Transition écologique : cinq « candidats-maires » dont Éric Piolle signent un engagement commun

sep article

Fête comme chez vous Ville de Grenoble

 

FIL INFO — Cinq « candidats-maires » écrivent engager leurs villes, en réalité leur campagne, autour de dix engagements sur la transition écologique et « l’urgence climatique ». Le maire sortant de Grenoble Éric Piolle figure parmi les signataires, aux côtés des maires de Paris, Nantes, Dijon et Clermont-Ferrand.

 

 

Fin de campagne crépusculaire pour Éric Piolle, qui a ôté ses habits de candidats pour revêtir ceux de maire de Grenoble suite aux annonces d’Emmanuel Macron sur le Covid-19. Frontière délicate au demeurant, quand le maire sortant invoquait aux côtés de quatre de ses collègues le statut de « candidat-maire » pour annoncer « l’engagement de cinq villes françaises ». En réalité, dix engagements de campagne face à « l’urgence climatique ».

 

Transition écologique : cinq "candidats-maires" dont Éric Piolle signent un engagement communÉric Piolle, « candidat-maire » et signataire de dix engagements face à l'urgence climatique. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Éric Piolle, « candidat-maire » et signataire de dix engagements face à l’urgence climatique. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

« Il nous reste dix ans pour agir », lancent ainsi dans un communiqué Anne Hidalgo, François Rebsamen, Johanna Rolland, Olivier Bianchi et Éric Piolle, respectivement maires de Paris, Dijon, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble. Autant de « candidats-maires » qui « souhaitent raviver l’esprit de l’Accord de Paris et insistent sur la capacité des villes à agir rapidement et concrètement ».

 

 

Dix engagements communs de campagne sur la transition

 

Les mesures préconisées ? Les signataires disent vouloir faire évoluer la législation nationale, afin que les marchés publics et délégations de service public intègrent des critères environnementaux et sociaux. Deuxième engagement : « Zéro véhicule thermique (diesel et essence) à horizon 2040 »… et même 2030 pour Paris. Avec, à la clé, développement de pistes cyclables et amplification des réseaux de transports en commun.

 

Les Chronovélo pour un objectif de « zéro véhicules thermique » à Grenoble d'ici 2040 ? © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les Chronovélo pour un objectif de « zéro véhicules thermique » à Grenoble d’ici 2040 ? © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Les candidats-maires plaident encore pour « l’éradication de la précarité énergétique » et le développement des énergies renouvelables, « en parallèle d’une politique de sobriété énergétique ». Y compris en soutenant financièrement les coopératives d’énergie citoyennes.

 

Cinquième engagement : faire en sorte que tout nouvel aménagement urbain soit adapté au changement climatique et respectueux des critères de neutralité carbone. Tout en en finissant avec le bitume, via la végétalisation et la « plantation massive d’arbres ».

 

Derniers engagements ? Instaurer 100 % de bio, durable et local dans la restauration collective d’ici 2030, et même 2025 pour Paris et Grenoble. Les signataires se donnent aussi jusqu’à 2024 pour en finir par le plastique à usage unique. Enfin, les signataires veulent lancer une « alliance nouvelle entre les villes et les territoires ruraux de proximité ». Et mettre en place « des assemblées territoriales citoyennes de la transition écologique et solidaire ».

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2018 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. sep article
    • Voui, d’un seul coup tous les arbres de Grenoble sont devenus malades, surtout quand ils gênaient pour les travaux de CVCM. D’ailleurs ceux de l’Esplanade le sont aussi et c’est pour ça qu’il faut les remplacer par du béton.

      sep article
  2. sep article
  3. sep article
  4. Séduisant discours de façade mais qu’en pensent la centaine de platanes qu’il a prévu de raser à la petite Esplanade pour les remplacer par du béton ?

    sep article
  5. Imposteur, usurpateur, un écologiste qui a fait exploser les embouteillages et passer Grenoble de la 10ème à la 4ème ville la plus embouteillée de France en à peine plus de deux ans et demi et qui a fait augmenter la pollution au no2 depuis Avril 2017! Écologiste Piolle? Quelle blague qui ne fait pas rire les Grenoblois!

    sep article
  6. sep article