Appel Forêt -

Éric Piolle présente sa liste Grenoble en commun, pour moitié renouvelée par rapport à 2014

Éric Piolle présente sa liste Grenoble en commun, pour moitié renouvelée par rapport à 2014

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

EN BREF — Le maire sortant de Grenoble et candidat à sa réélection Éric Piolle a présenté mardi 18 février ses futurs colistiers au sein de la liste Grenoble en commun. Une liste renouvelée à plus de 50 % par rapport à 2014, avec une amplitude générationnelle allant de 18… à 93 ans. L’occasion pour le candidat de vanter la fin de la « guerre des gauches » à Grenoble et de tacler, une fois encore, son adversaire Alain Carignon sans jamais le nommer.

 

 

Semaine cru­ciale pour la can­di­da­ture d’Éric Piolle aux muni­ci­pales de Grenoble. En atten­dant le dévoi­le­ment de son pro­gramme com­plet samedi 22 février, le maire sor­tant conviait la presse à la pré­sen­ta­tion de ses 60 futurs colis­tiers, ce mardi 18. Les membres du col­lec­tif Grenoble en com­mun, ras­sem­blés der­rière leur can­di­dat, ont écouté son dis­cours d’une ving­taine de minutes, avant de signer les uns après les autres une « charte éthique ».

 

Éric Piolle prononce son discours sous les yeux de ses colistiers de Grenoble en commun © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle a pro­noncé son dis­cours sous les yeux de ses colis­tiers de Grenoble en com­mun. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’occasion pour Éric Piolle de van­ter une équipe de cam­pagne renou­ve­lée à plus de 50 % par rap­port à la liste Une Ville pour tous de 2014. Restent des can­di­dats et élus “his­to­riques” de 2014, comme Pascal Clouaire, Lucille Lheureux, Vincent Fristot, Christine Garnier ou Emmanuel Carroz. Quant à Élisa Martin, elle conserve sa place de deuxième tête de liste auprès du can­di­dat Piolle.

 

 

La fin de la guerre des gauches ?

 

Avec un colis­tier de 18 ans et un autre de 93 ans, Grenoble en com­mun « va de la géné­ra­tion Dubebout à la géné­ra­tion cli­mat », se réjouit encore le maire sor­tant. Autant de can­di­dats à ses yeux « radi­caux et prag­ma­tiques »… et « 0 % LREM com­pa­tible ». L’amplitude est aussi poli­tique, avec une liste com­po­sée d’un tiers de citoyens sans éti­quettes, d’un tiers dédié aux par­tis poli­tiques alliés de 2014, et d’un tiers dédiés aux nou­veaux alliés de 2020.

 

Séance de signature de la Charte éthique de Grenoble en commun © Florent Mathieu - Place Gre'net

Séance de signa­ture de la Charte éthique de Grenoble en commu © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Des ral­lie­ments du PCF, de Génération.s ou d’une par­tie des Socialistes qui per­met à Éric Piolle de pro­cla­mer la fin de la guerre des gauches sur Grenoble. Ce mal­gré la pré­sence d’une liste La Commune est à nous !, mar­quée très à gauche, et la can­di­da­ture d’un Olivier Noblecourt offi­ciel­le­ment investi par le PS grenoblois.

 

« Notre arc huma­niste va de la moi­tié du PS aux trois quarts de la France insou­mise », détaille Éric Piolle auprès de Place Gre’net. Pour le reste ? « Il y a un espace d’ex­trême gauche qui est là pour être un porte-voix des plus fra­giles et a sa légi­ti­mité, et puis au sein du PS il y en a qui jouent avec la Macronie », pour­suit le maire sor­tant. En réfé­rence au (récent) passé de délé­gué inter­mi­nis­té­riel du can­di­dat Olivier Noblecourt.

 

 

Toujours un mot pour Alain Carignon, surnommé le « corrompu »

 

Dans son dis­cours, Éric Piolle n’a pas man­qué d’at­ta­quer un autre can­di­dat concur­rent, en la per­sonne d’Alain Carignon. Sans tou­te­fois jamais citer son nom, pré­fé­rant affu­bler l’an­cien maire de Grenoble du sur­nom « Le cor­rompu ». « Je refuse de bana­li­ser la can­di­da­ture du Corrompu, qui incarne cette nou­velle droite à la fois trum­piste et démago, cette nou­velle droite à la dérive », juge le maire sortant.

 

Éric Piolle étrille une nouvelle fois le « corrompu » Alain Carignon © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Piolle étrille une nou­velle fois le « cor­rompu » Alain Carignon. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Ce n’est pas le retour de quel­qu’un qui aurait payé sa dette : c’est le retour de méthodes qui n’ont pas changé depuis le siècle der­nier », ajoute-t-il. Non sans mettre en exergue son rôle d’élu… ou de faire la leçon aux jour­na­listes : « Notre rôle à nous, res­pon­sables publics, mais aussi à vous, jour­na­listes, c’est de main­te­nir debout les digues ». Une constante : Éric Piolle nous avait déjà repro­ché par le passé de « tendre le micro à n’im­porte qui ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Papothèque de Grenoble au bord de l'expulsion par le bailleur social Actis?
La Papothèque de Grenoble au bord de l’expulsion suite à des impayés avec le bailleur social Actis

  FOCUS - La Papothèque de Grenoble est de nouveau en délicatesse avec Actis. Après avoir purgé ses dettes une première fois, l'association d'accompagnement et Lire plus

la belle électrique © Denis Morin
Des échanges survoltés autour de La Belle électrique au conseil municipal de Grenoble

  FOCUS – La Belle électrique déchaîne les passions à Grenoble. Plus précisément, la décision de la Ville de casser la procédure de renouvellement de Lire plus

COUV Enfant écrivant sur un cahier. Soutien scolaire de l'association "Ecole ici et maintenant" apporté aux enfants du campement des Alliés à Grenoble, pendant le déconfinement, mai 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Soutien scolaire aux enfants décrocheurs : l’amendement d’Olivier Noblecourt rejeté à Grenoble

  FIL INFO - Proposé lors du conseil municipal du 25 juillet 2020, l'amendement d'Olivier Noblecourt, leader du groupe Nouvel Air socialistes et apparentés (Nasa), Lire plus

COUV Hakim Sabri présentant le compte administratif 2019 lors du conseil municipal du 25 juillet 2020 © Joël Kermabon - Place Gre'net
Dette “bidouillée”, masse salariale “non maîtrisée”, services publics “sacrifiés” :la gestion de Grenoble… vivement critiquée

  DÉCRYPTAGE - Lors de ce deuxième conseil municipal, samedi 25 juillet, consécutif aux élections, la nouvelle assemblée sortie des urnes s’est penchée sur la Lire plus

Remise de l'écharpe au maire après l'élection au CM
Eric Piolle réélu maire à l’issue d’un premier conseil municipal original au Musée de Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Arrivé largement en tête à l'issue du second tour des élections municipales, Eric Piolle a été, sans surprise, réélu maire lors Lire plus

L'élection du maire de Grenoble et de ses adjoints aura lieu au musée. Alain Carignon dénonce des « fastes d'un autre âge » au service de la com'.
Chassés-croisés sur les listes d’opposition en amont du premier conseil municipal à Grenoble

EN BREF - Gros chassés-croisés au sein des listes d'opposition à Grenoble à l'approche du premier conseil municipal post-élections. Dixième sur la liste d'Alain Carignon, Lire plus

Flash Info

|

04/08

17h11

|

|

04/08

11h55

|

|

04/08

10h30

|

|

04/08

10h05

|

|

03/08

18h30

|

|

03/08

11h56

|

|

03/08

10h37

|

|

03/08

9h41

|

|

02/08

11h42

|

|

02/08

10h23

|

Les plus lus

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin