Métrocâble grenoblois : Poma prend les commandes, une décision précipitée pour les associations d’usagers

sep article

 

EN BREF – À Grenoble, le Métrocâble sera sans surprise conçu, réalisé et exploité par le groupement isérois Poma. La télécabine qui reliera Saint-Martin-le-Vinoux à Fontaine, en passant par la Presqu’Île scientifique, transportera 5 000 voyageurs par jour. Une capacité pointée du doigt par la commission d’enquête du plan de déplacement urbain et les associations d’usagers, au regard notamment de l’investissement consenti.

 

 

Vue d'artiste du métrocâble sur la Presqu'île dès 2021. © Grenoble Alpes métropole

Vue d’artiste du Métrocâble sur la Presqu’île dès 2021. © Grenoble Alpes métropole

Le groupement Poma a remporté le marché global de conception, réalisation et maintenance du Métrocâble de Grenoble. À l’horizon 2023, la télécabine devrait relier, en seize minutes, Saint-Martin-le-Vinoux à Fontaine via la Presqu’Île scientifique.

 

Sans surprise, l’entreprise iséroise a donc remporté le gros lot. Montant du projet ? Soixante-cinq millions d’euros hors taxes, financés essentiellement par le syndicat mixte des mobilités (49,8 millions d’euros), la Région (10 millions d’euros) et l’Europe (800 000 euros).

 

Si le choix du maître d’ouvrage a fait l’unanimité, ce n’est pas le cas du tracé emprunté par la télécabine ainsi que ses capacités. Au sein du syndicat mixte des transports en commun – SMTC devenu Smmag depuis – l’opposition était à plusieurs reprises montée au créneau, dénonçant un tracé transversal, pas vraiment apte à absorber le trop-plein de véhicules aux portes de l’agglomération grenobloise.

 

 

De 5 000 voyageurs par jour à court terme à 8 500 espérés plus tard

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
7198 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Quelles études d’impacts indépendantes ont-elles démontré les incidences négatives et positives de ce projet? A moins qu’il s’agisse comme pour Cvcm que Mongaburu a défendu bec et ongle, du pur greenwashing à la sauce Piolle?

    sep article
  2. On résume :
    1. La capacité est ridicule ;
    2. La zone ciblée a déjà suffisamment de transports en commun, en ajouter de nouveaux n’est pas la priorité (c’est du pur clientélisme pour les ingénieurs qui travaillent au polygone scientifique) ;
    3. Les télécabines sont inutilisables par mauvais temps ;
    4. Le Smmag est déjà suffisamment endetté sans qu’il soit nécessaire de claquer de l’argent dans ce genre de projet inutile.

    Espérons que la Cour des Comptes régionale se penchera sur cette affaire pour court-circuiter toute tentative de corruption (comme on en a l’habitude à Grenoble).

    sep article
  3. Pour rappel, le SMTC (président Mongaburu) est endetté jusqu’au cou. Jusqu’en 2040, si tout va bien mais on peut en douter au vu déclarations démagogiques à la veille des élections, dont celle-ci ou la gratuité.

    sep article