Coronavirus : inquiets, les syndicats de retraités de l’Isère interpellent le préfet

sep article



 

EN BREF — L’intersyndicale départementale des retraités de l’Isère interpelle le préfet Lionel Beffre. Dans un courrier relayé auprès des médias, les huit organisations syndicales s’inquiètent du manque de matériels de protection contre le coronavirus pour les personnels soignants et des conditions de sécurité pour les employés comme les pensionnaires des Ehpad.

 

 

« Il ne suf­fit pas d’in­vo­quer la soli­da­rité, le “vivre ensemble”, ou le cou­rage du per­son­nel soi­gnant. Il ne suf­fit pas de les applau­dir et de les féli­ci­ter, vous devez d’urgence les pro­té­ger. » Dans un cour­rier adressé au pré­fet de l’Isère Lionel Beffre, l’in­ter­syn­di­cale dépar­te­men­tale de retrai­tés CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR FP, UNRPA et LSR tire la son­nette d’a­larme sur les condi­tions de tra­vail des soi­gnants face à l’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus.

 

Manifestation des retraités à Grenoble en 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Manifestation des retrai­tés à Grenoble en 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un mes­sage qui se veut émi­nem­ment poli­tique. Le col­lec­tif estime ainsi que la pan­dé­mie met « au grand jour les consé­quences des poli­tiques de santé menées depuis des années au nom de la réduc­tion des défi­cits publics et des éco­no­mies bud­gé­taires ». Une poli­tique sociale que les orga­ni­sa­tions syn­di­cales « n’ont cessé de dénon­cer ». « Aucune réponse n’a été appor­tée. Nous en payons le prix. Il fau­dra en tirer les leçons », assènent-elles.

 

 

Un manque de masques et de moyens de protection

 

Le nerf de la guerre ? Les masques et autres maté­riels de pro­tec­tion. « Depuis plu­sieurs jours, le gou­ver­ne­ment annonce que le maté­riel de pro­tec­tion des malades et du per­son­nel va arri­ver. Pourtant, les infor­ma­tions qui nous remontent jour après jour prouvent qu’il n’en est rien », expliquent les syn­di­cats de retrai­tés de l’Isère. Qui, « selon leurs infor­ma­tions », croient savoir qu’une réqui­si­tion « per­met­trait de col­lec­ter plu­sieurs dizaines de mil­liers de masques ».

 

Masques obligatoires pour le personnel hospitalier... à condition d'en avoir © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Masques obli­ga­toires pour le per­son­nel hos­pi­ta­lier… à condi­tion d’en avoir © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

« Par exemple, de grandes ou moyennes entre­prises pos­sèdent des stocks de masques impor­tants. Mais, on objecte que les entre­prises les gardent dans l’at­tente d’une reprise du tra­vail », affirme ainsi le cour­rier. Certaines d’entre elles se sont pour­tant lar­ge­ment mobi­li­sées en Isère pour four­nir des masques aux pro­fes­sion­nels de santé. En répon­dant notam­ment à l’ap­pel du col­lec­tif Voc-Cov, « sup­port des filières indus­trielles pour tous les pro­fes­sion­nels de la santé ».

 

Insuffisant visi­ble­ment pour le col­lec­tif, qui relaie auprès du pré­fet de l’Isère les cri­tiques dont fait l’ob­jet l’État au niveau natio­nal : « Il est de votre res­pon­sa­bi­lité que toutes les struc­tures de soins et médico-sociales soient dotées immé­dia­te­ment des pro­tec­tions indis­pen­sables : gel hydro-alcoo­lique, gants, masques… et que des tests en nombre suf­fi­sant puissent être réa­li­sés par­tout, notam­ment dans les struc­tures accueillant des per­sonnes âgées. »

 

 

Des inquiétudes pour les personnes âgées isolées ou en Ehpad

 

Les inquié­tudes des orga­ni­sa­tions de retrai­tées concernent en effet par­ti­cu­liè­re­ment les per­sonnes âgées. « Dans les Ehpad, mais aussi à l’hô­pi­tal, où les pro­tec­tions manquent cruel­le­ment, c’est la vie des per­son­nels, de leurs familles, celle des patients, des rési­dents d’Ehpad, des per­sonnes dépen­dantes iso­lées à domi­cile, qui sont en jeu », écrit le col­lec­tif. Et ce der­nier de décrire des « condi­tions de vie for­te­ment dégra­dées » en rai­son de la crise sani­taire.

 

Manifestation des personnels des Ehpad à Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation des per­son­nels des Ehpad à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Le manque de per­son­nel dans les Ehpad et ser­vices de santé, déjà vive­ment dénoncé avant la crise […] est aujourd’hui une réa­lité aggra­vée et dif­fi­ci­le­ment sou­te­nable », jugent ainsi les syn­di­cats.

 

Qui attendent encore des mesures de pro­tec­tion des per­son­nels pour leurs dépla­ce­ments. « Quel dis­po­si­tif pro­tec­teur met­tez-vous en œuvre pour limi­ter les risques de conta­mi­na­tion exté­rieure ? L’accès gra­tuit au trans­port par taxi ? », inter­rogent les orga­ni­sa­tions

 

La ques­tion des per­sonnes âgées ou en situa­tion de han­di­cap iso­lées se pose éga­le­ment. L’intersyndicale demande ainsi la mise en place du Plan d’a­lerte et d’ur­gence sur l’en­semble du dépar­te­ment pour que « que les besoins de toutes les per­sonnes […] soient bien iden­ti­fiés ». Avec, à la clé, un numéro d’ur­gence à appe­ler en cas de néces­sité. Et la pos­si­bi­lité de se faire livrer courses, repas ou médi­ca­ments.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2058 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.