Incendie sur le site d’Enedis : le parquet antiterroriste de Paris refuse de se saisir de l’enquête

sep article



 

FIL INFO — Le parquet antiterroriste de Paris refuse de se saisir de l’enquête sur l’incendie criminel du local d’Enedis basé à Seyssinet-Pariset. Un (nouveau) refus survenu quelques heures à peine après la demande formulée par le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant.

 

 

La réponse n’aura pas tardé… et elle est néga­tive. Lundi 13 jan­vier, après la reven­di­ca­tion d’un nou­vel incen­die cri­mi­nel sur un entre­pôt de la société Enedis, le pro­cu­reur de la République annon­çait deman­der aux juges affec­tés à l’an­ti­ter­ro­risme de se sai­sir du dos­sier. Quelques heures plus tard, le ver­dict est tombé : « Le par­quet natio­nal anti­ter­ro­riste nous a fait savoir [mardi] matin qu’il ne se sai­si­rait pas de l’en­quête concer­nant Enedis », écrit ainsi Éric Vaillant. 

 

Le parquet antiterroriste de Paris refuse de se saisir de l'enquête sur l'incendie revendiqué d'Enedis, malgré la demande du procureur de Grenoble.Le nouvel incendie criminel a détruit une quinzaine de véhicules sur le site d'Enedis. DR

Le nou­vel incen­die cri­mi­nel a détruit une quin­zaine de véhi­cules sur le site d’Enedis. DR

 

Pour quelles rai­sons ? Le pro­cu­reur ne livre aucun détail. « C’est le fonc­tion­ne­ment ins­ti­tu­tion­nel nor­mal. Si d’autres faits du même type devaient inter­ve­nir, je renou­vel­le­rais une demande », se contente-t-il d’a­jou­ter. Le refus n’a cepen­dant rien d’une sur­prise : lors de son annonce, Éric Vaillant concé­dait que ce n’é­tait pas la pre­mière fois qu’il sai­sis­sait, sans suc­cès, le par­quet anti­ter­ro­riste. Ni la der­nière ?

 

 

« Un certain nombre d’éléments »

 

Le pro­cu­reur ne juge pas moins que l’in­cen­die d’Enedis cor­res­pond à « un atten­tat que l’on peut qua­li­fier de ter­ro­riste et que l’on pour­rait attri­buer à l’ultra-gauche liber­taire ». Comme à leur habi­tude, les pyro­manes ont reven­di­qué la pater­nité de l’ac­tion sur la pla­te­forme Indymedia Nantes. Au nom de la lutte contre « tout ce qui pré­tend appor­ter tou­jours plus de confort maté­riel et de liberté », mais engen­dre­rait « tou­jours plus de contraintes exis­ten­tielles et de mor­bi­dité ».

 

Le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le pro­cu­reur de la République de Grenoble Éric Vaillant. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Après le refus du par­quet anti­ter­ro­riste de se sai­sir de l’af­faire, l’en­quête incombe donc aux auto­ri­tés judi­ciaires locales. Qui semblent n’a­voir guère d’in­dices à se mettre sous la dent, mal­gré la mul­ti­pli­cité des sinistres. Éric Vaillant évoque tou­te­fois « un cer­tain nombre d’éléments qui per­mettent d’envisager des opé­ra­tions de police tech­nique ». Tout en refu­sant d’en dire plus, bien moins bavard, en somme, que les textes de reven­di­ca­tion fai­sant suite à chaque incen­die.

 

Florent Mathieu

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
2621 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. L’Etat a mon­tré davan­tage de pré­ci­pi­ta­tion suite à la mal­heu­reuse affaire dite « de Tarnac ».… et pour­tant.…

    sep article
  2. Bizarre tout de même. Avec tout ça. Fonctionnement ins­ti­tu­tion­nel 😂. Ça veut tout dire 🤭

    sep article