Vente du groupement hospitalier mutualiste à Grenoble : des usagers veulent créer une coopérative

sep article

 

EN BREF – Alors que la vente du groupement hospitalier mutualiste de Grenoble suit son cours, un collectif d’usagers se mobilise. En vue, le lancement d’une coopérative d’intérêt collectif pour reprendre les cliniques mutualistes. Coup d’envoi ce lundi 13 janvier lors d’une première réunion publique.

 

 

Vente du groupement hospitalier mutualiste à Grenoble : des usagers veulent créer une coopérative. © Patricia Cerinsek

Quel avenir pour la clinique d’Alembert à Grenoble ? © Patricia Cerinsek

La vente du groupement hospitalier mutualiste (GHM) est sur les rails. Or sa cession par la mutuelle Adrea, son actionnaire majoritaire, est pour le moins convoitée. D’après nos informations, une dizaine de candidats seraient même sur les rangs pour racheter le GHM, deuxième pôle de santé mutualiste en France qui regroupe à Grenoble la clinique mutualiste, la clinique d’Alembert et le centre Daniel Hollard. Trois candidats seront pré-sélectionnés, début février, avant le choix définitif du repreneur en juin.

 

Depuis des mois, l’annonce de la vente met en émoi la communauté médicale et une partie du monde politique. Avec la crainte que le GHM ne perde son statut d’établissement de santé privé d’intérêt collectif (Espic) à but non lucratif. Et ne tire un trait sur ses missions de service public comprenant l’accès universel et gratuit aux soins.

 

 

La résistance s’organise

 

Alors la “résistance” s’est organisée. Après le lancement d’une pétition, des usagers se sont organisés en collectif, autour de l’union de quartier Chorier Berriat et du syndicat Force ouvrière, majoritaire au GHM. Une association des amis des cliniques mutualistes de Grenoble a aussi vu le jour en décembre.

 

« Cette vente, sans condition, nous interroge sur le devenir de l’accès aux soins sur Grenoble, souligne le collectif des usagers. Nous n’avons aucune garantie que la clinique reste d’intérêt collectif et qu’elle ne soit pas vendue au privé lucratif dans le but de faire de l’argent et non de permettre à toutes et tous de pouvoir se soigner. »

 

Un collectif d'usagers compte lancer une coopérative d'intérêt collectif pour reprendre le groupement hospitalier mutualiste de Grenoble, en vente.La clinique d'Alembert à Grenoble, qui appartient au groupement hospitalier mutualiste, vendue demain au privé ? © Patricia Cerinsek

Un collectif des usagers des cliniques mutualistes a en projet une coopérative d’intérêt collectif. © Patricia Cerinsek

 

« Les conséquences d’un passage au privé lucratif imputeraient directement les usagers : les dépassements d’honoraires seront à la charge du patient », souligne le collectif, qui craint également une fermeture de la maternité et des urgences. Avec son corollaire : une concentration de toutes les urgences dans un CHU déjà en très forte tension.

 

 

Grève au groupement hospitalier mutualiste fin janvier

 

Le collectif ne se contente pas de dénoncer la vente. Fin janvier, il viendra en soutien au mouvement de grève. Mais il entend aussi demander des comptes à Adrea, à l’union mutualiste pour la gestion du groupement hospitalier mutualiste (UMG-GHM) et travaille aux côtés de l’Urscop au projet d’une coopérative d’intérêt collectif pour reprendre les cliniques mutualistes.

 

Des actions et projets que le collectif présentera lundi 13 janvier, aux côtés de l’association des amis des cliniques mutualistes, lors d’une réunion publique organisée à 19 heures à l’Ampérage.

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
3565 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.