Annonce du CES Las Vegas

Dix entreprises iséroises innovantes au CES 2020 de Las Vegas

Dix entreprises iséroises innovantes au CES 2020 de Las Vegas

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Dix des startups iséroises les plus florissantes participent du 7 au 10 janvier 2020 au CES de Las Vegas, plus grand salon mondial dédié aux innovations technologiques. L’occasion de s’intéresser de plus près à leurs produits d’avant-garde.

 

 

Annonce du CES Las Vegas

CES Las Vegas. DR

Rendez-vous mon­dial annuel des entre­prises inno­vantes dans des tech­no­lo­gies grand public, le CES de Las Vegas se déroule du 7 au 10 jan­vier 2020.

 

Au cœur de la délé­ga­tion Auvergne-Rhône-Alpes qui compte près de 30 entre­prises, se trouvent plu­sieurs star­tups isé­roises aux acti­vi­tés diverses : objets connec­tés, pro­duc­tion d’éner­gie durable…

 

Qui dit robot, dit éga­le­ment per­cep­tion et intel­li­gence arti­fi­cielle (IA). Ce n’est donc pas une sur­prise si ces entre­prises pré­sentes au CES dévoilent tout un flo­ri­lège de cap­teurs novateurs.

 

 

Des histoires de nez avec Aryballe et FoxBerry Sensors

 

Aryballe technologies participe au CES de Las Vegas

© Aryballe technologies

Aryballe, qui inau­gu­rait récem­ment ses locaux conjoints avec deux autres star­tups à Bouchayer-Viallet, entend numé­ri­ser l’ol­fac­tion. En d’autres termes, la star­tup pro­duit, à l’aide d’un cap­teur révo­lu­tion­naire, des bases de don­nées sur les odeurs.

 

Ceci, dans le but d’a­mé­lio­rer la qua­lité de vie des usa­gers, en rédui­sant cer­taines odeurs désa­gréables, par exemple dans le réfri­gé­ra­teur. Mais éga­le­ment pour offrir une véri­table méthode objec­tive de qua­li­fi­ca­tion et quan­ti­fi­ca­tion des odeurs. Le vin a‑t-il un nez agréable ? L’usine pro­duit-elle une réelle gêne olfactive ?

 

Dans la veine des nez numé­riques, FoxBerry Sensors se des­tine plu­tôt à la détec­tion de gaz. Plus que du confort, c’est direc­te­ment la qua­lité de l’air qui est visée. FoxBerry vise donc le mar­ché de la sécu­rité et de l’in­dus­trie. Ainsi, s’a­git-il de détec­ter le dioxyde de car­bone et le méthane, dans une optique de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Le CH4 Narrow est le plus petit sen­seur de méthane à faible consom­ma­tion du mar­ché. Il peut sau­ver des vies dans les mines ou lors d’une fuite de gaz.

 

 

Le toucher des robots avec Hap2U et Isorg

 

Les cap­teurs tac­tiles sont plus répan­dus que les cap­teurs olfac­tifs. Ils sont éga­le­ment en per­pé­tuelle amé­lio­ra­tion. Hap2U per­met de trans­for­mer le plan de tra­vail de votre cui­sine en réel ins­tru­ment tac­tile… en bois.

 

© HAP2U

© HAP2U

 

Ce qui aupa­ra­vant était limité aux écrans est désor­mais pos­sible avec une sur­face en métal, en verre. Vous pour­rez ainsi inter­agir avec votre envi­ron­ne­ment du bout des doigts !

 

Tablette Isorg connec­tée à un PC. © Isorg

Isorg pro­pose, elle, de sécu­ri­ser la com­mande de votre loge­ment grâce à votre doigt. En effet, sa tech­no­lo­gie OPD pro­pose un nou­veau filtre optique pour les cap­teurs d’empreinte digi­tale. Fini les erreurs d’i­den­ti­fi­ca­tion, le cap­teur Isorg prend en compte un à quatre doigts. Il peut s’a­dap­ter à n’im­porte quel télé­phone, y com­pris ceux à coque ou écran courbé, puis­qu’il est souple. Et pour les entre­prises, il per­met d’a­mé­lio­rer la logis­tique façon indus­trie 4.0.

 

 

Alimenter les appareils de façon durable

 

Tous ces cap­teurs, aussi éco­nomes soient-ils, requièrent de l’éner­gie. C’est le domaine de Limatech, BEFC, Wise Integration et Gulplug, qui trans­forment grâce à leurs pro­duits le champ des possibles.

 

Limatech pro­pose une solu­tion de sub­sti­tu­tion aux bat­te­ries Plomb et Nickel Cadmium. Leurs bat­te­ries au lithium per­mettent de démar­rer les moteurs ther­miques dans n’im­porte quelles condi­tions et en toute sécu­rité. Elles sont trois fois plus légères, et l’en­tre­prise pro­met une durée de vie aug­men­tée de 2,5 fois. Une inno­va­tion utile pour votre voi­ture, mais éga­le­ment pour tous les pas­sion­nés de l’air. Car les ULM, héli­co­ptères et autres drones ther­miques uti­li­se­ront peut-être ces batteries.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Drone. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les fon­da­teurs de BEFC ont d’a­bord tra­vaillé sur une « pile à com­bus­tible enzy­ma­tique solu­bi­li­sée, pre­mière au monde, uti­li­sant des gly­co­na­no­par­ti­cules ».  Avant de déve­lop­per une « pile à bio­car­bu­rant à base papier. »

 

Une solu­tion dif­fé­rente de celle de Limatech, qui uti­lise des cata­ly­seurs à base de métaux nobles. La pile minia­tu­ri­sée de BEFC conver­tit du papier et n’im­porte quel fluide, y com­pris bio­lo­gique, en élec­tri­cité. D’où le nom de l’en­tre­prise : BioEnzymatic Fuel Cells.

 

L’idée de Wise Integration est de rem­pla­cer, à terme, les prises murales clas­siques par un port USB‑C. Celui que la star­tup déve­loppe pour­rait déli­vrer 100 W de puissance.

 

USB, mais pas que : cette tech­no­lo­gie basée sur l’u­ti­li­sa­tion du nitrure de gal­lium, un maté­riau semi-conduc­teur, rem­place effi­ca­ce­ment les tran­sis­tors clas­siques au silicium.

 

Ainsi, les pertes d’éner­gies liées à l’a­li­men­ta­tion seraient-elles réduites à 3 %. Un ren­de­ment élevé pour un encom­bre­ment restreint.

 

Voiture électrique. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Voiture élec­trique. © Elodie Rummelhard – pla​ce​gre​net​.fr

Enfin, Gulplug pro­pose un pro­duit plus orienté trans­port. Dans l’op­tique d’une mobi­lité durable, son pro­duit Selfplug per­met de bran­cher auto­ma­ti­que­ment une voi­ture élec­trique, hybride et autonome.

 

La star­tup pro­pose éga­le­ment Save it your­self, une solu­tion per­met­tant de sur­veiller les dépenses éner­gé­tiques des bâti­ments et des équi­pe­ments industriels.

 

 

Des technologies de pointe pour des métiers engagés

 

Microoled a, quant à elle, mis au point des écrans. Et quels écrans ! Miniatures et inté­grés dans des lunettes, ils étaient à l’o­ri­gine uti­li­sés dans les casques des pilotes de chasse. Cela leur per­met­tait d’ob­te­nir sans bou­ger la tête les infor­ma­tions essen­tielles à la réa­li­sa­tion de leur mis­sion. Désormais, il s’a­git d’une tech­no­lo­gie acces­sible au grand public. Activelook by Microoled vise le mar­ché de l’op­tique des sports extrêmes.

 

Intelligent, ce pansement permet de renseigner à distance l’équipe soignante de l’état de la plaie du patient. © Grapheal

Intelligent, ce pan­se­ment per­met de ren­sei­gner à dis­tance l’équipe soi­gnante de l’état de la plaie du patient. © Grapheal

Le pro­duit de Grapheal per­met pour sa part de moni­to­rer l’é­vo­lu­tion d’une bles­sure. Utilisé par le corps médi­cal et connecté à un réseau, le patch numé­rise les infor­ma­tions et per­met au méde­cin d’é­ta­blir un diag­nos­tic à dis­tance. Le trai­te­ment des bles­sures chro­niques durant plus de six semaines en est gran­de­ment faci­lité. Dues au dia­bète, par exemple, celles-ci concernent des mil­lions de per­sonnes en France.

 

Pour conclure ce pano­rama hété­ro­clite, Anteneo, un pro­jet mis au point par le CEA, amé­liore la pré­ci­sion de la géo­lo­ca­li­sa­tion. Le mar­ché est large – mobi­lité intel­li­gente, ges­tion de flotte, suivi des actifs… L’entreprise conçoit dans ce but des antennes GNSS com­pactes et mul­ti­fré­quences, des­ti­nées au mar­ché de masse.

 

Autant d’in­no­va­tions témoi­gnant de l’ac­ti­vité scien­ti­fique et tech­no­lo­gique gre­no­bloise, de réso­nance internationale.

 

Laure Gicquel

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laure Gicquel

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

plan social chez Siemens
Bioenzymatic Fuel Cells développe une source d’énergie durable à base de papier

  FOCUS - Après plusieurs années de recherches, la start-up grenobloise BeFC a développé de nouvelles piles à biocarburants écologiques. Des batteries du futur au Lire plus

Solution : propriétaire d'animal Linkyvet © Linkyvet
La startup grenobloise Linkyvet lève 550 000 euros auprès d’investisseurs régionaux

  FIL INFO - Première solution française de téléconsultation vétérinaire, la jeune pousse grenobloise Linkyvet vient de réaliser une levée de fonds auprès d’investisseurs régionaux. Créée en avril Lire plus

L’entreprise grenobloise Activity Lab lauréate régionale du Concours Start-up Enedis

FIL INFO – La finale régionale du Concours Start-up Enedis se tenait à Grenoble le mercredi 4 juillet. Sur les huit candidats, deux entreprises lauréates, une Lire plus

L’application grenobloise Wattamate disponible fin juin : le futur de la colocation ?

FIL INFO - Application dédiée à la colocation, Wattamate prévoit de mettre en relation ses utilisateurs à travers le prisme des affinités plutôt que de Lire plus

Le concepteur de grands huit grenoblois Creosens lance une levée de fonds

La start-up grenobloise Creosens, concepteur de grands huit sur mesure pour différents lieux d'accueil du public, lance une grosse levée de fonds. Objectif ? Accélérer son Lire plus

La jeune pousse grenobloise Sylha teste un mode de paiement alternatif et solidaire

Soutenir financièrement des projets locaux et solidaires lors de ses achats via un objet connecté. Tel est l’objectif de Sylha, jeune pousse développée par un Lire plus

Flash Info

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

|

13/10

22h57

|

|

13/10

16h18

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin