Le bâtiment de la CCI en passe d’être préempté pour des logements sociaux et des commerces

sep article



 

EN BREF — Le candidat aux municipales de Grenoble Alain Carignon dénonce un « fait du prince », dans la mesure où la Ville de Grenoble demanderait à la Métropole de préempter le bâtiment de la CCI en vue d”« un projet commercial ». La municipalité confirme de son côté envisager la préemption, mais évoque des logements sociaux et en accession, en plus des activités et commerces au rez-de-chaussée de l’actuelle Chambre de commerce et d’industrie.

 

 

Que va deve­nir l’ac­tuel bâti­ment de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie (CCI) de Grenoble, place André-Malraux ? C’est la ques­tion que pose le can­di­dat aux élec­tions muni­ci­pales Alain Carignon, par ailleurs conseiller muni­ci­pal de Grenoble depuis quelques mois. Dans un com­mu­ni­qué, celui-ci demande même au maire Éric Piolle « de s’ex­pli­quer sur l’in­ter­ven­tion de la muni­ci­pa­lité dans le pro­jet de vente de la CCI ».

 

Le bâtiment de la CCI sur la place André-Malraux à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le bâti­ment de la CCI sur la place André-Malraux à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Un pro­jet privé [en vue] de réa­li­ser des loge­ments pour per­sonnes âgées et d’ac­cueil de pro­fes­sion­nels de santé dans le bâti­ment atte­nant a été déposé », indique le can­di­dat Carignon, qui s’in­quiète au pas­sage du « défi­cit consi­dé­rable » de tels loge­ments à Grenoble. Avant d’a­jou­ter que, « selon des infor­ma­tions concor­dantes, la muni­ci­pa­lité deman­de­rait à la Métropole de pré­emp­ter ce site pour un mon­tant de 8 mil­lions d’eu­ros afin de réa­li­ser un pro­jet com­mer­cial ». Un « fait du prince en toute opa­cité », estime le can­di­dat.

 

 

Des logements sociaux et des commerces au rez-de-chaussée

 

Si elle ne donne pas d’élé­ments chif­frés, la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise confirme la pré­emp­tion. « Suite à plu­sieurs échanges avec la CCI, la Ville et la Métropole ont entamé les démarches néces­saires en vue d’une pos­sible pré­emp­tion concer­nant le bâti­ment mis en vente », répond-elle par écrit à Place Gre’net. Avant d’a­jou­ter que « cette pré­emp­tion par la puis­sance publique pour­rait inter­ve­nir rapi­de­ment ».

 

La CCI de Grenoble va intégrer le site du World Trade Center © Elisa Boulloud - Place Gre'net

La CCI de Grenoble va inté­grer le site du World Trade Center. © Elisa Boulloud – Place Gre’net

 

Avec un « pro­jet com­mer­cial » à la clé ? La ver­sion de la Ville dif­fère de celle du can­di­dat Alain Carignon. Le pro­jet envi­sagé allie­rait « loge­ments en acces­sion et loge­ments sociaux dans une logique de mixité sociale », mais aussi « des acti­vi­tés et des com­merces en rez-de-chaus­sée (…) pour contri­buer à la dyna­mique com­mer­ciale du cœur de ville ». Soit un pro­jet dont la forme était déjà évo­quée à l’an­nonce du démé­na­ge­ment de la CCI en 2018.

 

Un démé­na­ge­ment proche, puis­qu’il devrait sur­ve­nir au second semestre 2020. La Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Grenoble réunira alors tous ses ser­vices au sein du bâti­ment du World Trade Center, à proxi­mité de la gare. L’occasion pour la Ville et la Métropole de recon­fi­gu­rer un sec­teur dési­gné comme une « entrée du cœur de la Métropole ». Et de « mieux relier le cœur de ville his­to­rique et la Caserne de Bonne ».

 

Florent Mathieu

 

 

LA SURPRISE DU PROMOTEUR PRIVÉ MV RÉSIDENCES

 

« Je suis très sur­pris d’apprendre que la pré­emp­tion par la ville et la Métropole s’effectuera (…) sans conseil, sans pro­jet d’intérêt public et sur­tout sans don­née éco­no­mique. » Suite à la paru­tion de l’ar­ticle de Place Gre’net, le res­pon­sable de MV Résidences Alexandre Messina a sou­haité faire part de sa contra­riété.

 

Pourquoi ? Le pro­mo­teur est pré­ci­sé­ment por­teur du pro­jet de rési­dences de per­sonnes âgées décrit par Alain Carignon… et a priori rejeté.

 

« Je vou­drais pré­ci­ser que le pro­jet de réha­bi­li­ta­tion répond aux attentes : loge­ments en rési­dence seniors / 35 % de loge­ment social, rez-de-chaus­sée actif avec com­merce, ser­vice, res­tau­rant animé sur la place », indique Alexandre Messina. Qui note que le pro­jet a pré­ci­sé­ment évo­lué selon les recom­man­da­tions des élus de la Ville de Grenoble et de la Métropole. Et plus pré­ci­sé­ment les adjoints gre­no­blois Vincent Fristot et Maud Tavel.

 

(enca­dré ajouté le 28 février 2020)

 

commentez lire les commentaires
4835 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Oui, exac­te­ment !

    sep article
  2. ?! des loge­ments dedans ? et du social alors que le quar­tier en est déjà pas mal pourvu ?
    Dommage pour les com­merces et les dépla­ce­ments qu’il n’y ai pas de bureaux / acti­vité pro.
    J’entends la ville vou­loir de dépla­ce­ment à vélo… créons du tra­vail à coté des loge­ments !
    Le mar­ke­ting géo­gra­phique ce n’est pas pour les chiens ! Si on veut du modale doux il faut des lieux acces­sibles faci­le­ment : com­merce, tra­vail, loge­ment.
    Et là bam ! les com­merces de bouche du coin vont voir le CA bais­ser (car mine de rien les for­ma­tions et per­sonnes à la CCI ça fai­sait des cou­verts!), et le tra­vail va etre à Meylan, Montbonnot, St Egreve etc… bref, dans les com­munes péri­phé­riques.
    Non, c’est juste n’im­porte quoi !
    C’est quoi le pro­jet ? pau­pé­ri­ser la ville et se faire élire sur une presta RSA ?

    sep article
  3. Pour construire du social et étendre la « citée » Hoche,  tou­jours et encore béto­ner, insé­cu­ri­ser et pau­pe­ri­ser.

    Par contre ce pro­jet de proxi­mité pour les per­sonnes âgées Grenobloises et leurs familles qui ne sont plus les bien­ve­nues dans notre ville, et un centre de santé là ou à Grenoble l’ac­cès aux soins est aujourd’­hui un casse tête puisque l’in­nac­ces­si­bi­lité créée par CVCM détourne les méde­cins ailleurs, ces 2 pro­jets sont donc reje­tés par la muni­ci­pa­lité et exclus de ce lieu.

    Merci Eric Piolle !

    sep article