(Re)vivez en vidéo le débat Place Gre’net des municipales 2020 de Grenoble

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – Onze au départ, ils ne sont plus que sept et ils n’en restera qu’un seul au final. Place Gre’net a réuni les candidats briguant la mairie de Grenoble aux municipales, jeudi 5 mars, pour un débat interactif à l’amphithéâtre de la Maison de tourisme de Grenoble. Vous l’avez raté ou souhaitez le revoir en haute définition : c’est parti !

 

 

vidéo du débat Place Gre'netDémocratie locale et rela­tions avec les habi­tants, rôle à confier aux élus de sec­teur, aux unions de quar­tier et aux conseils citoyens indé­pen­dants, urba­nisme, arti­fi­cia­li­sa­tion des sols, dyna­misme de la ville, de ses indus­tries, ser­vices et com­merces, équi­pe­ments muni­ci­paux, soli­da­rité et sécu­rité. Tels sont parmi les thèmes qui ont été abor­dés lors du débat inter­ac­tif qui s’est déroulé ce jeudi 5 mars à la Maison de tou­risme de Grenoble.

 

 

Retour en images avec le des­si­na­teur gre­no­blois Cled’12, pré­sent dans le public :

 

 

Un débat par­ti­cu­liè­re­ment riche et animé auquel ont par­ti­cipé (ordre des can­di­dats tiré au sort):

 

Bruno de Lescure, numéro 1 de la liste La com­mune est à nous !, la « seule liste issue du mou­ve­ment social », com­po­sée de mili­tants du Nouveau Parti anti­ca­pi­ta­liste, du Parti com­mu­niste, de mili­tants pour le droit au loge­ment ou l’écologie, de gilets jaunes, de syn­di­ca­listes…

 

Catherine Brun, qui conduit la liste Faire entendre la voix des tra­vailleurs (Lutte ouvrière)

 

Mireille d’Ornano, ex-can­di­date FN, puis Les Patriotes, aujourd’hui sans éti­quette, qui conduit la liste Mieux vivre à Grenoble

 

Émilie Chalas, la can­di­date de la majo­rité gou­ver­ne­men­tale, n°1 de la liste Un nou­veau regard sur Grenoble

 

Alain Carignon, qui mène la liste La société civile pour l’alternance sou­te­nue par le pré­sident des Républicains Christian Jacob

 

Olivier Noblecourt, ex-délé­gué inter­mi­nis­té­riel qui mène la liste Grenoble nou­vel air, sou­te­nue par Le Parti socia­liste, Go citoyen­neté, le Parti radi­cal de gauche, Cap 21, le Mouvement répu­bli­cain et citoyen, la Gauche répu­bli­caine et socia­liste, rejoints par cer­tains membres de Génération.s

 

Yann Mongaburu, colis­tier d’Éric Piolle, le maire sor­tant prévu de longue date ayant annulé sa venue le jour même, et sa liste Grenoble en com­mun (EELV, Ades, France insou­mise, Place publique, Nouvelle donne…) récem­ment ral­liée par le PCF, Génération.s et une par­tie des socia­listes.

 

 

Vidéo : Joël Kermabon

 

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2418 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. A la sor­tie de ce débat, je connais que les trois meilleurs can­di­dats étaient Carignon, Noblecourt et Mongaburu. Carignon ce n’est tout sim­ple­ment pas ma tasse de thé, si Chalas se rap­proche de Noblecourt entre les deux tours, on peut avoir un second tour inté­res­sant, peut être que Noblecourt peut créer la sur­prise.

    sep article
    • J’ai été déçu par ce débat où les can­di­dats dit modé­rés (Noblecourt plus par­ti­cu­liè­re­ment puis Carignon, Chalas, Mongaburu) ont eu un temps de parole lar­ge­ment plus long que les 3 autres (Lescure D’orano et Brun). C’est dom­mage pour la démo­cra­tie que les jour­na­listes de Place Grenet n’aient pas eu un peu plus de poigne et se sont lais­sés bala­der par des pro­fes­sion­nelles de la Novlangue.

      sep article
      • PT

        09/03/2020
        13:14

        Pour ne rien vous cacher – et sans nous dédoua­ner (nous en tien­drons compte la pro­chaine fois) – nous avons nous-mêmes été sur­pris par le non res­pect des consignes de la part de cer­tains can­di­dats et d’une par­tie du public mal­gré des rap­pels à l’ordre régu­liers. Nous pen­sions pou­voir faire davan­tage confiance à l’in­tel­li­gence col­lec­tive, mais force est de consta­ter qu’en cette période ten­due de muni­ci­pales, la pas­sion l’emporte sur la rai­son. Le fait de ne pas pou­voir cou­per les micros a aussi com­pli­qué la tâche… Cela étant, une bonne par­tie du débat s’est tout de même dérou­lée de manière plus calme et équi­li­brée.

        sep article