Le microcrédit social mis en place à Échirolles en réponse à l’exclusion bancaire

sep article



 

FIL INFO – Les Échirollois vont désormais avoir accès au microcrédit social. C’est l’objet de la convention signée le 12 décembre par la Caisse d’Épargne Rhône Alpes et le CCAS d’Échirolles. Un partenariat qui vise à proposer une alternative aux personnes en situation de précarité, exclues du système bancaire.

 

 

Signature de la convention pour la mise en œuvre du microcrédit social. Avec de gauche à droite, Béatrice Louvier, directrice du département Animation à la Caisse d'Epargne Rhône-Alpes, Renzo Sulli, président du CCAS et maire d'Echirolles, Kalthoum Clavel, présidente de Parcours Confiance Rhône Alpes. © Thomas Courtade - Place Gre'net

Signature de la conven­tion pour la mise en œuvre du micro­cré­dit social. Avec de gauche à droite, Béatrice Louvier, direc­trice du dépar­te­ment Animation à la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, Renzo Sulli, pré­sident du CCAS et maire d’Echirolles, Kalthoum Clavel, pré­si­dente de Parcours confiance Rhône Alpes. © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

Comment obte­nir un cré­dit lors­qu’on a peu ou pas de moyens ? Le centre com­mu­nal d’ac­tion sociale d’Échirolles sou­haite appor­ter une solu­tion à cette dif­fi­culté. Pour y par­ve­nir, un par­te­na­riat a été conclu avec la Caisse d’Epargne Rhône Alpes. Il sera donc pos­sible pour « des gens en dif­fi­culté finan­cière d’ac­cé­der au sec­teur ban­caire, de leur don­ner les moyens de créer leur entre­prise, par exemple », se féli­cite Renzo Sulli, maire d’Échirolles et pré­sident du CCAS.

 

 

Associer les savoir-faire

 

Siège de la Caisse d'Epargne Rhône Alpes à Lyon. DR

Siège de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes à Lyon. DR

« Structure spé­cia­li­sée » créée en 2008, le Parcours confiance Rhône Alpes entre dans le cadre de la démarche RSE (res­pon­sa­bi­lité socié­tale des entre­prises) de la Caisse d’Épargne.

 

Cet accom­pa­gne­ment ban­caire doit per­mettre d’ap­por­ter « davan­tage d’au­to­no­mie » à l’u­sa­ger afin d’al­ler vers une « réin­ser­tion durable ». Le rôle du CCAS sera quant à lui d’i­den­ti­fier les poten­tiels deman­deurs de micro­cré­dit. Puis de les mettre en rela­tion avec le Parcours confiance. Car la grande limite d’un tel dis­po­si­tif, c’est qu’il reste « lar­ge­ment méconnu », rap­pelle Kalthoum Clavel, pré­si­dente de Parcours confiance Rhône Alpes.

 

 

Changer de voiture ou financer une formation

 

À la dif­fé­rence d’un cré­dit ban­caire clas­sique, ce micro­cré­dit social est en outre pla­fonné à 5 000 euros maxi­mum. Son mon­tant moyen se situe ainsi autour des 2 400 euros. Le taux pra­ti­qué est celui du livret A. De quoi inté­res­ser les per­sonnes sou­hai­tant « ache­ter ou chan­ger de véhi­cule ou bien finan­cer une for­ma­tion ».

 

Thomas Courtade

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2765 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.