Le candidat surprise Hakim Bendellaa mise sur l’électorat des quartiers sensibles d’Échirolles

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO – Dernier candidat déclaré à Échirolles, Hakim Bendellaa et sa liste « La relève citoyenne » vivent leur première campagne électorale. Une campagne pas de tout repos, entre tensions autour des affichages, accusations de communautarisme et les nombreuses exigences d’une candidature. C’est donc avec soulagement et fierté que le candidat aborde les derniers jours précédant le scrutin municipal.

 

 

Hakim Bendellaa et sa liste de "la relève citoyenne" ont validé leur candidature aux municipales à Echirolles. © Thomas Courtade - Place Gre'net

Hakim Bendellaa et sa liste « La relève citoyenne » ont validé leur can­di­da­ture aux muni­ci­pales à Échirolles. © Hakim Bendellaa

 

« Ils craignent que l’on réveille les gens des quar­tiers dif­fi­ciles ». C’est le sen­ti­ment d’Hakim Bendellaa, tête de la liste « La relève citoyenne » à l’ap­proche des élec­tions muni­ci­pales. Face à six autres can­di­dats rom­pus aux joutes poli­tiques, il a l’im­pres­sion de « déran­ger, du fait d’être allé au bout de [sa] démarche », à savoir par­ve­nir à être can­di­dat. Et note avec le sou­rire que « l’é­lec­to­rat des quar­tiers popu­laires est rede­venu très à la mode ». Un élec­to­rat qu’il compte bien mobi­li­ser afin de créer la sur­prise le 15 mars pro­chain.

 

 

Accusations de communautarisme

 

Hakim Bendellaa est le dernier candidat déclaré pour les élections municipales à Echirolles. © Thomas Courtade - Place Gre'net

Hakim Bendellaa est can­di­dat pour les élec­tions muni­ci­pales à Echirolles. © Thomas Courtade – Place Gre’net

Outre les ten­sions récur­rentes sur les affi­chages, Hakim Bendellaa et ses sou­tiens ont dû faire face à des accu­sa­tions de com­mu­nau­ta­risme. Notamment du côté « d’Alexis Jolly, qui a parlé d’une liste proche des frères musul­mans sur les réseaux sociaux ». Une mise en cause qui ne les a pas éton­nés ni « tou­chés ».

 

En tant que « Français de confes­sion musul­mane, on est visés, étant donné le cli­mat natio­nal sur ces ques­tions ».

 

Mais le can­di­dat affirme avec force : « Ma reli­gion, mes ori­gines, ça ne regarde que moi ! » Et si « notre can­di­da­ture posait pro­blème, la pré­fec­ture ne l’au­rait pas vali­dée », ajoute t‑il.

 

 

Pas inaccessible mais beaucoup d’exigence

 

Le dépôt de can­di­da­ture a d’ailleurs été un moment mar­quant de leur cam­pagne. À l’oc­ca­sion de la pro­cé­dure pour deve­nir offi­ciel­le­ment can­di­dat, les mili­tants asso­cia­tifs ont pu alors mesu­rer l’exi­gence des démarches. « Il nous a fallu énor­mé­ment de rigueur, être très métho­diques et, avec les délais courts, ça engendre beau­coup de stress. » Ce tout en res­tant à l’af­fût d’é­ven­tuels nou­veaux arrê­tés pré­fec­to­raux.

 

« Personnellement, j’ai lu et relu les mémen­tos du can­di­dat ! », confie Hakim Bendellaa. Qui a la ferme inten­tion de faire pas­ser un mes­sage : « Même si on est des citoyens, il ne faut pas se mettre de bar­rières. On est au même niveau que les élus. »

 

Thomas Courtade

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1918 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.