Philippe Charlot portera la bannière de La République en marche à Saint-Martin-d’Hères

sep article

 

FOCUS – Philippe Charlot, candidat soutenu par La République en marche à Saint-Martin-d’Hères, aura la lourde tâche d’incarner l’alternative aux communistes qui tiennent la ville depuis 1945. Pour y parvenir, le conseiller municipal d’opposition veut s’appuyer sur son implantation locale et sa connaissance des dossiers.

 

 

Militants et soutiens battant la campagne pour Philippe Charlot. Avec notamment la présence (à droite de la photo) du député LREM de la 2e circonscription de l'Isère, Jean-Charles Colas-Roy. © SMH Demain

Militants et soutiens battant la campagne pour Philippe Charlot à Saint-Martin-d’Hères, avec notamment la présence du député LREM de la 2e circonscription de l’Isère, Jean-Charles Colas-Roy. © SMH Demain

 

À l’instar de son concurrent Georges Oudjaoudi, Philippe Charlot a été élu alors qu’il figurait sur la liste de Philippe Serre lors des municipales de 2014. Une liste devancée d’environ 400 voix par celle de David Queiros au deuxième tour.

 

À cette époque, Philippe Charlot était encore membre du PS, proche de l’aile « réformiste » du parti. Son refus d’alliance avec le Parti communiste lui avait valu d’être exclu, comme beaucoup d’autres. Il s’était alors tourné vers l’Union des démocrates et écologistes (UDE), dont il est l’un des secrétaires nationaux. Candidat aux législatives en 2017 pour l’UDE, il admet avoir noué « des contacts avec En marche déjà à cette époque ».

 

 

Investi par la République en marche

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2354 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. On est en 2020. Non au Grand’ Place bis de D. Queiros qui se croit encore dans les années 70 avec son projet ringard et destructeur qui ne correspond pas aux besoins.

    sep article