Après quatre désistements, sept candidats briguent le fauteuil de maire de Grenoble

sep article

 

INFOGRAPHIE – Sur les onze candidats en lice pour s’assoir dans le fauteuil de maire de Grenoble le 23 mars prochain, il n’en reste plus que sept. Si certains n’ont pas pu boucler leur liste et trouver les 59 noms, d’autres ont changé de stratégie.

 

 

Mairie de Grenoble

Hôtel de ville de Grenoble. © Nils Louna – placegrenet.fr

La semaine dernière, ils étaient onze candidats à postuler au poste de maire de Grenoble. Mais quatre se sont finalement désistés.

 

Fabien Cominotti, qui voulait avant tout « investir dans l’humain » et Damien Berthélémy, le candidat du Rassemblement national, n’ont pas pu boucler leur liste et trouver les 59 noms prêts à s’engager derrière eux.

 

Lisa Poget pour le Parti Popolitique jette aussi l’éponge, non sans quitter la campagne par une pirouette. « Réunir les signatures était tout à fait jouable. Mais le sens même de notre posture restait-il crédible, au moment de l’obligatoire rencontre avec un banquier ? », interroge l’équipe.

 

Enfin, Lahcen Benmaza n’aura fait campagne qu’une semaine avant de rejoindre l’ex-maire de Grenoble Alain Carignon. Sans toutefois faire partie de sa liste.

 

 

Sept candidats encore en lice

 

Les dépôts de liste clos, il reste donc sept candidats en piste à Grenoble :

 

Catherine Brun, qui conduit la liste Lutte ouvrière
Alain Carignon, qui mène la liste La société civile pour l’alternance, soutenue par le président des Républicains Christian Jacob
Émilie Chalas, la candidate de la majorité gouvernementale, n°1 de la liste Un nouveau regard sur Grenoble
Mireille d’Ornano, ex-candidate FN, puis Les Patriotes, aujourd’hui sans étiquette, qui conduit la liste Mieux vivre à Grenoble
Bruno de Lescure, numéro 1 de la liste La commune est à nous !, la « seule liste issue du mouvement social », composée de militants du Nouveau Parti anticapitaliste, de la France insoumise, du Parti communiste, de militants pour le droit au logement ou l’écologie, de gilets jaunes, de syndicalistes…
– Olivier Noblecourt, ex-délégué interministériel qui mène la liste Grenoble nouvel air, soutenue par Le Parti socialiste, Go citoyenneté, le Parti radical de gauche, Cap 21, le Mouvement républicain et citoyen, la Gauche républicaine et socialiste, rejoints par certains membres de Génération.s
– et le maire sortant Éric Piolle (Europe Écologie – Les Verts), et sa liste Grenoble en commun (EELV, Ades, Place publique, Nouvelle donne…) récemment ralliée par le PCF, Génération.s et une partie des socialistes.

 

PC

 

L’arrêté préfectoral fixant la liste des candidats au 1er tour des élections municipales et communautaires du 15 mars 2020 sera prochainement publié sur le site Internet de la préfecture à l’adresse suivante : www.isere.gouv.fr

 

 

 

 

commentez lire les commentaires
2761 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.