Retraites : un « diplôme de la casse sociale » remis au député Olivier Véran suivi d’une marche aux flambeaux

sep article

Notre indépendance c

 

REPORTAGES VIDÉO – Avant la manifestation de ce vendredi 24 janvier, jour de la présentation du projet de réforme des retraites en Conseil des ministres, l’intersyndicale a entretenu la mobilisation. Ce dernier mercredi, un « diplôme de la casse sociale » était remis au député de l’Isère Olivier Véran, co-rapporteur du projet de loi. Et, pour continuer à « maintenir la pression », 4 000 manifestants – 1 250 pour la police – ont une nouvelle fois marché aux flambeaux ce jeudi 23 janvier dès la tombée de la nuit. 

 

 

Le diplôme remis symboliquement à Olivier Véran. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans l’in­ter­valle sépa­rant les deux der­nières mani­fes­ta­tions contre la réforme des retraites de ce ven­dredi 14 jan­vier, jour de pré­sen­ta­tion du pro­jet en Conseil des ministres, l’in­ter­syn­di­cale n’est pas res­tée les bras croi­sés.

 

En effet, près de 80 per­sonnes se sont ras­sem­blées mer­credi der­nier à proxi­mité de la per­ma­nence par­le­men­taire du député Olivier Véran, récem­ment nommé rap­por­teur du pro­jet de loi orga­nique. Pour conti­nuer à main­te­nir la pres­sion avant une nou­velle mani­fes­ta­tion pro­gram­mée ce jour, les syn­di­cats ont de sur­croît orga­nisé, ce jeudi 23 jan­vier, une nou­velle marche aux flam­beaux qui s’est élan­cée dès la tom­bée de la nuit.

 

 

Un « diplôme de la casse sociale » remis au député Olivier Véran

 

« Olivier Véran, on vient te cher­cher chez toi ! », scan­daient ce mer­credi 22 jan­vier quelque 80 mani­fes­tants ras­sem­blés aux abords de la per­ma­nence par­le­men­taires du député Olivier Véran. Un ras­sem­ble­ment que l’in­ter­syn­di­cale jus­ti­fie par son appar­te­nance « à la Macronie » hon­nie, mais sur­tout parce que le député est désor­mais l’un des co-rap­por­teurs du pro­jet de loi.

 

Élisa Balestrieri de la CGT Isère s'apprêtant à remettre un « diplôme de la casse sociale au député Olivier Véran. ©Joël Kermabon - Place Gre'net

Élisa Balestrieri de la CGT Isère s’ap­prê­tant à remettre un « diplôme de la casse sociale » au député Olivier Véran. ©Joël Kermabon – Place Gre’net

L’objectif des mani­fes­tants ? Lui remettre un « diplôme de la casse sociale » plas­ti­fié pour le remer­cier « de son zèle à cas­ser les soli­da­ri­tés, la Sécurité sociale et à ser­vir la finance ».

 

Une mani­fes­ta­tion que la CGT vou­lait « bon enfant » mais que le député, absent ce jour là pour ses acti­vi­tés par­le­men­taires, n’a guère appré­ciée.

 

« Si ce groupe sou­haite me ren­con­trer pour tra­vailler autour d’une table, pas de pro­blème », a‑t-il indi­qué à France Bleu Isère. « C’est ce que je vais faire, d’ailleurs, lundi, à Lyon, avec la CFDT. Mais ce n’é­tait mani­fes­te­ment pas le cas ici, donc pas plus de com­men­taire ». Retour en images sur cette remise de diplôme sym­bo­lique qui s’est dérou­lée sous pro­tec­tion poli­cière mais dans le calme.

 

 

 

Maintenir la pression sur le gouvernement

 

« Le retrait n’est tou­jours pas d’ac­tua­lité. Alors mar­chons et grè­vons aux flam­beaux », invi­tait l’in­ter­syn­di­cale pour ce jeudi 23 jan­vier. Ainsi, dès la tom­bée de la nuit, 4 000 per­sonnes selon les syn­di­cats, 1 250 pour les auto­ri­tés, ont une nou­velle fois mar­ché aux flam­beaux dans le centre-ville de Grenoble. Une marche en forme d’a­vant-goût, « pour main­te­nir la pres­sion », avant l’acte 11 du mou­ve­ment de grève et de mobi­li­sa­tion annoncé par­tout en France ce ven­dredi 24 jan­vier.

 

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
3111 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.