Transition écologique : cinq « candidats-maires » dont Éric Piolle signent un engagement commun

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO — Cinq « candidats-maires » écrivent engager leurs villes, en réalité leur campagne, autour de dix engagements sur la transition écologique et « l’urgence climatique ». Le maire sortant de Grenoble Éric Piolle figure parmi les signataires, aux côtés des maires de Paris, Nantes, Dijon et Clermont-Ferrand.

 

 

Fin de cam­pagne cré­pus­cu­laire pour Éric Piolle, qui a ôté ses habits de can­di­dats pour revê­tir ceux de maire de Grenoble suite aux annonces d’Emmanuel Macron sur le Covid-19. Frontière déli­cate au demeu­rant, quand le maire sor­tant invo­quait aux côtés de quatre de ses col­lègues le sta­tut de « can­di­dat-maire » pour annon­cer « l’en­ga­ge­ment de cinq villes fran­çaises ». En réa­lité, dix enga­ge­ments de cam­pagne face à « l’ur­gence cli­ma­tique ».

 

Transition écologique : cinq "candidats-maires" dont Éric Piolle signent un engagement communÉric Piolle, « candidat-maire » et signataire de dix engagements face à l'urgence climatique. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Éric Piolle, « can­di­dat-maire » et signa­taire de dix enga­ge­ments face à l’ur­gence cli­ma­tique. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

« Il nous reste dix ans pour agir », lancent ainsi dans un com­mu­ni­qué Anne Hidalgo, François Rebsamen, Johanna Rolland, Olivier Bianchi et Éric Piolle, res­pec­ti­ve­ment maires de Paris, Dijon, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble. Autant de « can­di­dats-maires » qui « sou­haitent ravi­ver l’esprit de l’Accord de Paris et insistent sur la capa­cité des villes à agir rapi­de­ment et concrè­te­ment ».

 

 

Dix engagements communs de campagne sur la transition

 

Les mesures pré­co­ni­sées ? Les signa­taires disent vou­loir faire évo­luer la légis­la­tion natio­nale, afin que les mar­chés publics et délé­ga­tions de ser­vice public intègrent des cri­tères envi­ron­ne­men­taux et sociaux. Deuxième enga­ge­ment : « Zéro véhi­cule ther­mique (die­sel et essence) à hori­zon 2040 »… et même 2030 pour Paris. Avec, à la clé, déve­lop­pe­ment de pistes cyclables et ampli­fi­ca­tion des réseaux de trans­ports en com­mun.

 

Les Chronovélo pour un objectif de « zéro véhicules thermique » à Grenoble d'ici 2040 ? © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les Chronovélo pour un objec­tif de « zéro véhi­cules ther­mique » à Grenoble d’ici 2040 ? © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Les can­di­dats-maires plaident encore pour « l’é­ra­di­ca­tion de la pré­ca­rité éner­gé­tique » et le déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables, « en paral­lèle d’une poli­tique de sobriété éner­gé­tique ». Y com­pris en sou­te­nant finan­ciè­re­ment les coopé­ra­tives d’éner­gie citoyennes.

 

Cinquième enga­ge­ment : faire en sorte que tout nou­vel amé­na­ge­ment urbain soit adapté au chan­ge­ment cli­ma­tique et res­pec­tueux des cri­tères de neu­tra­lité car­bone. Tout en en finis­sant avec le bitume, via la végé­ta­li­sa­tion et la « plan­ta­tion mas­sive d’arbres ».

 

Derniers enga­ge­ments ? Instaurer 100 % de bio, durable et local dans la res­tau­ra­tion col­lec­tive d’ici 2030, et même 2025 pour Paris et Grenoble. Les signa­taires se donnent aussi jus­qu’à 2024 pour en finir par le plas­tique à usage unique. Enfin, les signa­taires veulent lan­cer une « alliance nou­velle entre les villes et les ter­ri­toires ruraux de proxi­mité ». Et mettre en place « des assem­blées ter­ri­to­riales citoyennes de la tran­si­tion éco­lo­gique et soli­daire ».

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2516 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. à desin­tox, l’a­bat­tage des arbres dépend de La Métro, c’est ce que dit France bleu
    https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/coupe-d-arbres-a-grenoble-ils-etaient-malades-il-fallait-les-soulager-se-justifie-la-metropole-1539241221
    ou FR3
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/video-images-impressionnantes-platanes-malades-qui-s-envolent-grenoble-1575448.html
    Il faut bien rem­pla­cer les arbres malades et lais­ser le temps de gran­dir aux petits qui les rem­placent

    sep article
    • Voui, d’un seul coup tous les arbres de Grenoble sont deve­nus malades, sur­tout quand ils gênaient pour les tra­vaux de CVCM. D’ailleurs ceux de l’Esplanade le sont aussi et c’est pour ça qu’il faut les rem­pla­cer par du béton.

      sep article
  2. sep article
  3. sep article
  4. Séduisant dis­cours de façade mais qu’en pensent la cen­taine de pla­tanes qu’il a prévu de raser à la petite Esplanade pour les rem­pla­cer par du béton ?

    sep article
  5. Imposteur, usur­pa­teur, un éco­lo­giste qui a fait explo­ser les embou­teillages et pas­ser Grenoble de la 10ème à la 4ème ville la plus embou­teillée de France en à peine plus de deux ans et demi et qui a fait aug­men­ter la pol­lu­tion au no2 depuis Avril 2017 ! Écologiste Piolle ? Quelle blague qui ne fait pas rire les Grenoblois !

    sep article
  6. sep article