BTP : la SDH va prendre à sa charge le surcoût lié à la crise sanitaire sur ses chantiers

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO – La Société dauphinoise pour l’habitat annonce prendre à sa charge les surcoûts générés par les mesures de protection sanitaire sur ses chantiers. Une somme oscillant entre 700 000 et un million d’euros, que le bailleur social privé choisit de financer afin de préserver l’équilibre financier déjà « très éprouvé » des entreprises du BTP.

 

 

Objet des atten­tions de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le sec­teur du BTP l’est aussi de la part de la Société dau­phi­noise de l’ha­bi­tat. La SDH annonce ainsi « prendre à sa charge le sur­coût sani­taire de ses chan­tiers de construc­tion ». Si le gou­ver­ne­ment semble dési­reux de voir le bâti­ment reprendre son acti­vité, c’est en effet au prix d’a­dap­ta­tions et de mesures pour faire face à la crise sani­taire du coro­na­vi­rus.

 

Le chantier du Totem à Saint-Martin-d'Hères © SDH

Le chan­tier du Totem à Saint-Martin-d’Hères © SDH

 

« Nous esti­mons à 100 000 € par mois l’impact finan­cier des nou­velles condi­tions sani­taires sécu­ri­sées aux­quelles devront répondre les entre­prises sur nos chan­tiers de construc­tion en cours », explique ainsi Patricia Dudonné, direc­trice géné­rale de la SDH. Soit, sur l’an­née 2020, une charge sup­plé­men­taire oscil­lant entre 700 000 et un mil­lion d’eu­ros. Somme que le bailleur social choi­sit donc d’as­su­mer en tota­lité.

 

 

Venir en aide à un secteur « très éprouvé »

 

Objectif ? « Permettre une reprise des chan­tiers exis­tants dans un contexte conforme aux pré­co­ni­sa­tions […] pour une sécu­rité opti­male des com­pa­gnons et des inter­ve­nants ». Une manière aussi pour la SDH d’ap­por­ter « son sou­tien au tissu éco­no­mique isé­rois ». Plus par­ti­cu­liè­re­ment à un sec­teur du BTP « déjà très éprouvé ». Et dont nombre d’emplois pour­raient être mena­cés par les sur­coûts impo­sés par la crise.

 

Patricia Dudoné et Bertrand Converso, directrice et président de la SDH © Florent Mathieu - Place Gre'net

Patricia Dudoné et Bertrand Converso, direc­trice et pré­sident de la SDH. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un sec­teur dont dépend aussi… la sur­vie des bailleurs, juge enfin la SDH. La « capa­cité à déve­lop­per dura­ble­ment du loge­ment social dans les ter­ri­toires dépend de la pré­ser­va­tion du tissu éco­no­mique », écrit-elle. En insis­tant sur « l’interdépendance » qui la lie aux entre­prises locales du BTP. Tombée dans le giron du groupe Action loge­ment en 2019, la SDH conti­nue ainsi à s’af­fir­mer comme un bailleur social ancré dans son ter­ri­toire.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2532 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.