Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l’islam de France : “l’affaire du burqini vise à tester la République”

sep article



 

TROIS QUESTIONS À – L’islamologue Ghaleb Bencheikh sera vendredi 24 janvier au Musée de Grenoble1Vendredi 24 janvier à 18 h 30 à l’auditorium du Musée de Grenoble (ouverture des portes à 18 heures). Entrée gratuite. pour une conférence sur La République et l’islam, à l’invitation de l’association Atllas. Il revient pour Place Gre’net sur la nécessaire séparation entre le politique et le religieux. Et sur la provocation qu’il juge « inacceptable » des opérations burqini dans les piscines municipales de la ville, l’été dernier. Pour le président de la Fondation de l’islam de France, le maillot intégral relève du « bricolage théologico-politique pour des considérations identitaires ».

 

 

Le titre de votre conférence met en parallèle la République et l’islam, sans intégrer la seconde dans la première. L’islam est-il incompatible avec les valeurs de la République ?

 

L'islamologue Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l'islam de France © Astrid di Crollalanza

L’islamologue Ghaleb Bencheikh, pré­sident de la Fondation de l’is­lam de France. © Astrid di Crollalanza

Ghaleb Bencheikh : De prime abord, il y aurait une incom­pa­ti­bi­lité irré­duc­tible. Mais, par­don­nez-moi de reve­nir sur votre ques­tion : le concept d”« islam » et celui de « République » ne sont pas dans le même registre épis­té­mo­lo­gique.

 

La République désigne un mode de gou­ver­ne­ment dans lequel le pou­voir est exercé par des per­sonnes élues ; elle est le cadre dans lequel se vit la nation. Et l’islam est une tra­di­tion reli­gieuse et, en prin­cipe, un sys­tème pour­voyeur d’éthique et d’élévation spi­ri­tuelle.

 

Maintenant, la triade répu­bli­caine « liberté-éga­lité-fra­ter­nité » n’est pas incom­pa­tible avec les valeurs d’entraide que prône la tra­di­tion reli­gieuse isla­mique. Poser la ques­tion entre l’islam et la République, ce serait poser la ques­tion entre la République et d’autres tra­di­tions reli­gieuses du mono­théisme abra­ha­mique.

 

Il s’agit de res­pec­ter le pri­mat de la loi com­mune et du droit posi­tif sur toute autre loi d’inspiration reli­gieuse. La sépa­ra­tion de la poli­tique d’avec la reli­gion est un acquis de la moder­nité. Il n’y a aucune rai­son, en France, pour que les citoyens musul­mans ne l’observent pas et ne s’y trouvent pas. La force est à la loi. Sinon, ce serait la loi de la force et nous n’en vou­drions pas.

 

 

Quel est, aujourd’hui en France, le poids et l’influence des Frères musulmans ? Avec quelle emprise sur les électeurs de confession musulmane ?

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3426 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. sep article
  2. Le vote pro bur­quini a sa can­di­date et sa liste. C’est Céline Deslattes, sur la liste « Grenoble (quoi ?) en com­mun » du maire en place.

    sep article
  3. Pour moi, c’est LE Rubicon qu’Eric Piolle ne doit en aucun cas fran­chir et c’est LA crainte majeure que m’ins­pire sa réélec­tion pro­bable.
    Je ne suis ni « laï­card », ni « isla­mo­phobe » (il fau­drait des tonnes de guille­mets pour ce terme-piège) : ainsi, la pré­sence de mères voi­lées en sor­ties sco­laires me paraît pou­voir être dis­cu­tée, voire tolé­rée.
    Mais il faut être d’une mau­vaise foi criante, ou d’une dupli­cité sans nom, pour ne pas sai­sir dans les opé­ra­tions de l’an passé, des pro­vo­ca­tions d’ac­ti­vistes ne sup­por­tant pas les lois de la République.

    sep article
  4. Le maire est-il invité ? De toute façon, l’is­la­misme et les extrêmes en géné­ral avancent là où la République renonce, ce qui a été le cas à Grenoble avec le bur­quini et la conver­sion du plan­ning fami­lial, pré­sidé par Mme Deslattes, au fas­cisme isla­miste.

    sep article
  5. Rappelons que les opé­ra­tions Burqini ont été orga­ni­sée avec la com­plai­sance voir la com­pli­cité du maire de Grenoble et de son cabi­net.
    https://groupedanalysemetropolitain.com/2019/06/25/burkinigate-etait-ce-alexandre-lesourt-ou-enzo-benalla-dimanche-dernier-a-la-piscine-jean-bron/

    Rappelons que le plan­ning fami­lial pré­sidé par Mme Deslattes-Ribaud qui figure en bonne place sur la liste du maire de Grenoble, a apport son sou­tien aux isla­mistes ayant orga­nisé ces opé­ra­tions.

    Nous conseillons à tout ceux qui n’ont pas une expé­rience de pre­mière de l’is­la­misme – c’est à dire de l’is­la­misme et de ces effets dans le monde musul­mans – de lire le monu­men­tal livre dirigé par Bernard Rougier « Les ter­ri­roires de l’Islamisme ».
    https://www.youtube.com/watch?v=DXtklGvU3mI

    sep article