Pollution de l’air : action de sensibilisation d’activistes écologistes devant l’école Joseph-Vallier à Grenoble

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

REPORTAGE VIDÉO – Des activistes ont mené une action de sensibilisation devant l’école Joseph-Vallier à Grenoble ce mardi 21 janvier. L’objectif ? Interpeller les parents d’élèves sur les transports et la pollution de l’air en prenant l’exemple des conséquences de l’élargissement de l’A480 sur la santé des enfants. Mais aussi inviter les candidats aux municipales à intégrer dans leurs programmes les préconisations du Pacte pour la transition.

 

 

Des activistes ont investi les abords de l'école Joseph-Vallier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une vingtaine d’activistes écologistes ont investi les abords de l’école Joseph-Vallier. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« De l’air ! », « On veut respirer » ou encore « Diésel ou santé, faites un choix ! » Les visuels et affichettes apposées sur les grilles de l’école élémentaire Joseph-Vallier à Grenoble ne souffrent d’aucune ambiguïté. Ce mardi 21 janvier, à l’heure de la rentrée, des activistes écologistes1Alternatiba, ANV-Cop21, Greenpeace et le Collectif contre l’A480 ont investi les abords de l’école Joseph-Vallier à Grenoble.

 

Une cible pas vraiment choisie au hasard. En effet, cette école élémentaire est l’une des plus polluée de la métropole grenobloise de par sa proximité avec la rue Ampère et l’A480.

 

 

Réduire la place de la voiture et développer les mobilités alternatives

 

L’objectif des militants écologistes ? Discuter avec les parents d’élèves sur les transports et la pollution de l’air en prenant l’exemple des conséquences de l’élargissement de l’A480 sur la santé de leurs enfants. Mais pas seulement. Les activistes invitaient également les candidats aux élections municipales à intégrer dans leur programme des mesures concrètes, dont celles du Pacte pour la transition visant à réduire la place de la voiture et à développer les mobilités alternatives.

 

Retour en images sur quelques séquences de cette mobilisation. Plusieurs, du même type, ont eu lieu dans d’autres villes de France.

 

 

Réduire à 70 km/h la vitesse sur l’A480 pour diminuer la pollution des riverains

 

« À Grenoble, la géographie nous expose tous, expliquent les activistes. Près de 92 % de la population respire un air dépassant le seuil de l’OMS (10 μg/m3). Mais les riverains de tous les axes routiers respirent un air significativement plus pollué, comme ici où nous sommes ». De fait, exposent-ils, « en 2019, 24 % des émissions de gaz à effet de serre de la métropole de Grenoble [venaient] des transports ».

 

Une situation alarmante qui ne doit plus durer jugent les militants, ce qui implique « la nécessité de diminuer le trafic et les émissions par véhicule ».

 

Le Vin des Alpes à la maison : on vous écoute, on sélectionne vos bouteilles, vous êtes livré à vélo le jour même jusqu
Sur les grilles de l'école Joseph-Vallier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Autant de raisons pour demander aux candidats « un engagement de la Métropole à prendre toutes les mesures pour éviter toute augmentation du trafic routier ». Notamment de réduire à 70 km/h la vitesse sur l’A480. Cette mesure permettrait, selon les activistes citant des études d’Atmo AuRA, « une baisse de 5 % de la pollution des riverains et une fluidification du trafic ».

 

 

« Les communes peuvent et doivent agir, mais beaucoup reste à faire »

 

Autre demande : celle de réserver une voie de l’A480 aux transports en commun et au covoiturage. Une proposition qui devrait garantir que le trafic n’augmente pas et ainsi laisser plus de place aux transports les moins polluants.

 

Devant l' école Joseph Vallier, des affichettes alertent sur la pollution de l'air. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« La métropole de Grenoble est classée deuxième ville de France la plus avancée dans les mesures prises pour réduire les émission des transports2Selon le Réseau action climat, Greenpeace et l’Unicef », rappellent les militants écologistes. Une « place flatteuse, qui, estiment-ils, engage d’autant plus à innover pour des mesures inédites ». 

 

« Les communes peuvent et doivent agir, mais beaucoup reste à faire », souligne Lorène, porte-parole du “collectif métro” portant le Pacte pour la transition sur Grenoble

 

Joël Kermabon

 

 

1 Alternatiba, ANV-Cop21, Greenpeace et le Collectif contre l’A480

2 Selon le Réseau action climat, Greenpeace et Unicef

 

commentez lire les commentaires
2594 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ils ont questionné Piolle à propos de SON Cvcm qui a fait exploser les embouteillages à Grenoble et passer notre ville de la 10ème à la 5ème ville la plus embouteillée de France, et ainsi augmenter la pollution??

    Ou bien sont ils sélectifs et borgnes de l’oeil gauche?

    sep article
  2. Qui a voté à l’unanimité l’élargissement de l’A480 ? La municipalité grenobloise actuelle.
    https://www.placegrenet.fr/2016/09/30/rondeau-480-lunanimite-conseil-de-metro/103919
    Qui a fait CVCM, ce qui a fortement augmenté les embouteillages et déporté une énorme partie du trafic en périphérie, notamment sur la rue Ampère ? La municipalité actuelle.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/grenoble-classee-5e-ville-france-plus-touchee-bouchons-1680260.html
    C’est devant la mairie que ces activistes devraient aller manifester, s’ils défendaient vraiment l’écologie au lieu de rouler pour la liste « Grenoble en copains » du maire en place.

    sep article
  3. Ces écologistes devraient être au contraire être satisfaits par l’élargissement de l’A480 qui va déporter les embouteillages et la pollution résultante au niveau de la bifurcation à Sassenage.

    Ils devraient par contre s’indigner du CVCM qui a gravement augmenté les embouteillages dans l’agglomération sans améliorer la qualité de l’air dixit l’étude d’Atmo.

    Ils devraient aussi faire face à leurs contradictions. Je n’ai jamais vu autant de 4×4, pickup, SUV, monospaces et autres voitures de beaufs qu’à Grenoble. Ne nous voilons pas la face, leurs heureux propriétaires sont nombreux à voter Piolle.

    sep article
    • @ Seb
      Cher Monsieur, Regardez autour de vous. Il y a quoi? Des montagnes. Avez-vous essayé de rouler sur les routes de montagne en hiver sans un 4×4? Êtes-vous au courant que 54% des gens qui bossent à Grenoble vivent ailleurs (lire en montagne)? Il y a des bonnes intentions et il y a la réalité de la vie. Essayer de coupabiser ceux qui bossent et payent les impôts dans ce pays c’est vraiment con.

      sep article
    • ceci di, vous avez raison. Même parmi ceux qui roulent en 4×4 et SUV, il en a la majorité qui votent pour les « verts ». C’est assez rigolo qu’ils votent Piolle, car il n’est pas vert du tout, c’est un vieux pro-migrant et anti-système, qui a emprunté la casquette écolo pour se faire élir. Son fond de commerce c’est l’accueil de migrants, principalement des migrants sans papiers. Il n’a rien à cirer de votre écologie, qui l’intéresse juste comme un moyen pour faire chier les « hommes blancs pressés », comme il l’a ouvertement déclaré dans son tweeter

      sep article
  4. Qu’ils posent la question à Eric Piolle et à sa municipalité responsable d’une augmentation de 15% de la pollution de l’aire avec CVCM.

    sep article
  5. Quels [modéré]. Les voitures diesel d’aujourd’hui sont plus propres que celles qui roulent l’essence. Dans 10 ans la plupart des voitures vendues seront électriques. La pollution d’air a Grenoble vient de 3 choses: chauffage, agriculture (en été) et les bouchons, orchestrés par les pastèques décérébrés

    sep article