Bonne saison hivernale, hausse de la fréquentation en été : le tourisme se porte bien en Isère

sep article



 

FOCUS – Le tourisme se porte bien en Isère comme en Auvergne-Rhône-Alpes. C’est la conclusion de l’agence Isère Tourisme, qui dresse un bilan et des prévisions positives de la saison hivernale 2019 – 2020. Mais aussi de l’Insee, dont les chiffres montrent une hausse de fréquentation record pour les hébergements touristiques de la région durant la saison estivale 2019.

 

 

Un tou­risme au beau fixe en Isère ? C’est ce qu’in­dique Isère Tourisme dans sa der­nière note de conjonc­ture, consa­crée aux vacances d’hi­ver 2019 – 2020 et publiée en décembre 2019. « Dernière » est le mot, puisque l’a­gence répond depuis le 1er jan­vier 2020 au nom d’Isère attrac­ti­vité, le tout sous la ban­nière de la marque ter­ri­to­riale Alpes Is(h)ere. Une déci­sion du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, dont l’a­gence est une éma­na­tion directe.

 

La station de ski de Chamrousse enregistrerait des chiffres de fréquentation en hausse de 25 % pour le Nouvel an 2020 © Isère Tourisme

La sta­tion de ski de Chamrousse enre­gis­tre­rait des chiffres de fré­quen­ta­tion en hausse de 25 % pour le Nouvel an 2020. © Isère Tourisme

 

Premier bilan : la période des fêtes enre­gistre des taux de réser­va­tion allant de 50 à 75 % selon les sites et les modes d’hé­ber­ge­ment. Si la fré­quen­ta­tion des sta­tions pour les vacances de Noël devrait affi­cher un taux com­pa­rable à celui de l’an­née der­nière, une pointe d’ac­ti­vité serait de mise pour le nou­vel an. Chamrousse ou l’Alpe d’Huez affi­che­raient ainsi des taux de réser­va­tion en hausse de 25 %, note l’a­gence.

 

 

Tourisme en Isère : des prévisions « encourageantes » pour février

 

Quid des vacances de février ? Isère Tourisme table sur des pré­vi­sions « encou­ra­geantes ». Et pour cause : cer­tains sites tou­ris­tiques ont d’ores et déjà atteint les 100 % de taux de réser­va­tion. C’est notam­ment le cas de la cen­trale du Collet d’Allevard ou des héber­ge­ments des 7 Laux. Au final, estime l’a­gence, « plus de 70 % des héber­ge­ments devraient être loués sur l’ensemble de la période ».

 

Pourquoi tant d’op­ti­misme ? Isère Tourisme met en avant le bon niveau d’en­nei­ge­ment des mon­tagnes ces der­nières sai­sons et le dyna­misme des sta­tions en matière « d’in­ves­tis­se­ments immo­bi­liers » et d’offres pro­po­sées aux familles. Mais l’a­gence n’ou­blie pas de van­ter ses propres cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion. Ou encore la « bonne per­for­mance » de l’aé­ro­port Grenoble Alpes Isère… lar­ge­ment sou­tenu par le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère.

 

 

Une bonne saison estivale pour le tourisme en Auvergne-Rhône-Alpes

 

Si le mes­sage d’Isère Tourisme a donc des conno­ta­tions poli­tiques, l’Insee n’en confirme pas moins la bonne santé du tou­risme isé­rois, à tra­vers le bilan de la sai­son d’été 2019 pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. Au final ? « Une fré­quen­ta­tion esti­vale record », sou­ligne l’Institut. Les hôtels, cam­pings et autres modes d’hé­ber­ge­ment col­lec­tif* enre­gistrent une hausse de 3,8 % de fré­quen­ta­tion par rap­port à 2018 et battent le taux record éta­bli en 2017.

 

Baptème de parapente en chartreuse, une activité d'été susceptible d'attirer de nouveaux touristes. © Chartreuse tourisme

Baptême de para­pente en char­treuse, une acti­vité d’été sus­cep­tible d’at­ti­rer de nou­veaux tou­ristes. © Chartreuse tou­risme

 

Tous les mois ou presque de la sai­son esti­vale (d’a­vril à sep­tembre) voient ainsi une hausse des taux de fré­quen­ta­tion. Avec un tra­di­tion­nel pic d’ac­ti­vité aux mois de juillet et août, qui engrangent res­pec­ti­ve­ment 9 et 10 mil­lions de nui­tées. Seule ombre au tableau : un mois de mai assez médiocre, avec une baisse de 9 % du taux de fré­quen­ta­tion. La faute à un calen­drier de jours fériés moins favo­rables aux ponts qu’en 2018, explique l’Insee.

 

 

L’Isère inscrite dans la moyenne régionale

 

Tous les dépar­te­ments ne sont pas égaux face aux bons résul­tats tou­ris­tiques. L’Ardèche observe même une baisse de ses taux de fré­quen­ta­tion de 4,1 %, déjà amor­cée en 2018. Les som­mets alpins sont, en revanche, très pri­sés des tou­ristes. La Savoie affiche ainsi une hausse de 11,2 % de sa fré­quen­ta­tion, avec au comp­teur près de 6 mil­lions de nui­tées, tan­dis que la Haute-Savoie enre­gistre une hausse de 5,8 %.

 

Office de Tourisme Grenoble-Alpes Métropole ©Leo Graff - Place Gre'net

Office de Tourisme Grenoble-Alpes Métropole. © Leo Graff – Place Gre’net

 

Quid de l’Isère ? Avec une hausse de 3,8 %, elle s’ins­crit exac­te­ment dans la moyenne régio­nale. Si l’hô­tel reste le mode d’hé­ber­ge­ment le plus prisé dans le dépar­te­ment, celui-ci affiche tou­te­fois une baisse de nui­tées de 2,1 %. Une baisse com­pen­sée par une hausse de fré­quen­ta­tion des cam­pings (de 3,6 %), mais sur­tout des autres modes d’hé­ber­ge­ment (de 15,4 %). Au final, les sites tou­ris­tiques de l’Isère affichent près de 3 mil­lions de nui­tées sur la sai­son d’été 2019.

 

Florent Mathieu

 

 

* Les AHCT (Autre héber­ge­ments col­lec­tifs tou­ris­tiques) com­prennent les rési­dences de tou­risme, vil­lages de vacances, mai­sons fami­liales et auberges de jeu­nesse. Les héber­ge­ments pro­po­sés par des par­ti­cu­liers, de type Airbnb.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3155 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.