Des immigrés aux origines diverses, souvent chômeurs ou précaires en Auvergne-Rhône-Alpes

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

EN BREF — L’Insee dresse le portrait de l’immigration en Auvergne-Rhône-Alpes. Une région qui attire nombre d’immigrés, en provenance d’Afrique ou de Turquie mais aussi d’Europe, d’Amérique ou d’Océanie. Avec, sans surprise, de fortes disparités en matière d’accès à l’emploi selon les pays d’origine.

 

 

Quel por­trait dres­ser des immi­grés en Auvergne-Rhône-Alpes ? Tel est le sujet d’une récente étude publiée par l’an­tenne régio­nale de l’Insee. Et qui se penche notam­ment sur la com­pa­rai­son entre immi­grés « anciens » et « récents », soit dans le second cas les per­sonnes arri­vées en France entre 2010 et 2015. Bilan ? Les ori­gines se diver­si­fient et les pro­fils se fémi­nisent, mais l’ac­cès à l’emploi demeure com­plexe.

 

L'Insee dresse le portrait de l'immigration en région Aura, avec des immigrés aux origines diverses mais présentant des difficultés d'accès à l'emploi.

© Insee

 

Auvergne-Rhône-Alpes s’ins­crit dans la moyenne natio­nale en nombre de per­sonnes immi­grées au sein de sa popu­la­tion. L’Insee recense ainsi 728 000 immi­grés dans la région, qui repré­sentent 9,2 % de l’en­semble des habi­tants. Une pro­por­tion qui n’a rien d’ex­cep­tion­nel, der­rière les régions Île de France, Paca et Corse. En revanche, la région Aura se classe deuxième en volume d’ac­cueil des immi­grés.

 

 

Une relative féminisation des profils

 

De quels pays viennent les immi­grés de la région ? Tout d’a­bord, d’Afrique : 40 % d’entre eux pro­viennent ainsi du conti­nent afri­cain (prin­ci­pa­le­ment Algérie et Maroc), contre 34 % du conti­nent euro­péen. Cependant, note l’Insee, les res­sor­tis­sants euro­péens sont par­ti­cu­liè­re­ment nom­breux en Aura. Un immi­gré serbe ou ita­lien sur cinq vit dans la région. « Proximité oblige, c’est aussi le cas d’un immi­gré suisse sur deux », ajoute l’Institut.

 

L'Insee dresse le portrait de l'immigration en région Aura, avec des immigrés aux origines diverses mais présentant des difficultés d'accès à l'emploi.

L’immigration dans la région Auvergne-Rhône-Alpes se fémi­nise légè­re­ment. © Elodie Rummelhard – Place Gre’net

 

L’immigration récente vient rebattre les cartes. À ce jour, les per­sonnes récem­ment arri­vées repré­sentent près de 15 % de l’en­semble des immi­grés en Aura. L’Algérie, le Maroc et le Portugal demeurent les pays d’o­ri­gine majo­ri­taires, mais dans des pro­por­tions moindres que par le passé. La Suisse se classe, elle, en qua­trième posi­tion des pays d’o­ri­gine. Tandis que les immi­grés en pro­ve­nance d’Amérique ou d’Océanie sont de plus en plus nom­breux.

 

Autre constat : la (rela­tive) fémi­ni­sa­tion des pro­fils, puisque les femmes repré­sentent 53 % des per­sonnes immi­grées récentes, contre 51 % pour l’im­mi­gra­tion ancienne. Ce phé­no­mène est par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué dans les popu­la­tions en pro­ve­nance d’Algérie, à hau­teur de 58 %. Les hommes demeurent en revanche majo­ri­taires parmi les immi­grés venant d’Europe (Italie, Espagne, Portugal) et de Turquie.

 

 

Un fort taux de chômage et d’emploi précaire

 

Sans sur­prise, les immi­grés récents se dis­tinguent par leur jeu­nesse. Un sur deux a moins de 30 ans, et huit sur dix ont moins de 40 ans. Les per­sonnes immi­grées se concentrent très majo­ri­tai­re­ment dans les zones urbaines : 74 % d’entre elles résident dans les grands pôles urbains. Soit des zones offrant au mini­mum 10 000 emplois, selon la ter­mi­no­lo­gie de l’Institut. Par com­pa­rai­son, seuls 55 % des non-immi­grés y résident.

 

Beaucoup d'immigrés trouvent des emplois dans le BTP © Fanny Chatchate - Place Gre'net

Beaucoup de per­sonnes issues de l’im­mi­gra­tion trouvent des emplois dans le BTP. © Fanny Chatchate – Place Gre’net

Malgré leur jeu­nesse et leur proxi­mité géo­gra­phique, les immi­grés récents n’ont pas un accès à l’emploi des plus simple. En 2015, 34 % d’entre eux se déclarent chô­meurs, contre 23 % des immi­grés anciens et 11 % des non-immi­grés. Les diplômes changent-ils la donne ? De façon très rela­tive, puisque 28 % des immi­grés récents diplô­més du supé­rieur sont tout de même au chô­mage. Soit 21 points de plus que les non-immi­grés déten­teurs d’un diplôme.

 

Les emplois occu­pés ? En grande majo­rité, immi­grés anciens comme récents occupent des postes non qua­li­fiés, en par­ti­cu­lier dans le BTP. Une réa­lité pour les per­sonnes en pro­ve­nance du Maghreb, de Turquie ou du Portugal, qui dimi­nue pour les res­sor­tis­sants de l’UE. À noter, par ailleurs, une pro­por­tion de cadres légè­re­ment supé­rieure chez les immi­grés ori­gi­naires d’Amérique ou d’Océanie.

 

Manifestation de jeunes majeurs étrangers à Grenoble pour le droit à l'éducation et l'hébergement © Florent Mathieu - Place Gre'net

Manifestation de jeunes majeurs étran­gers à Grenoble pour le droit à l’é­du­ca­tion et l’hé­ber­ge­ment © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une dis­pa­rité qui se retrouve en matière de pré­ca­rité de l’emploi. Près de 40 % des immi­grés ne sont pas en CDI, avec un recours au temps par­tiel très mar­qué chez les femmes. En com­pa­rai­son, le taux d’emploi pré­caire pla­fonne à 19 % pour les immi­grés anciens, 15 % pour les non-immi­grés… et 7,5 % pour ceux en pro­ve­nance de Suisse. Ultime démons­tra­tion que l’im­mi­gra­tion est une notion aussi diverse que dis­pa­rate.

 

Florent Mathieu

 

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
4582 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
    • FM

      28/12/2019
      13:25

      Oui, FM encore. Ravi que ma signa­ture vous per­mette d’ex­pur­ger un peu de votre bile noire, et une fois encore de ser­vir de trem­plin à votre blog. Joyeuses fêtes.

      sep article