Rassemblement en mémoire des attentats de janvier 2015 : Grenoble toujours (un peu) Charlie

sep article



 

EN BREF – « Sommes-nous toujours Charlie ? », interrogeait le Collectif du 11 janvier qui organisait, ce samedi, des rassemblements dans toute la France. Cinq ans après l’attentat contre Charlie Hebdo, le rassemblement grenoblois a réuni un peu moins d’une centaine de personnes qui ont réaffirmé leur attachement à la liberté d’expression et à la laïcité.

 

 

Cinq ans après les attentats de janvier 2015, « Toujours Charlie ? » © Joël Kermabon - Place Gre'net

Cinq ans après les atten­tats de jan­vier 2015, « tou­jours Charlie ? » © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une grande ban­de­role « Toujours Charlie ! », dis­po­sée devant la fon­taine des Trois ordres de la place Notre-Dame inter­pel­lait les pas­sants, ce samedi 11 jan­vier à Grenoble. Autour du monu­ment, à peine une cen­taine de per­sonnes bat­taient de la semelle. Une faible mobi­li­sa­tion sans doute liée en par­tie à la mani­fes­ta­tion contre la réforme des retraites qui allait s’é­lan­cer depuis la gare exac­te­ment à la même heure.

 

Certaines per­sonnes bran­dis­saient des pan­cartes « Je suis Charlie » ou des exem­plaires du jour­nal dont l’é­quipe fut déci­mée le 7 jan­vier 2015. Toutes répon­daient à l’appel du col­lec­tif du 11 jan­vier ras­sem­blant des orga­ni­sa­tions laïques. Celui-ci les avaient invi­tées à se réunir, là, cinq ans après le ter­rible atten­tat contre la rédac­tion de Charlie Hebdo.

 

Les par­ti­ci­pants tenaient ainsi à réaf­fir­mer leur atta­che­ment incon­di­tion­nel « aux valeurs uni­ver­selles de la liberté d’expression, de pen­sée, de conscience et à la laï­cité ». Mais aussi à com­mé­mo­rer les autres vic­times des 7, 8 et 9 jan­vier 2015 pour rap­pe­ler qu’ils n’a­vaient pas oublié que « le ter­ro­risme isla­miste » avait alors dure­ment frappé la France

 

 

« Qui oserait faire aujourd’hui les mêmes caricatures ? »

 

« Les jour­na­listes de Charlie Hebdo ont été lâche­ment assas­si­nés. Aujourd’hui encore, [les sur­vi­vants ou jour­na­listes recru­tés depuis] ne peuvent faire un pas sans escorte poli­cière et ça c’est inad­mis­sible ! », s’in­digne Aurélien Py. Ce der­nier, réfé­rent local du Printemps répu­bli­cain et membre du col­lec­tif du 11 jan­vier, rap­pelle éga­le­ment que le 9 jan­vier 2015 des Français sont tom­bés « seule­ment parce qu’ils étaient juifs ».

 

Un peu moins d'une centaine de personnes, toujours Charlie, ont réitéré leur attachement à la liberté d'expression. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un peu moins d’une cen­taine de per­sonnes ont réitéré leur atta­che­ment à la liberté d’ex­pres­sion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Nous sommes là aujourd’­hui pour rap­pe­ler les valeurs de fra­ter­nité, d’é­ga­lité et de liberté. Nous refu­sons tout racisme et anti­sé­mi­tisme et lut­tons contre toutes les dis­cri­mi­na­tions, quelles qu’elles soient », déclare Aurélien Py. Lequel, poin­tant un très net recul de la liberté d’ex­pres­sion, inter­roge : « Qui ose­rait aujourd’­hui faire les mêmes cari­ca­tures ? »

 

« La liberté, c’est un effort quo­ti­dien des citoyens, des élus, des jour­na­listes pour dénon­cer les inten­tions de cen­su­rer. On doit le faire ! », estime quant à lui Jean-Charles Colas-Roy, député LREM de l’Isère. « Être là cinq ans après Charlie c’est impor­tant pour dire com­bien je suis atta­ché à ce droit des jour­na­listes de blas­phé­mer, de cari­ca­tu­rer. C’est ce qui fait la France. »

 

 

Une parole moins libre et une censure tous azimuts

 

Un peu en retrait de la petite foule, Jean-Pierre Andrevon, écri­vain de science-fic­tion gre­no­blois, écoute les prises de parole avec atten­tion. Et pour cause, au cours des années 70, ce der­nier, auteur de nom­breux articles et des­sins de presse, a col­la­boré à Charlie Hebdo.

 

Marie-José Salat et Laëtitia Rabih « toujours Charlie ». © Joël Kermabon - Place Gre'net

Marie-José Salat et Laëtitia Rabih « tou­jours Charlie ». © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ce sont des dérives isla­mistes qui ont tué mes cama­rades. Tout ça va de pair avec une pudi­bon­de­rie mon­tante qui m’in­quiète beau­coup, moi qui suis athée, agnos­tique et laïque depuis tou­jours », explique-t-il.

 

L’écrivain dénonce, de sur­croît, une forme de res­ser­re­ment, une parole moins libre, une cen­sure tous azi­muts « qui viennent de la crainte de cho­quer ».

 

« Pour autant, pour­suit-il, à tra­vers dif­fé­rentes inter­ven­tions et mes des­sins, je conti­nue à mener le com­bat. » Toujours est-il que, pour beau­coup des per­sonnes pré­sentes, le seul sou­ve­nir ne suf­fit pas. Les liber­tés tou­jours mal­me­nées imposent de res­ter vigi­lants. Ce dont s’ex­plique Laëtitia Rabih, coor­di­na­trice du col­lec­tif Résistance uni­ver­selle, éga­le­ment élue de la Ville d’Échirolles.

 

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
2203 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.