Municipales : les propositions d’Émilie Chalas pour renforcer l’attractivité de Grenoble

sep article

 

FOCUS – La candidate LREM à la mairie de Grenoble veut améliorer la mobilité métropolitaine et la qualité de vie, mettre en valeur le triptyque université-recherche-industrie, soutenir le commerce et le tourisme et renforcer la coopération régionale, mais aussi ouvrir Grenoble à l’international.

 

 

Attractivité : les propositions d'Émilie Chalas à Grenoble. La candidate LREM met l'accent sur la mobilité, le triptyque université-recherche-industrie, le commerce et le tourisme pour améliorer l'attractivité.Emilie Chalas devant la CCI avec ses colistiers : Olivier Six, Cécile Prost et Denis Roux (de gauche à droite). © Anissa Duport-Levanti

Emilie Chalas devant la CCI avec ses colistiers : Olivier Six, Cécile Prost et Denis Roux (de gauche à droite). © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

« Malgré l’histoire et les atouts du bassin grenoblois, il y a un sentiment de déclin en termes d’attractivité de la part des habitants et des acteurs sur notre territoire », regrette la candidate LREM Émilie Chalas. « Il y a plus de gens qui quittent Grenoble que de gens qui s’y installent. L’emploi privé a diminué de 12 % et nous avons perdu 9 000 emplois industriels. Le tertiaire ne prend pas le relais, avec moins de 1 000 emplois créés », affirme-t-elle.

 

Pour retrouver cette dynamique perdue, Émilie Chalas mise sur ce que Grenoble sait faire de mieux à trois échelles : locale, nationale et internationale.

 

 

Améliorer la mobilité… et développer le télétravail

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3186 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. sep article
  2. La Chambre de Commerce ne peut plus discuter avec la métro et la ville: chaque fois la discussion s’arrêtait avec le constat de la CCI que le problème numéro UN c’est les déplacements. La métro et la ville sont en déni continu du problème, de ses causes et solutions à apporter. On leur dit en Français que l’activité économique a BESOIN des déplacements fluides et rapides (et pas en vélo), que c’est un besoin de BASE pour l’économie, mais les pastèques sont bornés dans leur idéologie

    sep article
    • Oui vous avez raison ! Vive les autoroutes en pleine ville pour que les gens en 4×4 et en SUV comme nous puissent rouler sans avoir à faire gaffe à ces cyclistes chômeurs ou randonneurs ! On bosse nous !

      sep article
  3. « Il y a plus de gens qui quittent Grenoble que de gens qui s’y installent. »

    Je confirme, je vais moi-même bientôt quitter cette ville qui n’est plus que l’ombre d’elle-même.

    sep article
    • Merci de cette confirmation, Seb. Je crois que personne ne doutait que des gens quittaient la ville. De même que personne ne doute que des gens viennent s’y installer. Lesquels sont les plus nombreux, je ne le sais pas (et je pense que vous non plus), toujours est-il que votre cas particulier n’est que cela… particulier. Attendons le recensement, il y en a très bientôt !

      sep article
      • Si c’était juste le fait que la population de Grenoble diminuait, ça serait plutôt positif, car on est victime de la surpopulation dans le bassin grenoblois. Le problème c’est pas la quantité, mais la qualité, car les pastèque en charge de la municipalité mènent une politique de remplacement. C’est à dire les gens de Qualité qui partent parce qu’ils ne veulent plus de cette ville sale, agressive et désagréable à vivre, sont remplacés [modéré : propos diffamatoires]. Exemple: la Presqu’île où il y a 40% des logements sociaux avec 1 m2 d’espaces verts par habitant. Ce qui illustre parfaitement les priorités des « écologistes » grenoblois – remplacer ceux qui bossent et paient les impôts par leur clientèle, qui ne bosse pas , mais qui votent pour les pastèques. Et au diable les espaces verts

        sep article
    • Mais si vous partez, qui va rester pour critiquer Piolle et sa clique ainsi que tous ces cyclistes bobos qui piquent toute la place pour les voitures ?

      sep article
      • Vous êtes vraiment [modéré, propos insultants], Monsieur JMB du ADTC . En 2018 vous avez touché 70 , 000€ de subventions des pastèques, en 2019 encore plus qu’en 2018. Vous êtes [modéré, propos insultants] qui aboie à tous ceux qui le critiquent.

        sep article