frei­ner l’élévation moyenne des tem­pé­ra­tures sur la pla­nète est, de ce fait, ren­for­cée.

 

Et il y a lieu d’être opti­miste. En effet, « le méthane a une durée de vie dans l’atmosphère d’environ neuf ans seule­ment », indiquent les cher­cheurs. Et d’en conclure qu’« une réduc­tion des émis­sions humaines de méthane pour­rait donc avoir un impact rapide sur les concen­tra­tions atmo­sphé­riques de ce puis­sant gaz à effet de serre ».

 

Véronique Magnin

 

 

1 Une équipe inter­na­tio­nale menée par B. Hmiel et V. Petrenko de l’uni­ver­sité de Rochester aux États-Unis.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3932 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. C’est une très bonne nou­velle. Cela signi­fie que des actions immé­diates sont pos­sibles : contrô­ler tous les points d’ex­trac­tion, amé­lio­rer ceux qui peuvent l’être, fer­mer les pas­soires. Avec impact immé­diat ou presque sur le réchauf­fe­ment cli­ma­tique.
    Bien plus effi­cace que de se chauf­fer au bois, ce qui crée de la défo­res­ta­tion et émet plus de CO2 que le char­bon !
    https://www.20minutes.fr/planete/816468 – 20111102-green­peace-affirme-bio­masse-fores­tiere-pol­lue-plus-char­bon

    sep article
  2. Imaginons que c’est vrai. Un être logique ferait la conclu­sion : pour dimi­nuer l’effet que L’Humanité pro­duit sur le cli­mat, il faut immé­dia­te­ment réduire la popu­la­tion mon­diale. Un être com­plè­te­ment illo­gique et maso­chiste ( gau­cho bobo) fait la conclu­sion sui­vante : tous au vélo et bon­jour les afri­cains chez nous !

    sep article