Christian Coigné a été réélu maire de Sassenage pour la 4e fois consécutive. L'alliance des deux listes de gauche n'a pas permis à la commune de basculer.

Le maire de Sassenage jugé pour prise illégale d’intérêts après l’attribution d’un logement d’urgence à sa fille

Le maire de Sassenage jugé pour prise illégale d’intérêts après l’attribution d’un logement d’urgence à sa fille

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

EN BREF – Le maire de Sassenage sera jugé, le 9 juin prochain, par le tribunal correctionnel de Grenoble pour prise illégale d’intérêts. Christian Coigné, également vice-président du Département de l’Isère en charge du logement, est accusé d’avoir favorisé sa fille dans l’attribution d’un logement communal d’urgence.

 

 

Logement d'urgence : le maire de Sassenage, accusé d'avoir favorisé sa fille dans l'attribution d'un logement, sera jugé le 9 juin 2020 pour prise illégale d'intérêts.

Christian Coigné © Nils Louna – pla​ce​gre​net​.fr

Le maire de Sassenage sera jugé le 9 juin pro­chain par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble pour prise illé­gale d’in­té­rêts dans l’af­faire de l’attri­bu­tion d’un héber­ge­ment d’ur­gence à sa fille. De 2014 à 2018, la fille de Christian Coigné a en effet béné­fi­cié d’un loge­ment com­mu­nal, sans pour autant être domi­ci­liée sur la commune.

 

Le maire de Sassenage, éga­le­ment vice-pré­sident en charge du loge­ment au Département de l’Isère, a‑t-il favo­risé sa fille ? C’est ce que dénoncent les élus d’op­po­si­tion d’Agir pour Sassenage à l’o­ri­gine d’une pre­mière plainte dépo­sée en 2015. L’affaire avait été une pre­mière fois clas­sée, avant d’être rou­verte par le par­quet de Grenoble en 2018.

 

À Sassenage, ces loge­ments sont d’an­ciens appar­te­ments d’instituteurs. Récupérés par la com­mune, finan­cés par le contri­buable sas­se­na­geois, ils sont attri­bués aux familles dans le besoin urgent. Sur quelle base ?

 

 

Des critères de sélection opaques

 

Les dos­siers de demande de loge­ment d’urgence tran­sitent, comme ceux des loge­ments sociaux, par le centre com­mu­nal d’action sociale, comme nous l’ex­pli­quions en 2017. C’est là que s’opère une pre­mière sélec­tion. Mais la déci­sion finale, elle, est prise par un comité très res­treint, réduit à la per­sonne du maire et de son adjointe au social et au loge­ment. Et dans une cer­taine discrétion.

 

Les logements d'urgence sont d'anciens logements d'instituteurs récupérés depuis par la ville. Mais contrairement aux logements sociaux, il n'y a pas de cadre réglementaire. Le maire de Sassenage, accusé d'avoir favorisé sa fille dans l'attribution d'un logement d'urgence, sera jugé le 9 juin 2020 pour prise illégale d'intérêts.

Les loge­ments com­mu­naux d’ur­gence sont d’an­ciens loge­ments d’ins­ti­tu­teurs récu­pé­rés depuis par la ville. Mais contrai­re­ment aux loge­ments sociaux, il n’y a pas de cadre régle­men­taire. © Albéric Marzullo

 

« Il s’agit de loge­ments qui servent aux rela­tions du maire !, dénon­çait en 2017 Florence Parvy, la pré­si­dente du groupe Agir pour Sassenage. C’est le prin­cipe de “on rend ser­vice, on rend redevable”. »

 

 

« Ces logements, on les a mis pour rendre service »

 

La famille de Christian Coigné n’est, semble-t-il, pas la seule à avoir béné­fi­cié de tels loge­ments. Des rela­tions proches du maire de Sassenage auraient éga­le­ment pro­fité d’un tel dis­po­si­tif. Ce que recon­nais­sait le pre­mier magis­trat, il y deux ans, tout en se défen­dant d’en attendre un quel­conque retour.

 

« Ces loge­ments, on les a mis pour rendre ser­vice, admet­tait Christian Coigné. On ne touche aucune aide de l’État, tout est à la charge de la com­mune. Certains en ont béné­fi­cié en rai­son du retard, par notre faute, dans l’instruction de leur per­mis de construire. On a voulu réparer… »

 

Patricia Cerinsek

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Parvis du palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : 4 ans, 2 ans et 8 mois de prison pour trois trafiquants de stupéfiants du quartier de l’Alma

FLASH INFO - Le tribunal correctionnel de Grenoble a jugé, ce 7 septembre 2021, trois trafiquants de stupéfiants du quartier de l'Alma à Grenoble. Et Lire plus

Le président de la Métropole, Christophe Ferrari, présentait la ZFE étendue mercredi 29 janvier à Seyssinet-Pariset, en présence du maire de la Ville Marcel Repellin et du vice-président aux déplacements Yann Mongaburu. © Anissa Duport-Levanti
Saint-Martin-d’Hères : trois des fêtards de la soirée clandestine devant la justice

  FLASH INFO – Samedi 16 janvier, alors que le couvre-feu à 18 heures entrait en vigueur partout en France, une soirée clandestine a rassemblé Lire plus

UNE Sur un marché à Grenoble, un vendeur paye son droit de place au placier. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Placiers soupçonnés de corruption à Grenoble : Le Dauphiné libéré visé par une plainte pour diffamation

EN BREF - Christophe Tostain, directeur de publication du Dauphiné libéré, est convoqué sur le banc des prévenus pour « diffamation publique », mercredi 19 décembre, au tribunal Lire plus

La cour d'appel de Grenoble a confirmé la condamnation pour injure à caractère raciste du porte-parole du groupe d'analyse métropolitain. Le ton monte...
Pascal Clérotte condamné en première instance pour injure publique à l’encontre d’une candidate aux législatives

EN BREF - Pascal Clérotte, par ailleurs porte-parole du Groupe d'analyse métropolitain, a été condamné pour injure publique à caractère raciste, ethnique ou religieux à Lire plus

Christian Coigné a été réélu maire de Sassenage pour la 4e fois consécutive. L'alliance des deux listes de gauche n'a pas permis à la commune de basculer.
Condamné pour diffamation, le maire de Sassenage s’en prend à Yannick Belle… qui réplique

EN BREF - Condamné une première fois pour avoir pris part au vote concernant une affaire dans laquelle il avait des intérêts privés, Christian Coigné, Lire plus

L'Union de quartier Berriat-Saint Bruno-Europole se rendra ce jeudi 18 mai au tribunal correctionnel, assignée à comparaître par la Ville pour diffamation. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Une première à Grenoble : l’Union de quartier Berriat assignée en justice par la Ville pour diffamation

FOCUS - L’Union de quartier Berriat - Saint-Bruno - Europole est assignée à comparaître au tribunal correctionnel de Grenoble, ce jeudi 18 mai à l’audience de 13 h 30, pour diffamation. Lire plus

Flash Info

|

28/09

9h00

|

|

28/09

8h19

|

|

27/09

9h57

|

|

26/09

23h19

|

|

24/09

22h40

|

|

24/09

14h42

|

|

24/09

9h18

|

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

Hexagone - Moving earth

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin