Épidémie de coronavirus : les scolaires expérimentent l’école à la maison, à l’exception des enfants du personnel “prioritaire”

sep article



 

FOCUS – Du lundi 16 mars jusqu’aux prochaines vacances au moins, tous les écoliers, collégiens, lycéens et étudiants scolarisés en France ont école à la maison. Soit 640 000 jeunes — rien que pour l’académie de Grenoble –, confinés à domicile… Avec des exceptions toutefois pour les enfants du personnel “prioritaire”. Une situation inédite que l’académie entend gérer au mieux.

 

 

Fermés aux élèves pour cause d'épidémie de coronavirus, tous les établissements scolaires sont, cependant, maintenus ouverts, notamment pour accueillir les enfants des personnels soignants, samedi 14 mars 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

École à la mai­son obli­ga­toire : fer­més aux élèves pour cause d’é­pi­dé­mie de coro­na­vi­rus, tous les éta­blis­se­ments sco­laires sont, cepen­dant, main­te­nus ouverts, notam­ment pour accueillir les enfants des per­son­nels soi­gnants. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

A comp­ter de ce lundi 16 mars, les écoles, col­lèges, lycées et uni­ver­si­tés sont fer­més aux sco­laires, à l’ex­cep­tion des enfants des per­son­nels soi­gnants.

 

Une situa­tion qui devrait per­du­rer jus­qu’aux pro­chaines vacances, selon Hélène Insel, rec­trice de l’a­ca­dé­mie de Grenoble. Qui ajoute, tou­te­fois, pru­dem­ment : « La situa­tion peut chan­ger d’ici un mois. A ce stade les exa­mens ne sont pas impac­tés, mais on se pré­pare à cette éven­tua­lité. » Des pro­pos cor­ro­bo­rés ce dimanche 15 mars, par les décla­ra­tions de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation natio­nale.

 

 

Service minimum et « permanences » dans les établissements

 

Fermés aux élèves pour cause d’é­pi­dé­mie, les éta­blis­se­ments sco­laires demeu­re­ront tou­te­fois ouverts pour dif­fé­rentes rai­sons. D’abord, en vue d’as­su­rer un ser­vice mini­mum d’ac­cueil pour les enfants des per­son­nels dits prio­ri­taires (soi­gnants, sala­riés des agences de santé etc.).

 

Une par­tie de la direc­tion et du per­son­nel admi­nis­tra­tif devrait, en théo­rie, être à son poste, pour conti­nuer, au ralenti certes, ses tâches habi­tuelles. Les familles devraient ainsi pou­voir contac­ter par télé­phone les équipes sur place.

 

L'école Vaillant Couturier à Echirolles. © Thomas Courtade - Place Gre'net

L’école Vaillant Couturier à Echirolles. © Thomas Courtade – Place Gre’net

Les éta­blis­se­ments sont éga­le­ment main­te­nus ouverts pour la tenue des réunions péda­go­giques, et des conseils de classe, cite pèle-mêle la rec­trice. Même si les décla­ra­tions du ministre Blanquer, ce dimanche, ins­til­lent for­te­ment le doute à ce sujet…

 

Quoi qu’il en soit, les équipes édu­ca­tives devront, d’une manière ou d’une autre, se coor­don­ner, dere­chef, sur la prise en main des « espaces numé­riques de tra­vail » ins­tal­lés dans tous les éta­blis­se­ments. Les pro­fes­seurs pour­ront, selon leur choix, tra­vailler à domi­cile ou sur place.

 

Enfin des « per­ma­nences » seront assu­rées dans les éta­blis­se­ments, pour accueillir « les parents inquiets dési­reux de ren­con­trer les pro­fes­seurs pour évo­quer le cas de leur enfant », affirme la rec­trice. Il faut tenir compte du fait que 5 % de familles à l’é­chelle natio­nale ne dis­posent pas d’or­di­na­teurs à la mai­son, voire pas de connexion Internet. Les parents pour­ront récu­pé­rer des docu­ments lors de ces cré­neaux.

 

 

 

ÉCOLE MAINTENUE « EN PETITS GROUPES » POUR LES ENFANTS DES PERSONNELS SOIGNANTS 

 

Activités organisées par la Ville d'Eybens durant les temps périscolaires. DR

DR

Afin que les méde­cins, infir­miers, phar­ma­ciens, aides-soi­gnants, etc. puissent res­ter sur le pont et gérer la crise sani­taire au mieux, les enfants de ces pro­fes­sion­nels n’au­ront pas école à la mai­son. Ils vont pou­voir conti­nuer à se rendre dans leur éta­blis­se­ment habi­tuel, au moins « lundi et mardi » pré­cise la rec­trice.

 

Au delà, l’or­ga­ni­sa­tion pour­rait chan­ger, avance Hélène Insel. Tandis que leurs cama­rades seront à la mai­son, ces enfants seront accueillis « en petit groupe de 8 à 10 élèves ». Ces enfants n’au­ront pas droit pour autant à des cours clas­siques, mais sui­vront, eux aussi, leurs appren­tis­sages sur un ordi­na­teur. A la dif­fé­rence des élèves à la mai­son, ils seront gui­dés par un ensei­gnant sur place.

 

Pour cause de coro­na­vi­rus, c’est école à la mai­son

Fermeture, lundi, des #écoles, #col­lèges et #lycées pour cause de #coro­na­vi­rus. Mais ce n’est pas les vacances pour autant ! Devoirs, cours et classes vir­tuelles sont au programme…Seuls les enfants des per­son­nels soi­gnants retour­ne­ront en classe. #Interview de la Rectrice de l’a­ca­dé­mie de #Grenoble, Hélène Insel #MaClasseALaMaison #covid19

Publiée par Place Gre’net sur Vendredi 13 mars 2020

 

 

La continuité pédagogique relève du ressort de chaque établissement

 

Pour les élèves confi­nés à la mai­son, « ce ne sont pas les vacances, sou­ligne bien, Hélène Insel. Les appren­tis­sages vont conti­nuer et nous sommes tous très mobi­li­sés pour assu­rer la conti­nuité péda­go­gique ». C’est, par consé­quent, à dis­tance que les enfants vont pour­suivre leurs cours.

 

Epidémie de coronavirus oblige, écoliers, collégiens, lycéens, étudiants sont confinés à la maison et suivent leurs cours et apprentissages à distance © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Épidémie de coro­na­vi­rus oblige, éco­liers, col­lé­giens, lycéens, étu­diants sont confi­nés à la mai­son et suivent leurs cours et appren­tis­sages à dis­tance © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Comment tout cela va prendre tour­nure ? Les élèves vont rece­voir au fur et à mesure des jours qui vont suivre, des consignes et les docu­ments de leurs pro­fes­seurs, via les pla­te­formes dédiées. Les élèves et équipes péda­go­giques pour­ront éga­le­ment s’ap­puyer sur les res­sources du site « Ma classe à la mai­son » éla­boré par le Centre National d’Enseignement à Distance (Cned).

 

Par le tru­che­ment de cette pla­te­forme, des « classes vir­tuelles » pour­ront être orga­ni­sées, laisse entendre la rec­trice. Il n’y a aucun risque de satu­ra­tion de cette pla­te­forme pou­vant, à la connais­sance de la rec­trice, sup­por­ter 15 mil­lions de connexions simul­ta­nées.

 

Au demeu­rant, la manière de gérer la « conti­nuité péda­go­gique » appar­tient dans le détail à chaque éta­blis­se­ment, pré­cise bien la Hélène Insel. Laquelle semble opti­miste sur la mise en place du nou­veau mode de fonc­tion­ne­ment. « Je suis extrê­me­ment impres­sion­née de la mobi­li­sa­tion de tous les ensei­gnants face à cette crise », déclare-t-elle.

 

Ecole à la maison : « aucun enfant ne sera laissé au bord de la route »

 

Un temps de rodage de l’é­cole à dis­tance sera inévi­table, convient Hélène Insel. Soulignant que « ce sont bien les pro­fes­seurs qui vont assu­rer les ensei­gne­ments », la rec­trice met en exergue aussi le rôle des parents. « Il est impor­tant durant cette période de gar­der le lien avec les familles et de veiller à avoir leur concours […] Le lien avec les familles va être encore plus fort et d’une autre nature. »

 

Hélène Insel, Rectrice de l'académie de Grenoble explique, vendredi 13 mars, comment l'éducation nationale appréhende cette expérience inédite d'école à la maison à l'échelle nationale, en réaction à l'épidémie du virus covid-19 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Conférence de presse d’Hélène Insel, Rectrice de l’a­ca­dé­mie de Grenoble ce ven­dredi 13 mars, suite à la fer­me­ture des écoles, déci­sion consé­cu­tive à l’é­pi­dé­mie du virus covid-19 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les familles ont été sen­si­bi­li­sées, dès jeudi soir et durant la jour­née de ven­dredi, par les éta­blis­se­ments, sur la nou­velle orga­ni­sa­tion d’é­cole à la mai­son. Ils vont conti­nuer à l’être durant toute cette période d’é­cole à dis­tance.

 

« Aucun enfant ne sera laissé au bord de la route », s’en­gage la rec­trice.

 

Pour ce qui est des enfants ayant habi­tuel­le­ment besoin d’un(e) AESH (accom­pa­gnant des élèves en situa­tion de han­di­cap), ils pour­raient, dans la mesure du pos­sible, le ou la rece­voir à domi­cile. Ce serait tou­te­fois, à étu­dier, au cas par cas. Pour sa part, le ministre Blanquer assure, ce dimanche, qu’une atten­tion par­ti­cu­lière sera appor­tée en direc­tion des enfants déjà en situa­tion de dif­fi­culté sco­laire.

 

Séverine Cattiaux

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1785 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.