Réaménagement du Rondeau : les travaux n’ont pas encore commencé mais la facture s’envole

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO – La facture des travaux du réaménagement du carrefour du Rondeau s’envole. De 80 millions d’euros, elle devrait passer à 106 millions d’euros. Et ce alors que les travaux n’ont pas encore commencé.

 

 

Les tra­vaux du Rondeau n’ont pas encore com­mencé mais la fac­ture a déjà fait un bond de 32 %. DR

Les tra­vaux de réamé­na­ge­ment du Rondeau n’ont pas encore com­mencé que la fac­ture a déjà fait un bond de plus de 30 %. Dans une déli­bé­ra­tion qui doit être sou­mise au vote des élus de la Métropole de Grenoble le 7 février pro­chain et que Place Gre’net s’est pro­cu­rée, les 80 mil­lions d’eu­ros ini­tia­le­ment pré­vus devraient pas­ser à 106 mil­lions d’eu­ros. A minima.

 

Car, depuis la mise en route du pro­jet, les études se sont pour­sui­vies. Et ont sen­si­ble­ment fait grim­per la note. Notamment parce qu’il a fallu amé­lio­rer l’in­ser­tion urbaine et pay­sa­gère des ouvrages, mais aussi les amé­na­ge­ments pour les modes de dépla­ce­ment dits doux. Il a fallu éga­le­ment pré­voir une nou­velle voie de des­serte du quar­tier Navis à Échirolles. Qui, à elle seule, devrait coû­ter 400 000 euros, pris en charge par la Métropole.

 

L’évaluation ini­tiale a‑t-elle été quelque peu légère ? Examiné en com­mis­sion mobi­li­tés, le pro­jet de déli­bé­ra­tion n’a, d’a­près nos infor­ma­tions, sou­levé aucune objec­tions. Ni ques­tions.

 

 

La Région entre dans le tour de table du financement

 

En atten­dant, le chan­tier, qui devrait se ter­mi­ner en 2023, suit donc son cours. Les pre­miers appels d’offres devraient être lan­cés au prin­temps. Pour une pre­mière tranche de tra­vaux qui reste fixée à 80 mil­lions d’eu­ros, voie Navis com­prise, le temps que la fac­ture finale, et défi­ni­tive, soit connue. Et ajus­tée.

 

Le tour de table, lui, a sen­si­ble­ment changé. Avec l’ar­ri­vée d’un nou­vel acteur, la Région, qui prend à sa charge une par­tie de la somme ini­tia­le­ment ver­sée par le Département. D’après le pro­jet de déli­bé­ra­tion, les tra­vaux sont donc finan­cés par l’État (34,5 mil­lions d’eu­ros), la Métropole (22,75 mil­lions d’eu­ros), le Département de l’Isère (16,75 mil­lions d’eu­ros) et la Région Auvergne Rhône-Alpes (6 mil­lions d’eu­ros).

 

Patricia Cerinsek

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4645 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Voilà, on s’en dou­tait mais le déra­page du prix des tra­vaux est bien une consé­quence de Piolle et toute sa bande avec l’ap­pui des cyclistes. On en fait des tonnes pour eux alors qu’une belle auto­route sans ses fio­ri­tures dis­pen­dieuses, c’est tout aussi magique !

    sep article
    • sep article
      • sep article
        • Je com­prends ! J’ai vu le copain au local qui m’a­vait conseillé de venir ici et qui m’a­vait refilé l’i­dée du pseudo (« c’est pour faire ch..er un aya­tol­lah de la pédale tu ver­ras »). J’imagine que c’est ce type dont vous par­lez. Je vais peut-être chan­ger de pseudo sur­tout que le type ne semble plus là (il s’est fait shooté sur son vélo ?).

          sep article
  2. @desintox

    Avant CVCM, on par­lait déjà de l’A480 et du Rondeau, et ce depuis des années ! Donc il est mal­hon­nête de dire que c’est CVCM qui a rendu néces­saire ce pro­jet. Après, qu’une sorte de com­pro­mis tacite ait faci­lité les pro­jets res­pec­tifs de la ville de Grenoble et du Département, c’est éga­le­ment ma théo­rie puis­qu’on voit bien qu’il y a une concor­dance des évé­ne­ments.
    Cordialement

    sep article
  3. @ Glice
    L” A480-Rondeau et CVCM ont été déci­dés en même temps et dans un ordre bien pré­cis qui en dit long sur les inten­tions. Plus pré­ci­sé­ment :
    1 – Fin juillet 2016 : C. Ferrari demande de faire l’impasse sur l’étude d’impact de CVCM.
    2 – Fin août 2016 : C. Ferrari obtient gain de cause.
    3 – Fin sep­tembre 2016 : vote à l’unanimité du réamé­na­ge­ment de l’A480 par la muni­ci­pa­lité E. Piolle.
    Ce ne sont pas des coïn­ci­dences.

    sep article
  4. @Seb
    Heureusement que je disais que je plai­san­tais ! Néanmoins, quand on a une famille il n’y a rien de cho­quant à avoir un mono­space. Étant entendu que le gros de la pol­lu­tion vient des dépla­ce­ments quo­ti­diens et pas de la sor­tie en famille du week-end.

    Ceci étant dit, les enquêtes de cir­cu­la­tion vous appren­dront qu’il y a beau­coup de tra­jets courts, mais éga­le­ment beau­coup de tra­jets pen­du­laires depuis le voi­ron­nais, le Grésivaudan et le Sud Grenoblois, sans les­quels il n’y aurait pas ces bou­chons quo­ti­diens depuis Voreppe, Crolles ou Claix. Ce phé­no­mène de per­iur­ba­ni­sa­tion est géné­ra­lisé à toutes les métro­poles. Nous sommes assez nom­breux à les subir.

    Enfin, l’A480 reste à 2 voies au Nord et au sud, car c’est la mai­rie de Grenoble qui a demandé un tel « ver­rou ».

    Cordialement

    sep article
  5. @ Glice

    Rouler en vélo et man­ger des graines de qui­noa n’a jamais empê­ché de pos­sé­der un 4×4 ou un mono­space avec lequel on par­court des cen­taines de km dans la mon­tagne chaque semaine. Les Grenoblois en sont la preuve vivante.

    Et puis soyons sérieux 2 minutes, la péri­ur­ba­ni­sa­tion a bon dos. L’essentiel du tra­fic de l’A480 est le fait d’au­to­mo­bi­listes rési­dant dans les com­munes qui la bordent, dont Grenoble. Une simple recherche Google vous l’au­rait appris. Sauf à être com­plo­tiste, vous ne pou­vez nier les conclu­sions de l’en­quête de cir­cu­la­tion à ce sujet.

    C’est d’ailleurs sur cela que se base le pro­jet d’é­lar­gis­se­ment de l’A480. Ses pro­mo­teurs pensent que les 3 voies ne sont jus­ti­fiées qu’entre les sor­ties 10 et 14 du fait que c’est dans cette por­tion que se font la majo­rité des entrées et des sor­ties en heure de pointe. C’est bien sûr dis­cu­table puisque l’ac­crois­se­ment de traf­fic n’est pas pris en compte.

    Bref, en un mot comme en mille, ce sont les Grenoblois et les habi­tants des com­munes limi­trophes les prin­ci­paux res­pon­sables des embou­teillages. Pas la peine d’ac­cu­ser d’im­pro­bables Vorrepins et Voironnais, leur contri­bu­tion est mineure.

    sep article
  6. L’élargissement de l’A480 a été rendu néces­saire à cause du CVCM. Faute de place en ville, il faut bien créer des routes pour les pickups, SUV, 4×4 et autres voi­tures de beaufs qui sont sur-repré­sen­tés à Grenoble. Leurs heu­reux pro­prié­taires sont d’ailleurs nom­breux à voter Piolle. Rien n’est trop beau pour bala­der les gamins à la mon­tagne les wee­kends et les mer­credi après-midi.

    sep article
    • Pardon, mais le Rondeau a été décidé en 2016 et CVCM est effec­tif depuis 2017. A ce que je sache, les bou­chons du Rondeau, depuis Voreppe et Crolles s’ag­gravent depuis des dizaines d’an­nées et ce phé­no­mène porte le doux nom d’é­ta­le­ment urbain, de péri­ur­ba­ni­sa­tion. Quand ça vous arrange, les « bobos-éco­los » ne sont plus conduc­teurs de vélos élec­triques, mais deviennent sou­dain de méchants pilotes de SUV et de 4×4 ! Il fau­drait savoir : soit le bobo-écolo mange des graines de qui­noa ger­mées et roule à vélo, soit il va au mcdo et roule en 4×4 ! (je plai­sante).

      sep article